Le Trône de fer, tome 13 : Le Bûcher d’un roi de GRR Martin

Auteur : GRR Martin

Saga : Le Trone de fer

Genre : Fantasy

Maison d’édition : Pygmalion

Nombre de pages : 474

Obtenu en 2012

Lu le 13 Mars 2017

Dans le cadre de lire une saga dont tout le monde parle

 

En un mot

  • Une ambiance à couteaux tirés
  • Le danger est partout
  • Mais le jeu des trônes subsiste

game-of-thrones_george-rr-martin_0Résumé : Le destin des Sept Royaumes est sur le point de basculer.
A l’Est, Daenerys, dernière descendante de la Maison Targaryen, secondée par ses terrifiants dragons arrivés à maturité, règne sur une cité de mort et de poussière, entourée d’ennemis. Mais alors que certains voudraient la voir passer de vie à trépas, d’autres entendent rallier sa cause, tel Tyrion Lannister, le Lutin, dont la tête vaut de l’or depuis qu’il s’est rendu coupable du meurtre de son père, Tywin.
Au Nord, où se dresse l’immense Mur de glace et de pierre qui garde la frontière septentrionale des Royaumes, Jon Snow, le bâtard de feu Eddard Stark, a été élu 998e Commandant en chef de la Garde de Nuit, mais ses adversaires se dissimulent des deux côtés du Mur, y compris parmi les troupes de Stannis Baratheon qui ont élu domicile dans ces contrées glacées…

 

Un début de cycle bien noir

 

Comme le laissait présage Un festin pour les corbeaux, ce début de cycle non seulement est bien lugubre mais il projettera son ombre sur des personnages non exploités au cycle précédent. La magie de GRR Martin est telle que, qu’on aime un personnage ou pas, dans ce tome, vous n’aurez qu’une envie, c’est de le prendre dans vos bras et lui dire que cela va bien se passer, même si vous savez que non.

 

On pensait aux précédents cycles que les Sept Royaumes étaient au plus bas, et bien nous sommes dans une situation bien pire. Port Réal, nous l’avons laissée car elle risque de tomber à force de subir des intrigues dans tous les sens. Le Nord a besoin d’un chef et c’est Stannis Barathéon qui se présente (ne faites pas cette tête, je vous ai dit que c’était le tome de la poisse). Il tente d’y accéder grâce à Jon Snow qui lui s’acharnera à montrer son appartenance à la Garde de Nuit, ne prenant pas partie (ce qui n’est pas facile pour le coup).

 

Au Sud, Daenerys Targaryen apprend deux choses. La première est qu’un dragon n’est pas un animal de compagnie, il peut donc tuer des gens. Je sais, cela paraît évident pour nous, simples lecteurs depuis longtemps avertis par des films et des livres de fantasy mais pour la maîtresse du Typhon… La seconde, c’est que saboter la principale économie d’une ville rend très difficiel sa direction par la suite. Mais elle apprend de ses erreurs et se rend compte qu’elle devra avoir plus de soutien.

 

En parlant d’appui, Tyrion est en route pour la rejoindre mais il touche le fond. L’araignée l’a remis dans le jeu des trônes mais le Lutin ne sait pas quel rôle encore il veut ou il peut jouer. Il nous montre toutefois qu’il peut encore être un fin stratège et acquérir ainsi la monnaie plus précieuse que l’or : l’information.

 

 

Un jeu des trônes qui se remet doucement mais sûrement en place.

 

Vous l’avez compris, ce n’est pas à proprement parler un tôme d’action mais plutôt un tome de mise en place; Et il est important car vous cernerez plus vite certains personnages.

 

Daenerys Targaryen est une femme forte qui explore ses faiblesses. Elle est bien entendu en cours d’apprentissage et assimile vite, comprend de ses erreurs. Son rôle sera, je le sens, très important voire vital par la suite (les Lannister perdant de leur superbe) si elle prend la grandeur que sa fonction exige.

 

Jon Snow subit de grandes tentations, à savoir reprendre le nom de son père, gouverner le Nord… Mais il montre qu’il appartient au Mur et que le Mur lui appartient. Son rôle à lui recquiert de la droiture alors que son entourage voudrait le voir jouer à l’anguille. Un fait me semble primordial : Avant de partir, Aemon Targaryen lui a donné des conseils, mais pas ceux d’un Lord Commandant, ceux d’un Roi ! Et l’on voit qu’il fait renaître de ses cendres les Corbeaux, il renfloue le Mur coûte que coûte, en prévision du long hiver qui approche.

 

Quant à Tyrion, il faudra attendre qu’il dépasse les chocs qu’il a subis pour savoir par quel tour il nous reviendra. On devine quelle importance son entendement a dans ce jeu car il en est une pièce maîtresse : force, efficace mais à double tranchant car elle a sa volonté propre….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :