L’homme qui mit fin à l’histoire de Ken Liu

Auteur : Ken Liu

Traducteur : Pierre-Paul Durastanti

Maison d’édition : Le Belial (audio)

Nombre de pages : 112

Titre original : The man who ended History : A documentary

Obtenu  le 30 Juin 2017

Lu le : 30 Juin 2017

Dans le cadre du plaisir d’écouter une belle nouvelle

 

 

En un mot :

  • Percutant
  • Découvrir l’histoire par la fiction
  • Un auteur à suivre

 

avt_ken-liu_6150Présentation de l’éditeur : Futur proche.

Deux scientifiques mettent au point un procédé révolutionnaire permettant de retourner dans le passé. Une seule et unique fois par période visitée, pour une seule et unique personne, et sans aucune possibilité pour l’observateur d’interférer avec l’objet de son observation. Une révolution qui promet la vérité sur les périodes les plus obscures de l’histoire humaine. Plus de mensonges. Plus de secrets d’État.

Créée en 1932 sous mandat impérial japonais, dirigée par le général Shiro Ishii, l’Unité 731 se livra à l’expérimentation humaine à grande échelle dans la province chinoise du Mandchoukouo, entre 1936 et 1945, provoquant la mort de près d’un demi-million de personnes… L’Unité 731, à peine reconnue par le gouvernement japonais en 2002, passée sous silence par les forces d’occupation américaines pendant des années, est la première cible de cette invention révolutionnaire. La vérité à tout prix. Quitte à mettre fin à l’Histoire.

 

Quand la fiction vous fait découvrir l’Histoire.

 

Sous couvert d’une espèce de moyen de voyager dans le temps, Ken Liu va nous faire découvrir un fait historique tragique qui est très souvent victime du négationnisme des gens, au même titre que la Shoah. Les lieux de cette horreur : l’Unité 731 qui a effectué des tests médicaux et qui a torturé des gens pendant des années pou développer des armes biologiques qui , et c’est bien cela le pire, ont parfois été utilisé pendant la Guerre Froide.

 

Pour donner un peu de véracité à cette histoire que tout le monde veut ignorer, l’auteur nous dit qu’il peut remonter le temps mais juste une fois pour recueillir les témoignages parce qu’après, ce moment de mémoire sera perdu. On ne pourra plus y accéder (pour diverses raisons).

 

Au-delà de ces témoignages se pose une question.

 

A-t-il eu raison d’y aller avec précipitation ? Car ces scientifiques y sont un peu allés à la va vite, au risque de détruire l’Histoire pour que les survivants de cette horreur puisse avoir de la reconnaissance. Doncon se pose cette question : pour qui, pour quoi relatons nous des témoignages ? Pour éviter de recommencer ? Ou pour les vivants? Car si ces deux scientifiques ont fait cette expérience pour les vivants, je vous dirai qu’ils ont eu raison de faire ce qu’ils ont fait.

 

Mais s’ils l’ont fait pour des raisons historiques pures, ils ont eu tort car ils ne pourront plus y retourner pour étudier plus en avant ces témoignages qui seront dont scientifiquement incomplets. Quant à ceux qu’ils ont envoyés là bas, ce ne sont pas des scientifiques mais des gens lambda qui n’auront donc pas de reconnaissance. Quelles vont être les valeurs de leurs témoignages de seconde main ? Cela ne va-t-il pas nuire au final à la reconnaissance historique de cet évènement ?

 

C’est avec tous ces questionnements que Ken Liu arrive à nous retourner en une heure d’écoute ou une centaine de pages. Quoique vous décidiez, vous serez ébranlés par cette lecture, dans tous les sens possibles

Un commentaire sur “L’homme qui mit fin à l’histoire de Ken Liu

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :