Le souffle de Midas

Auteur : Alison Germain

Saga : Chroniques Homérides

Numéro de tome : 1

Genre : Fantastique

Maison d’édition : Le Chat Noir

Nombre de pages : 272

Obtenu le : 10 Février 2018

Lu le : 1 er Mars 2018

Dans le cadre de ma lecture commune avec la team Lecteurs des Terres du Nord

 

En un mot :

  • Déception pour moi
  • Je n’y ai pas trouvé ce que je voulais
  • D’où ce sentiment de frustration pour moi

alison-germain_min200Résumé : Entre tes mains, fille d’Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux.
Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d’étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j’ai été le seul témoin, aucune trace du crime n’a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croit, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d’une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux.
Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et quand le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu’il en sait bien plus sur ce qui m’arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu’une malédiction…

 

De l’art de se sentir à contre courant mais au moins avec les copines

 

Bon. Cette chronique là va être délicate. Alison Germain a écrit son premier roman. Chez le Chat Noir. C’est aussi une booktubeuse que je suis de loin (parce que j’ai pas le temps de suivre pleins de chaines donc voilà). Bref. Mon groupe de copains avec qui je prépare les Halliennales me propose de lire avec eux le souffle de Midas qui n’était pas dans mes priorités lecture du tout. Parce que mon instinct me disait que cela allait être jeunesse, pas au niveau que je voudrai. De plus, cela traite de la mythologie grecque et sans me vanter. Je touche un peu ma bille dessus donc pour me surprendre, il faut me déballer le grand jeu.

 

On m’explique donc que c’est un premier roman, que l’auteure a bossé le sujet et que l’intrigue se situe en pays anglo saxon. Et que c’est son premier roman. Soulignez la répétition. Ma copine Séverine me précise en plus qu’il n’y a pas beaucoup de pages ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Cela dit, on venait de s’enquiller quelques pavés. Un moins de 300 pages c’est cadeau. J’ouvre le livre (sur ma liseuse) et on se lit les 5 premiers chapitres.

 

 

De l’art de se répéter qu’on va dire que

 

Tu sens que ta lecture va mal se passer quand tu lis quelque chose et que tu te dis : On va dire que. On va dire qu’il y a beaucoup d’Alison dedans. C’est vrai la Louise (en Angleterre/ Ecosse ? Pardon je n’arrive pas à m’en souvenir) elle est sympa. C’est une étudiante qui a des parents qui bossent tard, un frère un peu … C’est un frère quoi. Un job d’étudiant avec la vente de pierres médicinales. Bref. Elle est sympa. On va dire que cela présente bien le personnage.

 

On va dire aussi que c’est un tome introductif qui va débouler sur une intrigue géniale en deuxième tome. Parce que là, on y est allé mollo quand même. Si vous pensiez apprendre des trucs sur Midas, sur le pouvoir des dieux, sur comment transformer des trucs en or. Bref. Désolée, je n’ai rien appris parce que bon. Comme je le disais plus haut, je touche ma bille dessus donc une entrée en matière classique, c’est pas vraiment ça hein. Et puis peut être que plus tard on aura d’autres pouvoirs de dieux. Ou d’autres choses. Enfin, bref, je ne vous en dis pas plus, ce serait gâché.

 

En bref. En bref je ne suis pas la cliente pour lire ce bouquin. Mais je suis persuadée qu’il y a des tonnes de gens qui ont aimé. L’écriture est bien foutue. Un peu control Freak quand même. Se lâcher un peu aurait pu être sympatoche. Pour l’intrigue, je passe la main. J’ai eu suffisamment de On va dire que pour passer outre. Pour moi, ce n’est pas suffisant. Et oui, je suis exigeante même si c’est un premier roman on est d’accord. Et oui je prends des pincettes pour ne pas faire de la peine à tous ceux qui ont aimé ce livre. Parce que non, je n’ai pas aimé. Je l’aurai lu plus vite s’il n’y avait pas eu les copines. Et si elles n’avaient pas été là, j’aurai sûrement lu autre chose. Alors non, je ne lirai pas non plus le tome 2. Est ce que je lirai d’autres choses de l’auteure plus tard. Oui. Parce que la forme est là. Mais juste un conseil. Lorsque vous écrivez un roman. Tentez de transposer des éléments de votre intrigue dans votre quotidien. Genre est ce que vous suivriez un inconnu dans un pays étranger sans prévenir qui que ce soit ? Et bien c’est pas chez moi (mais on va dire que.). A plus tout le monde.

3 commentaires sur “Le souffle de Midas

Ajouter un commentaire

  1. Hey! J’ai enfin pris le temps de lire ta chronique de bout en bout et tu viens de t’élever au rang de divinité à mes yeux ❤
    PS : si tu as de la suggestion mythologie grecque touchant moi-même un peu ma bille, grosse fascination adolescente je prends 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :