L’homme invisible

Auteur : Herbert George Wells

Genre : Fantastique, classique

Maison d’édition : Le Livre de Poche

Nombre de pages : 279

Obtenu le : 19 Octobre 2012

Lu le 21 Janvier 2013

Dans le cadre de découvrir du Classique Fantastique

 

En un mot :

  • Le plaisir de lire quelque chose dont tout le monde en parle sans forcément l’avoir lu
  • Je sais pas si vous me suivez
  • Le livre a quand même vieilli un chouilla

220px-h-g-_wells_by_beresfordRésumé : C’est un drôle de client qui s’est installé à l’auberge de Mme Hall ! Vêtu d’un grand chapeau, de lunettes noires et recouvert de bandages tout autour de la tête, l’inconnu s’est enfermé dans sa chambre avec des dizaines de petites bouteilles remplies de poudre et de liquides divers.
Que prépare-t-il ? Une chose est sûre, les villageois sont loin d’être rassurés !

 

 

 

Un récit dans la pure tradition du classique.

 

Oui, le classiques ont leurs règles et pour cela, L’homme invisible est un bon exemple, aussi je vais vous préciser comment on peut se retrouver dans un récit classique, que ce soit du fantastique ou de la Science-Fiction. Tout d’abord, on retrouve ou une personne un peu bizarre ou un récit d’une personne ayant vécu un évènement bizarre. Ici, dans l’Homme invisible, vous avez un inconnu qui arrive dans une auberge. Il est entièrement bandé, est reclus, et a des sautes d’humeur tout le temps. Survient alors un évènement étrange : ici un vol. Et l’on va rejeter l’inconnu. En fuite et furieux, on va découvrir le fin fonds de l’histoire et on va combattre l’élément dérangeant.

 

Alors oui, maintenant, pour nous lecteurs où l’on est habitué à un tout autre style de lecture, cela peut paraître long, parfois fastidieux. Car pour ponctuer ces éléments d’action, on va avoir droit à des réflexions de la personne (ou de personnages secondaires) et de longues descriptions de l’environnement.

 

 

L’homme invisible, une réflexion sur l’étrange ?

 

Ce qui nous dérange profondément chez l’homme invisible, c’est qu’il n’a pas le même code moral que nous. En effet, il défie les lois de la nature. Et peut donc complètement se démarquer des codes sociaux. C’est l’anarchique. Il ne répondra pas aux obligations morales et civiques des autres (famille, patrie, société). Et c’est en cela qu’il dérange car on ne veut pas d’un être différent, hors normes. Et c’est pour cela qu’on le chassera car ce qui n’est pas comme nous est rejeté, poursuivi et anéanti. On a tout à fait la fonction normal de la société classique. Ce qui n’entre pas dans les rangs est éliminé. Et l’on ne cherchera pas à adoucir les motivations de cet homme

 

Autre point intéressant aussi dans ce texte : un début d’éthique. Il ne faut pas modifier notre condition. Lorsque l’on fait des découvertes scientifiques, il faut qu’elles soient encadrées. On condamne ici le savant fou.

 

En conclusion : une lecture vraiment sympa mais qui marquera chez moi la fin d’un cycle de romans classiques. Je fais une pause. Car à toujours lire le même style, je me rends compte que je m’ennuie au milieu de ces schémas, ce qui gâcherait grandement la lecture des futures œuvres que j’ai envie d’explorer.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :