La guerre des Gruuls

Auteur : Jean-Pierre Andrevon

Genre : Science-Fiction

Maison d’édition : Bragelonne (classic)

Nombre de pages : 233

Obtenu le : 27 Juin 2016

Lu le 8 Janvier 2018

Dans le cadre de la Grosse Opé

 

En un mot :

  • Un texte d’anticipation comme je les aime
  • Avec de bonnes réflexions à la clé
  • Le plaisir de retrouver la plume de Jean Pierre Andrevon

 

andrevon-jean-pierre_2012Résumé : En cette année 2413, l’homme n’avait jamais encore rencontré sur sa route une intelligence qui pût lui être comparée. Les trois astronefs en forme de losange qui apparurent un jour dans le ciel de la planète Arbolea, avant-poste humain situé à 120 années-lumière de la Terre, était donc le message à la fois tant attendu et tant redouté, le message d’un ailleurs inconnu, insoupçonnable, l’apparition du concurrent, de l’ennemi peut-être. Lorsque les astronefs en fer de lance furent au-dessus de la capitale planétaire d’Arbolea, toute vie disparut brutalement de la ville, sans qu’aucun signe n’eût permis de déceler une attaque quelconque. Quoi qu’ils lançassent, les vaisseaux étrangers possédaient l’arme absolue, l’arme des conquérants, celle qui permet d’éteindre !a vie comme on souffle la flamme d’une bougie, sans que la matière inerte fût le moins du monde endommagée. C’est ainsi que commença la longue guerre qui opposa pendant plus de vingt ans les humains aux Gruulls. Mais qui étaient les Gruulls ? D’où venaient-ils ? Que voulaient-ils ? Et s’agissait-il réellement d’une guerre ?

 

Parfois, lire un classique de la SF fait du bien

 

Que vous dire ? Crevée, fatiguée, la totale. Dans ces cas-là, un seul remède : Un Jean-Pierre Andrevon. En effet, ça marche à chaque fois. Cet auteur, c’est une valeur sûre. Je l’avais déjà testé dans Demain le monde et aussi un horizon de cendres. Ce que j’aime chez lui, c’est qu’il n’a rien à prouver. Il a une écriture simple, efficace qui sert de véhicule à ses idées et qui ne vieillit pas.

 

Et donc, je commençais à en avoir jusque là des fins de sagas et autres joyeusetés. Certes, mes lectures étaient sympa mais parfois, la cervelle a besoin de repos et de déconnexion. Bref, partir sur la Guerre des Grulls, c’était la certitude d’avoir un récit futuriste qui allait me permette d’avoir une base de réflexions ur la guerre. j’avais déjà eu cette base de réflexion avec le cycle d’Ender si vous vous souvenez bien. Et je dois dire qu’Orson Scott Card, à quelques années d’intervalle, pensait la même chose.

 

La Guerre des Gruuls est symptomatique d’une génération qui a peur de la guerre.

 

Les années 70-80 : on est encore dans la Guerre Froide même si on est dans la période dite la Détente. Tout le monde s’est fait des frayeurs avec les armes nucléaires et tout le monde voit bientôt la résolution de ces conflits  lorsque les camps ennemis parlent tout simplement.

 

En bref, un récit représentatif d’une époque mais qui reste toujours aussi actuel malheureusement. A croire que nos dirigeants devraient lire un peu de science fiction de temps en temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :