Serre du faucon argenté

Auteur : Raymond E. Feist

Saga : Le Conclave des ombres

Numéro de tome : 1

Genre : Fantasy

Maison d’édition : Milady

Nombre de pages : 437

Obtenu le : 29 Juin 2016

Lu le : 15 Mars 2018

Dans le cadre de ma lecture commune avec Séverine

 

En un mot :

  • Une affaire qui roule avec Feist
  • Un nouveau développement plus basé sur le conclave des ombres
  • Une intrigue qui promet encore

raymond-feistRésumé : Le mal se répand dans les montagnes de Midkemia. Sur les sommets enneigés,les exterminateurs du Duc d’Olasko massacrent tout sur leur passage: hommes, femmes et enfants. Seul un garçon survit au carnage. Il s’appelle Kieli,et son enfance vient de lui être arrachée.
Recueilli pas le puissant Conclave des Ombres, il va pouvoir affuter sa vengeance autant que son bras. En compagnie de l’autoritaire Robert de Lyis, du magicien Magnus aux troublant pouvoirs et du jeune Caleb, déjà chasseur et guerrier sans égal, Kieli va devenir une arme sur et impitoyable.
Il abandonnera tout, de son nom à son ancienne vie, pour suivre la voie qui lui a étét tracée: devenir la Serre du Faucon argenté.

 

Une nouvelle évolution dans le cercle magique sur Krondor

 

Que je vous explique. Nous sommes dans la saga du Conclave des Ombres mais cette saga fait partie d’une méga autre saga qui est celle de Krondor. En gros, on suit l’épopée d’une nation (régulièrement en guerre contre les forces du mal) avec comme personnage récurrent Pug, le magicien. Nous avons eu la guerre de la Faille où on a découvert une nouvelle magie et l’existence des Failles. Pug, jeune magicien devient super balèze dans son somaine et va fonder une Ecole de la magie à la fin de ce cycle. Ecole qui ne l’enchante pas de trop parce qu’il pense qu’elle risque de subir les aléas de la politique. Dans la saga de l’entre deux Guerre, on voit que Macros le Noir n’est peut être pas aussi mort qu’on le croit et qu’il y a baleine sous caillou. Pug voit de son côté la mort de sa femme et ses enfants grandir. Dans la saga de la Guerre des Serpents, on voit deux courants se profiler : l’Ecole des magiciens qui va prendre de l’importance, subir des courants un peu bizarres et surtout obtenir son indépendance politique. Parallèlement, Pug reste sur l’Ile des sorciers, devient le magicien noir et fonde le Conclave des Ombres qui a pour but de sauver le monde (en gros).

 

Cette saga va en gros montrer l’action de ce Conclave au travers du destin de Serre, dernier membre de son peuple qui va faire sa quête d’initiation non pas magique mais en devenant un homme et en s’armant spirituellement et physiquement pour accomplir sa vengeance qui, heureusement pour nous, coïncide à sauver le monde. Comme vous pouvez le voir, c’est assez basique mais très complexe enfin de compte… Mais diablement efficace.

 

De l’art de nous répéter des schémas pour nous permettre d’avoir un point de vue plus large.

 

La recette de Feist est plutôt simple et dans le genre High Fantasy. C’est un royaume médiéval et avec ses intrigues, ce n’est pas que du médiéval occidental et heureusement. On suit par contre très souvent la partie occidentale en suivant les histoires des familles Condoin (dont fait partie Pug). Pour le reste, il  y a des nains, des elfes, des démons et des dragons. Le pack total comme vous vous en doutez. A chaque saga, on va suivre le destin principal d’un ou deux jeune hommes. Souvent ces personnes ont un destin tragique, ils perdent tout et mettent on ne sait comment (enfin on sait en lisant le livre je vous rassure) le pied dans une intrigue bien plus complexe ce qui aboutira à la mission de toute une vie et donc nous cloturera une page d’intrigue.

 

Comme nous connaissons le schéma de base. On peut donc plus facilement appréhender la grosse intrigue générale (qui est l’histoire du royaume). Et pour cela, l’auteur nous donne des indices en nous resituant les personnages par rapport à d’autres que nous suivons. Par exemple ici, notre héros lit une biographie d’un ancien personnage (Ruppert Avery, l’un des héros de la Guerre des serpents). On croise aussi Pug (même si on le croise tout le temps). On se fait présenter le roi et en général, on nous dit que c’est le fils ou le petit fils (ici le petit fils) du roi avec qui on a traité la saga précédente. On voit aussi les conséquences des sagas précédentes et ainsi, mine de rien, on a raccroché absolument tous les wagons.

 

En bref, d’une trilogie qui paraît plutôt simple et qui sera agréable à lire pour la personne qui la lira de manière indépendante, pour ceux qui suivent l’entièreté de l’intrigue, on garde un terrain familier mais on s’éclate clairement plus avec le nouveau personnage, on prend des nouvelles des anciens et on avance dans une immense intrigue de plusieurs dizaines de livres. Je vous donne donc rendez vous le mois prochain pour le deuxième tome où on en saura encore plus sur le Conclave (et j’ai trop trop hâte).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :