Jessie de Stephen King

Auteur : Stephen King

Titre original : Gerald’s game

Obtenu il y’a très très longtemps

Lu un nombre incalculable de fois

Dans le cadre de : c’est le genre de livre qu’il FAUT lire

En un mot :

  • Lu d’une traite dans un avion
  • A la réflexion, heureusement que je n’ai pas pris les Tommyknocker
  • Il y’a un cross avec Dolores Claiborne
  • Un des romans psychologiques les plus effrayants

stephenkingPrésentation de l’éditeur : Il ne fallait pas jouer à ce petit jeu, Jessie. Vous voilà enchaînée sur votre lit, le cadavre de Gerald à vos pieds, condamnée à vous enfoncer dans la nuit, la terreur et la folie. Les femmes seules dans le noir sont comme des portes ouvertes… si elles appellent à l’aide, qui sait quelles créatures horribles leur répondront ?

 

 

Une rencontre avec soi même

Le plus éprouvant pour toute personne, c’est de s’affronter soi-même,  avec ses peurs, son passé… Tous ceux qui ont suivi une séance de psy savent de quoi je parle. Découvrir qui ont est à travers soi est éprouvant, effrayant, et l’on n’en sort jamais indemne… Pour traiter de ce sujet, Stephen King trouve un moyen plutôt tordu (no comment), une femme menottée dans un lit, dans une cabane isolée. Ainsi, il donne l’occasion à cette pauvre Jessie de se pencher sur elle-même pour savoir pourquoi elle en est arrivée là. Car cette fois ci, elle ne pourra pas y échapper, puisqu’elle ne peut s’occuper à d’autres choses.

Prisonnière dans ce lit, Jessie va se retrouver prisonnière d’elle-même. Et par cela, elle va explorer un moment assez traumatisant de son enfance. Son père en effet, va se retrouver à faire des gestes un peu déplacés envers sa fille. Et Jessie va entre apercevoir quelqu’un (je ne vous en dis pas plus, mais c’est un autre personnage de roman de King). Cette révélation de son passé va-t-elle la détruire ou lui permettre de trouver la force de s’en sortir dans cette nouvelle épreuve ? Va-t-elle pouvoir faire la paix avec elle-même.

 

jessie2

 

Dans ce huit clos éprouvant, une présence

Jessie est-elle vraiment toute seule ? Nous voyons une personne, une présence qui va venir la voir de temps en temps. Mais nous ne pouvons savoir si c’est un élément de son imagination ou pas. Et cette présence va apporter une touche d’angoisse énorme dans cette quête de survie. Cette présence fera office d’observateur car à aucun moment elle ne parlera ou elle n’aidera Jessie. Elle ne la tuera pas non plus. Cet élément qui peut paraître anodin donne une certaine dimension à ce récit. Car Jessie est déjà en proie avec elle-même (elle entend des voix et donc différentes facettes d’elle-même) et se rend compte qu’il y a cet élément extérieur. Elle ressent l’intrusion au plus profond d’elle-même.

Va-t-elle pouvoir rester lucide du début à la fin, ou va-t-elle sombrer dans la folie ? Va-t-elle survivre ? Ce sont avec ces questions que nous laisse Stephen King, nous maintenant en haleine tout au long des pages avec cette subtilité d’écriture qui n’appartient qu’à lui.  Un roman qui ne se démode pas. Et qui vous marquera profondément. Vous amenant à regarder vers vous, et à vous demander si vous seriez capable, vous aussi, de vous affronter vous-même. A quoi être-vous prêt pour survivre ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :