Ta-Shima, tome 2 : L’exilé de Ta-Shima d’Adriana Lorusso

Auteur : Adriana Lorusso

Saga : Ta-Shima

Genre : Science-Fiction

Maison d’édition : Bragelonne

Nombre de pages :  528

Obtenu le 9 Décembre 2016

Lu le 11 Septembre 2017

Dans le cadre de lire les livres achetés pendant la Grosse Opé

 

En un mot :

  • Un tome axé sur Rinvar et Elise
  • Un complot envers Ta-Shima
  • La Magie de la découverte est toujours là

 

39691890Résumé :  Sur Ta-Shima, l’ambassadeur de la toute-puissante Fédération des mondes humains a décidé d’explorer la planète en compagnie de sa seconde épouse et de sa fille. Le jeune Rinvar, adolescent orgueilleux et champion de sabre, a été choisi pour les accompagner, à son grand déplaisir. Mais les choses ne se passent jamais comme prévu sur ce monde étrange et dangereux, que seuls les Shiro et les Asix ont réussi à apprivoiser. Et les coutumes, en particulier sexuelles, des uns et des autres sont sources de malentendus sans nombre…

Pendant ce temps, les espions de la Fédération cherchent par tous les moyens à réduire l’autonomie de Ta-Shima et à forcer ses habitants à rejoindre la civilisation humaine. La doctoresse rebelle Suvaïdar Huang, qui tire les ficelles de la politique locale, doit protéger à tout prix les secrets des généticiennes Jestak. Mais le prix à payer ne sera-t-il pas trop élevé ?

 

 

L’ambassadeur de Ta-Shima a bien des soucis.

 

Souvenez-vous de cet ambassadeur qui a deux épouses, une fille archi gâtée et un monceau de préjugés sur ce nouveau monde. Il s’agit d’un homme qui va sur une terre pendant quelques années sans se soucier de culture ou de parler la langue, qui a acheté sa seconde femme à un fermier, qui la bat et qui s’attend à ce qu’on le serve constamment, et qui est en train de juger moralement une population. On a beau tenter d’avoir un point de vue impartial et aussi se remémorer toutes les choses génétiques et sociales du premier tome, on ne peut s’empêcher de se répéter que cet homme ferait mieux de partir et sans délai.

 

Pour se sentir supérieur, il est capable de battre et de dénigrer sa seconde Epouse Elise. Or, c’est la seule dans cette famille qui a appris la langue de la planète, qui a fait l’effort de découvrir leur culture et aussi qui fait l’effort constant d’aider les autres. Elle aurait pu être un merveilleux atout dans les relations diplomatiques mais ils préfèrent la réduire au silence jusqu’à la fin de la guerre.

 

Pour garder les apparences, cet homme est capable aussi de marier sa propre fille à un inconnu et un étranger plutôt que de lui faire subir les conséquences de ses actes. Lorsque son enfant fait une bêtise, on le punit, cela fait partie des bases de l’éducation. Ici, lorsque sa fille en fait une belle, son père est capable de la suivre et de risquer la vie d’autres personnes pour garder les apparences. Vous vouliez du sociologiques en lisant Ta-Shima ? Vous en aurez pour votre argent car Ardiana Lorusso vous en fait une description sans concession et avec parfois une belle touche d’humour qui m’a fait lire à toute vitesse. On se sent Ta-Shimodin tout le long de cette histoire alors que ce peuple et finalement très éloigné de nous.

 

 

L’influence de Suvaïdar Huang sur le monde de Ta-Shimoda a été plus forte que prévue.

 

Du point de vue local,  nous suivrons l’histoire de Rinvar, celui qui par la force de circonstances extraordinaires va se retrouver exilé de sa planète. Comme Suvaïdar, c’est un chien perdu sans collier et sans s’en rendre compte, il va s’inspirer et se lier d’amitié avec notre doctoresse rebelle. Si nous suivions la vie de Suvaïdar pendant le premier tome, nous suivons l’influence de cette femme sur son monde. Elle va leur apprendre un petit peu d’individualisme, pouvant ouvrir à de belles carrières. Sa première œuvre fut Tar, son premier amant. Impropre à la reproduction, bègue, destiné aux travaux de la mine, sous son influence, il deviendra l’un des meilleurs maîtres d’armes de l’Académie et s’occupera tout au long de sa vie de cas désespérés pour les remettre sur le droit chemin.

 

Pour Elise, elle va lui permettre discrètement de s’affranchir d’un mari violent, lui permettre d’avoir des enfants de de lui démontrer qu’elle est intelligente et intégrée au point de faire des études. Ce sera la seule étrangère intégré au point de faire des études. Ce sera la première exilée venant à Ta-Shima et c’est une belle histoire quand on connaît ce peuple très xénophobe.

 

Pour Rinvar, c’était un inadapté social, rejeté par sa propre maison, mis dans une situation impossible, violent et condamné à mort par la négligence de ses camarades. Elle va le sortir de là en brisant toutes les règles, le sortir de la planète et lui permettre de retrouver confiance en lui-même. Cette femme montre par son entêtement que les hors normes peuvent apporter le salut de toute société et je pense que c’est le message qu’il faut retenir de ces deux tomes. Quel que soit la situation où vous vous trouver, c’est votre différence qui peut faire le tout.

 

En bref, encore un tome très dense que j’ai littéralement dévoré que ce soit pour les descriptions sociologiques que pour les histoires en elles-mêmes. Une belle parenthèse SF pour ma part.

2 commentaires sur “Ta-Shima, tome 2 : L’exilé de Ta-Shima d’Adriana Lorusso

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :