Les Royaumes oubliés : La guerre de la Reine araignée, tome 1 : Dissolution de R.A. Salvatore et de Richard Lee Byers

Auteurs : R.A. Salvatore et Richard Lee Byers

Saga : la reine araignée et les Royaumes oubliés

Titre original : Forgotten Realms: War of the Spider Queen, book 1 : Dissolution

Maison d’édition : Milady (ebook)

Nombre de pages : 384

Obtenu en 2012

Lu le 08/06/2017

Dans le cadre de retrouver l’univers des Royaumes oubliés

 

En un mot :

  • On voit bien la patte de Richard Lee Byers, ce qui donne une vision différente des elfes noirs
  • Une intrigue bien ficelée
  • Un univers totalement époustouflant

 

maxresdefaultPrésentation de l’éditeur :Dissolution est le premier roman d’une série épique en six parties. Son intrigue est tirée de l’imagination fertile de R.A. Salvatore et d’un groupe de six auteurs spécialement sélectionnés pour leur exaltante contribution au genre.

Tandis que leur univers subit une véritable métamorphose, quatre elfes noirs luttent avec acharnement contre de nombreux adversaires et de tortueuses intrigues. Leurs pérégrinations les mènent à la découverte la plus terrifiante de toute l’histoire des drows. Une quête pour non seulement sauver Menzoberranzan de la dissolution, mais également la race des elfes noirs tout entière.

 

Menzoberranzan, l’endroit où tu ne voudras pas passer tes vacances.

 

Vous le verrez un petit peu plus tard mais j’ai lu les 13 tomes de la saga de Drizzt, La saga de folie qui a eu lieu dans les Royaumes oubliés et qui démarre dans cette ville au nom imprononçable. Et c’est en faisant des recherches et en faisant des découvertes grâce notamment à la Grosse Opé de Bragelonne l’année dernière que j’ai découvert qu’en fait, les Royaumes oubliés était un univers de jeu de rôle mais aussi du jeu vidéo Neverwinter Nights. Ca m’a fait comme un tilt car j’ai beaucoup joué à ce jeu d’une part et que cela m’a permis de comprendre pourquoi je n’ai jamais été dépaysée en lisant la saga de Drizzt.

 

En même temps d’avoir acquis Drizzt, j’avais pris la saga de la guerre de la reine araignée en me disant que, comme j’aimais les Royaumes Oubliés, cela me ferait sûrement du bien de retourner de temps en temps dans cet univers et particulièrement dans cette ville à intrigues de folie. Car c’est un fonctionnement bien particulier avec La déesse Loth qui confère des pouvoirs aux prêtresses elfes noires, une société matriarcale où les hommes sont considérés comme des esclaves et où la société est divisée en maisons qui se vouent une guerre de folie constante pour avoir la suprématie. Je sais, y’a de l’ambiance

 

hnrg3

 

Dissolution commence par vous poser une belle intrigue

 

Nous avons quatre personnages qui font face à des intrigues qui nous rattacheront à la grosse intrigue de la saga.  Retenez que la grosse intrigue est dirigée par R.A. Salvatore et que chaque tome est régi par un auteur ce qui va nous permettre d’explorer pleins de styles différents. Ici, nous avons Richard Lee Byers. Je pense qu’il a une vision plus humaniste des elfes noirs que R.A. Salvatore car ce dernier nous montrait un peuple qui foutait carrément les miquettes. Ici, nous avons plutôt un peuple qui  a des sentiments plus proches des humains. Ils s’inquiètent, ils connaissent le désespoir. On est d’accord qu’à la base, ils peuvent toujours s’entretuer mais on n’est pas à l’abri d’un petit sauvetage d’un pote à l’autre, chose qu’on ne voyait pas dans l’autre saga. Est ce que cela va nous enrichir l’intrigue ? A ce stade, je ne peux malheureusement pas me prononcer.

 

Côté personnages, nous suivons Ryld et Pharaun qui sont des mâles (dommage pour eux) avec des ressources quand même bien chantmés. Ils sont chargés par une matrone d’enquêter sur le pourquoi les esclaves se révoltent un peu partout. Personnellement, nous on a vite compris mais nos raisons ne sont pas forcément celles qui sont développés ici.  Ensuite, nous avons Faeryl qui est à mon sens la plus humaine des elfes noires de ce tome. Elle s’inquiète pour son peuple et peut même envisager à se rabaisser et à enterrer sa fierté pour le bien commun, sans affiliation de maison aucune. Pour moi, c’est un peu une aberration dans cet univers mais je dois dire que son enquête m’a passionnée. Enfin, nous suivons Gromph et Quentel, deux frères et soeurs qui se détestent cordialement et qui tentent de s’assassiner à tout va. Je dois dire qu’ils donnent des combats démoniaques haletants et c’est ce qui donne le petit côté jeu vidéo à ce tome.

 

En bref, une saga à découvrir et je pense que si vous ne vous attachez pas de trop à la vision de Drizzt, vous la dévorerez sans problème. J’ai hâte de voir les autres auteurs qui s’attèleront à cette saga.

Un commentaire sur “Les Royaumes oubliés : La guerre de la Reine araignée, tome 1 : Dissolution de R.A. Salvatore et de Richard Lee Byers

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :