Le fruit de ma colère

Auteur : Mehdy Brunet

Genre : Thriller

Maison d’édition : Taurnada

Nombre de pages : 175

Obtenu le : 10 Mars 2018

Lu le 23 Mars 2018

Dans le cadre de mon partenariat avec les Editions Taurnada

 

En un mot :

  • Petit mais costaud
  • De la mauvaise idée de le lire quand tu es crevée. C’est comme binge watcher à outrance. Le lendemain, adoptez le maquillage approprié (pour les filles. Pour les hommes… Désolée)
  • Quant à ceux qui disent que lire un peu à la place de regarder la télévision, cela repose. Ils ne connaissent pas l’auteur

photo-1434819809-414186Résumé : Le jour où Ackerman vient demander de l’aide à Josey Kowalsky, le compte à rebours a déjà commencé.
Il faut faire vite, agir rapidement.
Josey n’hésite pas un seul instant à venir au secours de cet homme qui, par le passé, a su le comprendre.
Ensemble, ils vont découvrir que la colère et la vengeance peuvent prendre bien des visages.
Et s’il était déjà trop tard ?

 

La Maison d’édition Taurnada a l’art de vous dénicher des pépites ce qui fait qu’il est très difficile de refuser un partenariat

 

J’en ai fait l’expérience il n’y a pas longtemps d’ailleurs, cela m’a brisé le cœur. Mais quand il n’y a plus d’énergie, il n’y a plus d’énergie. Et là, vous allez me dire que je vais parler de la maison d’édition et pas du bouquin. Vous allez voir, c’est lié. Parce qu’à chaque fois que j’ai lu un de leur bouquin, c’était au pire une très bonne lecture, au mieux, un coup de cœur. Ils ont l’art de vous trouver des bouquins courts mais très très denses. Prenons au hasard Le Fruit de ma colère (vous avez lu le lien ?). Moins de 200 pages. Autant vous dire que lorsque vous vous installez dans votre canapé ou dans votre lit pour le débuter après avoir rangé les enfants, le chat et avoir couché votre ménage, vous savez que vous restez éveillé jusqu’au bout. C’est donc un pari assez risqué de prendre une lecture courte. Parce qu’en si peu de temps, il faut tout de même vous mettre dans l’univers, vous donner un peu d’empathie avec les personnages et vous faire une belle intrigue.

 

Autant vous dire que l’introduction qui vous donne une ville un peu embrumée, des réflexions philosophiques sur le crime et un passé super trouble du super flic qui va évidemment tout tenter pour résoudre le crime de sa life, tu oublies. Ici, on démarre par la conversation entre deux gars qui se doivent un service. L’un a un frère qui a disparu. Si on ne le retrouve pas et si la Police ne fait rien, et bien t’inquiète paupiette, l’auteur t’explique dans la foulée pourquoi (et son explication tient la route, merci). On fait un deal pour retrouver ledit frère en espérant qu’il ne soit pas mort dans d’atroces souffrances. L’auteur te rassure en switchant sur le frère (il s’appelle Eric) et en fait, tu sais pas trop pourquoi tout ce passe comme ça mais tu sais que tu as intérêt à te faire un bon café parce que l’intrigue a l’air d’être franchement costaude

 

Et j’ai envie de vous dire : C’est comme ça qu’on fait un roman. Simple, direct efficace. Je n’ose même pas imaginer ce que l’auteur pourrait nous pondre avec un pavé. Voire c’est même effrayant. Non Medhy, reste sur du court, ou offre de l’anti cerne pour l’achat d’un livre 🙂

 

Le fruit de ma colère, un roman qui t’explose des sentiments dans ta face.

 

Ah mais je vous avais prévenu que j’étais crevée d’avoir lu une grosse partie de ma soirée et qu’il a fallu que je m’en remette. Alors chronique à chaud mes loulous, on ne mâchera pas nos mots. Ce qui fait le point fort d’un bouquin, en règle général, ce sont l’intrigue et les personnages. Vous avez lu plus haut que c’était plutôt bien engagé dans ces parties là. Côté dialogue. On a l’impression d’y être. Ce n’est pas le gros défaut de beaucoup qui bâclent un peu les dialogues, on pourrait entendre les personnages dans notre tête. Ce qui montre à quel point c’est parfait. Il ne nous manque plus que l’empathie. Et oui, si l’auteur ne sait pas transmettre quelques petits sentiments, vous ne recevez rien et le roman vous glisse entre vos doigts. Ce qui fait que certains romans très bons en fait vous passent complètement au dessus. D’autres très mauvais vous restent en mémoire par contre mais ce n’est pas le cas ici.

 

Peur, dégoût, colère, stress, tristesse… Toutes ces émotions très fortes qui vous nouent les tripes. Elles sont dans ce roman. Et elles vous assailliront sans prévenir au détour d’une ligne. C’est bas ce que fait l’auteur vous allez me dire, mais vu le format du roman, il n’y a que cela qui fonctionne mes amis. Et vous serez pris en otage dans ce bouquin, vous surprenant à retenir votre respiration jusqu’au bout. Et c’est ce qui cause les cernes le matin suivant et surtout ce qui montre que vous avez lu un excellent bouquin. C’est qu’une fois le livre fermé, il vous faudra un petit temps pour vous en remettre.

 

En bref, en numérique, en papier, en tout ce que vous voulez, débrouillez vous mais procurez vous le Fruit de ma colère (et en même temps Sans raison du même auteur qui serait avec les mêmes personnages). OU procurez vous le catalogue entier, au  moins vous aurez une PAL assez sympa 🙂 Et on n’oublie pas non plus de saluer le boulot de Joël des éditions Taurnada qui aime appâter les bloggeurs avec ses auteurs. A la prochaine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :