Mémoires d’un détective à vapeur

Auteurs : Viat Koulikov et Olav Koulikov

Genre : Science-Fiction

Maison d’édition : Moutons Electriques / Les saisons de l’étrange

Nombre de pages : 270

Obtenu le : 11 Avril 2018

Lu le : 24 Mai 2018

Dans le cadre de bien suivre mon abonnement.

 

En un mot :

  • Un grand mix de genres
  • J’ai adoré !

62830852708ccb9623254b9c9fc1212eRésumé : Londres est la plus grande métropole anglo-russe, une statue géante du Bouddah Amida vient d’y être érigée et l’on prépare les festivités impériales du troisième millénaire… Jan Marcus Bodichiev, détective privé et spécialiste en sécurité informatique, mène l’enquête sur une station extraterrestre, des crimes météorologiques, des cambrioleurs génétiquement modifiés ou dans la France soviétique…

 

Uchronie ?

 

Oui je pense. En gros, imaginez que la reine Victoria se soit mariée avec le Tsar de Russie. Les implications politiques que cela aurait pour allons voir jusqu’aux années 60. C’est ce qu’on imagine dans ce livre. Mais en même temps, on vous mets un détective style Sherlock ou Lupin ou on ne sait pas trop , Bodichiev, qui est spécialiste dans les piratages informatiques et qui résoud des enquêtes styles chambres closes. Avec un passif de folie, un accolyte dont c’est le fils qui a recueilli les notes. Ce qui donne un rythme très bizarre mais génial de recueil de notes ou de nouvelles.

 

En bref, ce roman est un ovni et une perle à la fois. Non seulement, on est sans cesse paumés dans les dates qui ont changé (puisqu’on est sur le calendrier bouddhiste), avec un univers très futuriste / Steampunk parce que l’avènement de la Russie a provoqué des changemnents sur l’histoire mondiale. Bref, c’est 300 pages de PUR BONHEUR.

 

Et les enquêtes ?

 

Et bien elles aussi sont superbement bien faites. Les auteurs nous donnent des moments de frustration intense puisqu’ils simulent aussi les pertes de notes donc ils nous investissent dans le roman, dans l’histoire afin qu’on puisse nous même imaginer les différents détails de l’enquête. C’est super bien dosé. L’écriture est d’une fluidité que j’ai rarement vue. Et en prime, on apprend quelques mots russes. Bon, ok, ce n’est pas un argument de lecture mais quand même.

 

En bref, je ne vous en dirai pas plus sur le contenu car la surprise mérite d’être là. Mais c’est un vrai bijou à lire et si jamais pour le moment, je devais mettre un livre préféré dans cette saison de l’étrange, il serait un excellent candidat pour la première position. Et pourtant, si vous avez bien, il y a du Roland C. Wagner en jeu. Même du Paul Féval (dont je vais avoir le plaisir de relire la Ville Vampire ce week end). Foncez, lisez moi tout ça et abonnez vous aux saisons de l’étrange. Les Moutons Electriques ont fait un boulot d’enfer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :