La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

Auteur : Kathryn Stockett

Maison d’édition : Jacqueline Chambond

Titre original : The Help

Nombre de pages : 526

Obtenu en 2012

Lu en 2012

Dans le cadre de  se laisser porter par un engouement littéraire

 

En un mot :

  • Un roman coup de point
  • L’adaptation cinématique était aussi merveilleuse
  • Tout un monde sous vos yeux

 

avt_kathryn-stockett_9946Présentation de l’éditeur : Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot.
Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

 

 

La couleur des sentiments, un livre de femmes

 
Non ca pas que ce soit sentimental à souhaits et rien d’autres attention ! Ce sont trois femmes dont nous voyons la rencontre, la vie, le quotidien surtout. Non pas que cette histoire est malheureuse au possible, car malgré un quotidien difficile, on y voit beaucoup de tendresse, de beauté en réponse à une cruauté causée par la séparation des Noirs et des Blancs dans les années 60 encore. Les mentalités ont eu du mal à changer. On peut voir aussi à quel point on se conforte dans des situations même révoltantes.
Tout commence pourtant par un fait « anodin » : des toilettes. On suit les réflexions de Minni, Abaigail mais aussi Skeeter en se disant que tout les éloigne mais qu’elles se ressemblent toutes étrangement.  On y voit aussi des réflexions d’enfants blancs sur les domestiques noirs. Et l’on voit ce regard innocent que ces trois femmes tenteront de retrouver en écrivant un livre.

La couleur des sentiments, une parole donnée ?

La grande force de ce livre est d’avoir cette apparence de livre témoignages. D’avoir ces destins croisés. Cela nous donne un rythme assez soutenu et cela nous permet aussi de nous attacher plus vite à ces personnages, à ces situations. On s’identifie très vites à certaines personnes et on se demande très vite si l’on aurait osé à l’époque donner de la voix, donner un avis.
Car le problème est là. Sommes-nous des moutons ou des libres pensants ? C’est ce qu’amène ce livre. Et il est bon parfois de s’interroger sur ces héros quotidiens,  Mais aussi de se remettre en question. Je vous le recommande grandement !

 

Un commentaire sur “La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

Ajouter un commentaire

  1. J’ai lu ce livre il y a quelques années, et il reste pour moi l’un de mes romans préférés ! Le sujet abordé est fort et parfaitement maîtrisé, à travers ces femmes auxquelles on ne peut que s’attacher. Il faudrait que je me laisse tenter par le film maintenant ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :