La mort du temps d’Aurélie Wellenstein

Auteur : Aurélie Wellenstein

Genre : Fantasy

Maison d’édition : Scrinéo

Nombre de pages : 284

Obtenu le : 7 Octobre 2017

Lu le 10 Octobre 2017

Dans le cadre de gagner un pari avec l’auteure

 

En un mot

  • Adapter un roman de chevalerie à la Science Fiction
  • Aurélie Wellenstein s’attaque aux paradoxes temporels
  • Et avec Brio

ob_a9b649_dsc-02982Résumé : Un séisme temporel a dévasté la Terre, massacrant une large partie de la population et mélangeant les époques entre elles. Callista se retrouve seule survivante dans un Paris ravagé où s’amalgament deux-mille ans d’architecture. Tous ses repères chamboulés, la jeune fille n’a plus qu’un espoir : retrouver en vie sa meilleure amie, restée dans l’Est de la France. Callista part à pied pour un long périple, talonnée par la monstrueuse réplique du séisme qui semble la suivre pour l’anéantir. Si elle s’arrête, si elle ralentit, le cataclysme la dévorera. Au côté d’étranges compagnons, issus de siècles différents, elle va tout faire pour échapper au chaos.

 

Se dépêcher de lire un livre pour ne pas perdre un pari

 

Autant vous le dire de suite, j’ai découvert l’auteure aux Halliennales, il y a un an, pour lui prendre le Roi des Fauves, qui a été génial saug que j’ai mis 11 mois et trois semaines pour me décider à le dévorer en une soirée. Forcément, on s’est bien marrées toutes les deux devant mon inattention et j’ai donc pris le pari de le lire avant la fin de l’année, concernant La mort du temps bien entendu. On ne parlera pas ensuite du délai de publication qui est proprement indécent.

 

Alors lui, je ne l’ai pas lu en une soirée parce que … Je l’ai pris au boulot donc en vrai, je l’ai lu en deux midi (et oui). Pourtant, ici, on a quitté la fantasy pour la science fiction mais croyez moi, c’était tout aussi bon, tout aussi surprenant, tout aussi brillant et tout aussi sombre.

 

 

Aurélie Wellenstein et ses scenarii catastrophes.

 

On assiste au réveil d’une jeune fille comateuse un peu à la Walking Dead ou au 28 ème jour (chacun ses références). C’est le scenario catastrophe où Callista découvre que sa mère est morte, que son père a fait une bêtise mais on ne sait pas pourquoi, que les temps se mélangent et que ce qui provoque tout cela la poursuit. Elle se lance à la recherche de sa meilleure amie et découvre d’autres personnages.

 

L’un deux est chevalier, littéralement car c’est un homme d’arme du Moyen Age qui a fusionné avec son cheval. Ce personnage transforme ce roman apocalyptique en geste héroïque et c’est en transfigurant les genres avec un brio que je me prends à avoir un réel coup de cœur pour cette auteure. J’ai hâte de voir ce qui va arriver pour le 3eme roman que j’ai en ma possession : Les loups chantants.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :