Le fantôme d’Hollywood de Ray Bradbury (traduit par Alain Dorémieux)

Auteur : Ray Bradbury

Genre : Policier

Maison d’édition : Denoël

Nombre de pages : 448

Obtenu le 17 Octobre 2017

Lu le 5 Novembre 2017

Dans le cadre de mon partenariat avec les Editions Denoël

 

En un mot :

  • Un Ray Bradbury qui j’aime de plus en plus en auteur de policier
  • Un bon polar comme je les aime
  • Et surtout, c’était aussi drôle.

415xnu0pwbl-_ux250_Résumé : «Le rêve de ma vie se réalisait. Je venais d’être embauché comme scénariste dans un grand studio d’Hollywood. Un studio un peu bizarre, quand même. Situé juste à côté d’un cimetière d’où les morts avaient tendance à sortir la nuit. C’est ainsi que je me suis retrouvé nez à nez avec le cadavre du grand patron des studios, mort depuis vingt ans. Un cadavre qui s’est empressé de disparaître. Comme a disparu mon copain Roy, l’as des effets spéciaux, après s’être fait bousiller tous ses monstres chéris modèle réduit. Il fait dire qu’il n’était plus le même après avoir rencontré « la Bête », l’incarnation vivante de l’être de cauchemar qu’on était censés inventer pour notre film. Pagaille dans les studios. Dans quel asile d’aliénés étais-je tombé ?»

 

Ray Bradbury nous montre qu’un bon polar peut être extrêmement drôle.

 

C’est une histoire de dingue. Un auteur de scenarii à Hollywood reçoit un mot mystérieux le soir d’Halloween qui lui dit d’aller dans un cimetière à minuit. Il s’y rend et y voir un acteur mort en chair et en os. Evidemment, il prend peut, s’enfuit et on passe le reste du roman à découvrir pourquoi cet acteur mort est revenu à la vie, tout cela dans les studios d’Hollywood.

 

Il va se passer un nombre incalculable de choses qui vont nous faire passer ce roman comme une lettre à la Poste. Et tous ces évènements non seulement vont nous piéger dans la toile de l’intrigue mais surtout cela va amener des tonnes de situations burlesques.

 

Vous aurez donc l’impression de vivre dans un film tout simplement parce que c’est ce que l’autuer veut faire pour vous piéger mais pas que.

 

Il choisit Hollywood pour nous tromper encore plus.

 

Reprenons.  Notre personnage principal est un petit écrivain de scenariis pour Hollywood. Il travaille en binôme avec Roy, un mec qui voue sa vie à fabriquer des monstres pour le cinéma. D’ailleurs, ces deux copains d’enfance sont à la recherche d’un montre. Or, quand ils le trouvent, Roy se fait virer puis il disparaît.

 

Notre héros va se retrouver au milieu de personnages vraiment burlesques dont le maquilleur posthume de Lénine et un scénariste allemand. Cela nous met dans une position très confortable parce que tout le monde joue un rôle donc conclusion logique ! On ne peut faire confiance à personne.

 

J’ai donc adoré suivre ce roman noir. J’ai adoré l’écriture fluide et poétique de Ray Bradbury et j’attends avec impatience la sortie de ses autres textes dans ce genre chez les Editions Denoël que je remercie encore pour nous publier ces pépites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :