La Grotte Gorgone

Auteur : Lemony Snickett

Saga : Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire

Numéro de tome : 11

Genre : Jeunesse

Maison d’édition : Nathan

Nombre de pages : 354

Obtenu le : 19 Octobre 2012

Lu le : 19 Avril 2013

Dans le cadre de : On boucle les sagas

 

En un mot :

  • J’attends de voir la fin

lemony-snicket-16636400-1-402Résumé : Cher lecteur, à moins d’être une bernique, une anémone de mer ou un bernard-l’ermite, sans doute préfères-tu éviter les excès d’humidité saline. En ce cas, il serait plus sage de ne pas te plonger dans le présent ouvrage, qui voit les orphelins Baudelaire sombrer au plus profond des mers, du doute et du désespoir. Las ! L’océan d’infortune qui les engloutit là est bien trop insondable pour se laisser décrire en trois mots, aussi n’en citerai-je que quelques éléments au compte-gouttes – de la recherche vaine d’un objet disparu à un champignon mortel et un poulpe d’acier, et de l’appel à l’aide d’un ami perdu de vue à une salade du chef infiniment douteuse. Après des mois et des années consacrés à relater les malheurs de l’infortuné trio, je me sens moralement obligé de continuer à explorer ces abysses d’une noirceur indicible. Mais par bonheur pour toi, cher lecteur, rien ne t’oblige à te jeter corps et âme dans ces eaux tristement salées.
Avec mes sentiments respectueux,
Lemony Snicket.

 

Un véritable bon en avant dans l’intrigue, même si nous n’avons que des miettes lancées par l’auteur. Cela dit, cela sent la fin. On sent le dénouement proche et je n’ai qu’une envie, vous pouvez vous en douter, c’est de savoir la fin. On découvre que Prunille a vraiment des dons très particuliers.

Par contre, pour ces pauvres Baudelaires, la trahison et la méchanceté l’entourent toujours. Heureusement, on se rend compte qu’ils sont entourés, que des gens souhaitent vraiment les aider. Mais ils devront encore faire des choix, bons ou mauvais. Ce qui est fou, c’est qu’on se dit toujours qu’ils vont y arriver, que ce sera la fin et qu’ils vivront bienheureux ensuite. Et parfois, on n’y croît plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :