Notre dame des loups d’Adrian Thomas

Auteur : Adrian Thomas

Genre : Fantastique

Maison d’édition : Mnemos

Nombre de pages : 181

Obtenu le : 18 Juillet 2017

Lu le : 20 Octobre 2017

Dans le cadre d’une belle promo chez L’Emaginaire

 

En un mot :

  • Un mélange fantastique et western assez détonnant
  • Une aventure courte mais prenante et complète
  • Un univers solide

avt_adrien-tomas_2432Résumé : En 1868, Jack, Würm, Evangeline, Jonas et les autres sont des Veneurs, des chasseurs de loups-garous. Ils ne peuvent plus être définis autrement, ils ont renoncé à tout le reste afin d’accomplir leur devoir : décimer les meutes, protéger les colons, et surtout, pourchasser celle par qui tout a commencé, la légendaire Notre-Dame des Loups.

A travers une Amérique glaciale, battue par les vents et couverte de neige, insensibles au froid, à la fatigue et au découragement, les Veneurs avancent, encore et toujours. Guidés par des chiens de guerre, équipés d’armes crachant des balles d’argent, protégés du Mal par la mystérieuse sorcellerie de leurs amulettes, ils pourchassent, malmènent, et acculent les loups-garous, qui n’ont d’autre choix que les affronter… et mourir.

Mais l’ennemi n’est pas le seul à dissimuler sa véritable nature…

 

Bienvenue dans la traque de wendigos au cœur de l’Amérique sauvage

 

Quand on parle de chasses aux loups garous en littérature, on tombe dans de grandes forêts européennes, voire des villes. Et c’est logique en un sens car pour s’appuyer, les auteurs ont une mine de légendes européennes sur le sujet. Mais imaginons deux minutes que traqués de partout en Europe, nos loups garous ont fait comme nous, ils sont partis en Amérique, sur les chemins des grands espaces.

 

Ainsi, Adrian Thomas nous met dans le groupe des Veneurs, des espèces de chasseurs de prime mais pour wendigos. L’auteur va nous faire découvrir ainsi l’univers de la traque, version grand chsseur américain avec les périodes de chasses proprement dites mais aussi les préparations, les temps d’attente et les relations entre membres de la taverne

 

 

La Vénerie et son étrange ressemblance avec une meute.

 

Vous allez me dire que pour traquer un animal, on en devient soit même au bout d’un moment. Je n’ai pas pu faire autrement que de me dire que les Veneurs ressemblent à une meute. Il y a un meneur dont il ne faut pas discuter les ordres, un adjoint qui le calme, une solitaire et une qui s’occupe des animaux.

 

Chacun a sa fonction bien définie et oui, par leur sauvagerie due à leur environnement et leur époque, on finit par se demander si les loups garous ne sont pas aussi humains qu’eux.

 

En bref, une aventure pleine de paysages, de sang, de combat et de réflexion. Un très bon moment pour ce one shot aux allures de western

Un commentaire sur “Notre dame des loups d’Adrian Thomas

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :