A présent, vous pouvez enterrer la mariée d’Oren Miller

Saga : Les enquêtes d’Evariste Fauconnier et Isabeau Le Du

Auteur : Oren Miller

Genre : Policier

Maison d’édition : L’Homme sans Nom

Nombre de pages : 382

Obtenu le : 19 Septembre 2017

Lu le : 10 Novembre 2017

Dans le cadre de : Ma lecture commune avec Séverine

 

En un mot.

  • Aussi bon que le premier
  • Une série qui s’inscrira dans la longueur je pense
  • Des éclats de rire

oren-millerRésumé : « Monsieur et Madame Bartoli sont heureux de vous inviter au mariage de leur fille Apolline et de son fiancé Adam à la Cathédrale de Monaco. La cérémonie religieuse sera suivie par un vin d’honneur à 17 h puis par la combustion spontanée de la mariée et son enterrement. » N’ayant aucune confiance dans le travail de la police, le père de la mariée, Hippolyte Bartoli, fait appel au service de deux enquêteurs connus pour résoudre discrètement les affaires les plus étranges.

 

 

Après le Petit Peuple de Bretagne, Oren Miller nous offre une intrigue sur la Combustion spontanée

 

Si vous étiez comme le reste du monde intellectuel et du Showbiz comme moi, vous étiez à la conférences des Halliennales où Gabriel Katz a tué le Père Noël sous les yeux de mes enfants (Gabriel, si tu passes par là, ils s’en sont remis et ils y croient toujours). Et durant cette conférence extrêmement intéressante, Oren Miller nous révélait quelle prenait un élément de surnaturel pour nous aveugler afin de pouvoir construire son intrigue autours. Et je dois dire que j’aime beaucoup cette manière de penser et de faire car, même en le sachant, on ne peut s’empêcher d’être ébloui. Car, pour citer approximativement la victime : J’étais si belle en mariée, avant de me consumer.

 

Et je suis persuadée que vous vous dites maintenant que l’auteure, puisqu’elle a la carotte du surnaturelle, va nous faire une intrigue policière plutôt light. Et ce serait son droit. Sauf que non. Pas du tout. Et comme l’intrigue se situe plutôt dans les années 50, nous aurons ici que des déductions pues. Oubliez les analyses scientifiques, les caméras de surveillance et autres artifices de notre époque, vous n’aurez que la bonne bouille d’Evariste et d’Isabeau pour vous aider sur ce coup là.

 

 

Evariste et Isabeau, un couple qui évolue en gardant ses fondamentaux.

 

J’avoue que ce qui fait le charme incontestable de cette saga, ce sont les échanges verbaux entre Evariste et Isabeau dont l’objectif quotidien doit être de se surpasser. Et peu importe qui est le mentor et qui est l’élève ici, on sent une profonde amitié… Ajoutée bien entendu à celle de Georges, le majordome qui a rejoint l’équipe en même temps qu’Isabeau. Faisons un tour de notre duo, voulez vous ?

 

Evariste : on savait qu’il était notaire et aimait beaucoup résoudre des énigmes. Il avait un passé sombre au Congo et a perdu sa femme dont il porte les cendres grâce à ses tatouages. On apprend ici qu’en fait, il fait partie d’une organisation dont le but est de résoudre des problèmes, moyennant bien entendu une certaine somme d’argent. Evariste garde ce côté un peu détective fou à la Sherlock puisqu’il a toujours des manies un peu particulières, s’en fiche de ce que pense les autres, ne se fie qu’à sa logique sauf en ce qui concerne ses tatouages. En effet, il lui arrive très régulièrement de parler à sa femme par ce biais.

 

Isabeau : Quant à lui, garde depuis ces deux dernières années, sa curiosité, son humour, son carme et sa maladresse légendaire. On sent qu’il a mûrit mais aussi qu’il a pris du galon. Il fait maintenant parti à part entière de l’organisation dont fait partie Evariste et a entamé des études de médecine afin d’avoir un métier de couverture. Il y a tout de même une partie de lui qui pense ne pas être à sa place tout simplement parce qu’il pense encore n’être qu’une petite chose insignifiante. J’espère qu’Evariste arrivera à lui enlever ce sentiment et je sens qu’il y travaille.

 

Bien entendu, beaucoup de gens n’aident pas. Cette relation semble si forte que beaucoup de gens lancent des allusions sur le fait que nos deux amis soient amants. Et j’avoue que leu réaction est hilarante car elle reflète parfaitement leu incompréhension.

 

En bref, un excellent moment que j’ai à peine pu partager avec le Petit Museau car Séverine et mois l’avons lu en deux soirées. Et encore, j’étais chaude pour le finir en une mais je me suis endormie lamentablement ce soir là (et je n’étais pas la première). Juste un dernier mot pou vous signaler que c’est une série à ne pas rater si vous aimez lire de petites choses atypiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :