Les Bannis et les proscrits, tome 1 : Le feu de la Sor’cière de James Clemens

Auteur : James Clemens

Saga : Les Bannis et les proscrits

Titre original : Wit’ch fire

Maison d’édition : Bragelonne

Nombre de pages : 536

Lu le 23 Mai 2012

Dans le cadre de : Fallait bien que je laisse le gars me draguer hein

616763_james20clemensPrésentation de l’éditeur : Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d’Alasea frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l’espoir de préserver le bien. Cinq cents ans plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d’un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu’elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu’elle détient. Fuyant les hordes des ténèbres. Elena est précipitée vers une issue terrible… et vers la compagnie d’alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces implacables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux…

 

 

Des personnages totalement inconnus qui se retrouvent pour une cause commune

C’est ce que j’affectionne particulièrement dans une série qui débute. On suit des bouts d’histoires de personnages totalement différents et on ne peut s’empêcher de se demander : mais pourquoi les suit on ? Nous sommes ballotés, nous voyageons de contrées en contrées, de personnages en personnages. Et en même temps, dans ce cas-ci, les personnages sont si simples et si complexes à la fois que les points qui les relient deviennent totalement superflus. Même si, en fait non, c’est une quête importante. Mais dans les Bannis et les Proscrits, l’importance de la quête principale ne nuit en rien à la complexité des protagonistes.

 

James Clemens a réussi ce pari de construire des entités qui s’allègent de beaucoup de clichés, ce qui nous pousse vers une curiosité sans cesse titillée. Autre point aussi que j’aime beaucoup dans les personnages…. C’est que nous n’avons pas affaire à des héros. Nous avons affaire à des personnes en marge de leur société, de leur norme qui vont se battre avec leurs défauts et leurs faiblesses.

 

witch20fire
 
 
Un univers s’ouvrent sous nos pieds.

 

Il n’y a pas que les personnages qui sont riches. Dès les premières pages, nous entrons directement dans le vif du sujet, en immersion totale. La forme du récit – une espèce de journal écrit en court de route ? – aide grandement. On tourne les pages fébrilement, se demandant comment cela va se passer. Et l’écriture plutôt fluide de l’auteur y aide grandement. Où en est on au moment de l’écriture ? Comment est ce monde si différent ? Quel est son histoire? Ses peuples? Ses malédictions? Pour cela, vous devrez partir en voyages avec ces carnets de route.

 

Vous aurez ici des préoccupations magiques, surnaturelles devant vous. Mais aussi et surtout des préoccupations totalement familières qui vous permettent de prendre part au récit : le rejet de la différence, la suspicion, l’entrée dans l’âge adulte, la maîtrise de pouvoirs ou dons… Tout ceci nous laisse présager de bons tomes en perspectives.

7 commentaires sur “Les Bannis et les proscrits, tome 1 : Le feu de la Sor’cière de James Clemens

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :