Air Froid de H.P. Lovecraft

Auteur : H.P. Lovecraft

Titre original : Air Cool

Maison d’édition : Je ne sais plus (ebook)

Obtenu un jour

Lu un nombre incalculable de froid

Dans le cadre d’avoir plaisir à lire un truc qui fait peur. Et pour Lovecraft

 

En un mot :

  • Cet homme fout les miquettes
  • Mais j’adore toujours autant
  • Je pourrai la relire jusqu’à la fin de ma vie

 

h-_p-_lovecraft2c_june_1934

 

 

Présentation de l’éditeur : Un jeune homme frileux, récemment installé dans un appartement new-yorkais, fait la connaissance d’un vieil homme qui apprécie particulièrement le froid…

 

 

 

 

 

Air Froid, ou l’opposition de la jeunesse à la vieillesse

 

C’est la première chose qui m’a frappée dans cette nouvelle. En effet, tout montre l’opposition de deux générations alors que les deux individus se ressemblent. Nous avons affaire à deux hommes cultivés et qui s’entendent très bien au point de discuter, de se rendre des services, de prendre soin l’un de l’autre. Ils forment ainsi comme une famille. Et pourtant, le vieil homme pèse sur le jeune, celui-ci doit s’adapter et, sommes toutes, devient redevable. Par ce simple air froid qui doit toujours être maintenu, on voit que le jeune homme s’asservit totalement, à l’image de ceux qui, progressivement, prennent soin d’une personne âgée.

 

 

 

Air Froid, symbole de l’immortalité ou du temps ?

 

 

C’est intrigant non ? On se rend compte que le vieil homme a besoin d ‘avoir de plus en plus froid pour rester en vie. Et il pensait à juste titre que l’air le conserverait indéfiniment. Il chassait donc la chaleur afin de garder en lui cette immortalité On remarque d’ailleurs que sitôt le jeune homme entre dans l’appartement, il se coupe du temps, il se coupe du monde car il n’a plus de vie sociale en dehors du vieil homme. On prend ainsi le postulat que l’air froid, c’est l’immortalité. Car sitôt qu’il part, ce sont des odeurs de mort et des visions de mort qui prennent place.

 

Et pourtant, avec les révélations du docteur, on se rend compte que c’est le contraire. L’air froid n’est qu’une pause dans le temps.  Devient lui-même le symbole du temps qui passe, qui rejoint la mort. Sinon pourquoi après cette aventure le froid effraie-t-il toujours autant le jeune homme ? Le froid se matérialisera comme la peur du temps qui passe vers la mort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :