Le sang et l’or

Auteur : Anne Rice

Saga : Chronique des vampires

Numéro de tome : 8

Genre : Fantastique

Maison d’édition : Pocket

Nombre de pages : 704

Obtenu : Sérieux ?

Lu encore plus de fois

Dans le cadre de : ma saga préférée au monde

 

En un mot :

  • Le dilemne de choisir son vampire préférée
  • Tout ça, c’est la faute d’Anne Rice

anne-rice-hi-resRésumé : De tous les vampires imaginés par Anne Rice, Marius est sans doute le plus civilisé, le plus raffiné. Philosophe et artiste, mentor de Lestat et Armand qui, comparés à lui, font figure d’enfants turbulents, gardien d’Enkil et Akasha, il émane de lui une sorte de sagesse et de sérénité. Peut-être cela s ‘explique t-il par le fait qu’il a été un témoin privilégié de la grandeur et la décadence de l’Empire romain, a assisté à l’épanouissement de Constantinople, puis découvert la Renaissance italienne. Mais quelqu’un de cette stature ne peut que se faire des ennemis. Car il y a aussi, parmi les vampires, des barbares, assoiffés de sang, qui commencent à se réclamer de Satan.

 

On retourne sur le parcours de Marius

Je soupçonne Anne Rice d’être une grande fan de Marius, tant les chroniques des vampires reviennent régulièrement sur cet immortel. En même temps, on le comprend bien. Il a été roman, brièvement druide, puis vampire, il a été le grand gardien de ceux qu’il faut garder, amant de Pandora, cotoyé maints immortels, créé Armand, élevé un peu Lestat (sans grand succès malheureusement) et cotoyé le Talamasca. C’est un amateur extrêmement éclairé d’art qui a créé des vampires avec à chaque fois une grande réflexion sur la mortalité.

C’est un amateur du beau, tout simplement, qui est toujours à la recherche de la réflexion, de l’observation et de la perfection. C’est l’Observateur de l’humanité par excellence, notre grand témoin très romantique (dans le sens large du terme) qui cherche un but à toute chose. Il a vécu dans toutes les grandes capitales du monde à des moments historiques sans précédent. Reprendre le personnage de Marius, c’est un régal pour découvrir de nouvelles époques à chaque fois et faire de belles descriptions.

Un roman très descriptif.

Mais voilà, à la différence des tomes où l’on suit Lestat, c’est un tome descriptif. Un tome un peu de transition en attendant la suite de l’intrigue. Il faut savoir le lire au coin de la cheminée, sans attendre grand chose, comme lorsqu’on lit de belles biographie. On explore les périodes de l’histoire, les différentes villes, les personnages secondaires. C’est un personnage qui n’a d’intérêt que son amour de l’humain et son sens de l’observation, mais là je me répète. Si vous êtes dans une période un peu contemplative, ce tome est fait pour vous.

Enfin, c’est le dernier tome de transition ( et il y ‘en a eu pas mal en fait)  qui vous préparera gentiment au réveil de Lestat dans le Domaine Blackwood, où d’autres sagas vont encore s’emmêler. Mais ceci est pour le prochain tome, le premier que j’avais lu en VO, souvenez vous en. A bientôt donc pour retrouver notre fou de Lestat qui va encore bousculer des tas de choses 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :