La fin

Auteur : Lemony Snickett

Saga : Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire

Numéro de tome : 13

Genre : Jeunesse

Maison d’édition : Nathan

Nombre de pages : 376

Obtenu le 19 Octobre 2012

Lu le : 8 AOût 2013

Dans le cadre de : Une saga de finie !

lemony-snicket-16636400-1-402Résumé :

Cher lecteur,

Tu viens sans doute de prendre ce livre et tu l’entames par la fin, ou plutôt par ce petit texte à la fin, à seule fin d’y détecter le fin mot de l’histoire ou cherchant peut-être à savoir si la fin est vraiment la fin, autrement dit la fin de la série qui commençait par tout commence mal. Sans pour autant être une fin de série, ce livre est en effet le dernier tome des désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, et je ne saurais trop t’en déconseiller la lecture, même si tu as trouvé le courage d’ingurgiter les douze tomes précédents. Du début à la fin, la fin n’est qu’une série d’abominations, dont une tempête du style fin du monde, un breuvage à donner le tournis et du poisson cru en bouillie, sans parler de moutons sauvages, d’une cage à oiseaux rococo et de perturbants mystères au sujet des parents Baudelaire. Je m’étais fait un devoir de relater par le menu l’histoire de ces orphelins et ma mission touche à sa fin. De ton côté, libre lecteur, tu as sans doute d’autres missions et si j’étais toi je m’abstiendrais de lire la fin, de crainte que cette fin ne m’achève.

Avec mes sentiments respectueux.

Lemony Snicket

 

 

Ça y’est ! C’est la fin ! C’est de manière un peu fébrile que j’ai ouvert ce dernier tome. Car même avec des hauts et des bas dans une saga, on s’attache aux personnages, on s’ennuie d’eux aussi et on veut savoir ce qui se passe ensuite, toujours appâtés par les rebondissements que nous propose l’auteur. Les Orphelins Baudelaires étaient entrés dans mon quotidien, étaient devenus familiers et je vous le dis aujourd’hui, je vais être triste de les quitter

 

Mais revenons à ce tome, à ce final. Les Orphelins échouent sur une île avec leur ennemi de toujours : le Comte Olaf. Mais cette île paradisiaque se révèle être un endroit où les dissensions sont légions, les coutumes assez bizarres (comme toujours dans cette saga, vous allez me dire) et les mystères sont à chaque coin de sable. Les Orphelins devront comme toujours démêler ce sac de nœuds.

 

Pourtant, il faut l’avouer, cette île leur permettra de faire le bilan de leurs actions passées, de voir que tout n’est pas ou tout blanc ou tout rose et surtout, cette île leur permettra d’entrer pleinement dans l’âge adulte. C’est une fin de saga, bien entendu, mais c’est aussi une fin de cycle. Les choses se passeront sûrement de manière différemment pour les Orphelins, mais ceci est une toute autre histoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :