L’assassin du roi

Auteur : Robin Hobb

Saga : L’assassin royal

Numéro de tome : 2

Tome 1 : L’apprenti assassin

Genre : Fantasy

Maison d’édition : Baam !

Nombre de pages : 510

Obtenu le : 20 Octobre 2012

Lu le : 12 Mai 2013

Dans le cadre de ma lecture commune avec Hélène

 

En un mot :

  • Une lecture doudou
  • Avec ma copine

avt_robin-hobb_2607Résumé : Au château de Castelcerf le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six Duchés ; il est aidé dans sa lourde tâche par son fils Chevalerie qui comme son père et tous les nobles du royaume porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du Roi-servant s’appelle t’il Vérité et leur demi-frère, né d’un second lit, Royal.

Suite à une aventure restée inconnue de tous, Chevalerie donne à la lignée un nouveau descendant : un bâtard, dont la simple existence va bouleverser le fragile équilibre qu’avait établi le roi pour contrôler ses turbulents fils. Ce héros malgré lui, nommé Fitz, voit son avenir s’assombrir au fil du temps. Alors que les autres enfants ont déjà leur place à la cour et dans ses intrigues, lui devra la mériter et servir la couronne en devenant ce que personne ne voulait être : l’Assassin royal. Au service de son roi il apprendra les poisons, le meurtre et la trahison..

 

Un savant mélange entre les préoccupations d’un adolescent et les intérêts du Royaume

Il ne faut pas le nier, on retrouve Fitz au début du tome 2 en très mauvaise posture. Il est malade, brisé, et il a peur. En effet, il a découvert qu’être un Bâtard n’est pas de tout repos dans les Six Duchés, et que ses ennemis sont légions. Toutefois, il arrive à reprendre le dessus, notamment grâce à une vision qu’il a avec le Roi Subtil. Ainsi, il refait surface, et arrive à combattre son infirmité.
Par la même occasion, Fitz est amoureux. Et il se rend compte que d’un sentiment innocent une situation politique et sociale peut naître. En effet, même ses amours peuvent être une affaire d’Etat car s’il est bâtard, il est tout de même de famille royale. Fitz s’aperçoit que sa vie ne lui appartiendra jamais et c’est ce qui le bloque en ce moment. Et là nous avons du coup toute la magie de l’auteure qui nous narre ceci tout en gardant à l’esprit que nous avons affaire ici à un adolescent, pas un adulte, dont la sensibilité est toute autre. On se rend compte aussi que Fitz n’a pas de réelle famille qui pourrait l’épauler… Sauf Patience qui prend en main ce petit homme. La relation qu’ils ont ces deux là est juste magique et parfaite. Je trouve que Fitz a énormément de chance.

 

Une histoire de royaume qui est à l’image de l’histoire de Fitz

Quitte à avoir une situation pourrie, j’ai envie de dire…. Bref, quittons vite ce petit dérapage humoristique, sinon je ne parviendrai pas à rester sérieuse le reste de la chronique ^^ En effet, les Six Duchés vont toujours aussi mal car ils sont toujours attaqués par des espèces de pirates qui vont contaminer la population du royaume. Une fois contaminée, les gens se transforment en machine de guerre et tentent d’attaquer le château. La difficulté de tout ceci et qu’on ne sait pas pourquoi ces pirates font cela et je pense que c’est la grosse question d’une partie de la saga : Mais pourquoi sont ils aussi méchants (et j’attends ce fameux moment où l’auteure répondra à ma question).
Et s’il n’y avait que des attaques, je dirai, tout ce passerait bien. Mais il y a aussi des complots. En effet, le Prince Royal essaie de prendre le trône en manipulant son père et en pratiquant la désinformation, c’est à dire qu’il sous entend largement que le prince Vérité ne fait rien, alors que celui ci agit dans l’ombre. Vous voyez maintenant la belle toile d’araignée? Au milieu de tout cela, il y a Fitz qui est partagé entre son roi et le prince servant (Vérité) et qui peut seul agir en douce, que ce soit pour assassiner les possédés ( je suis désolée, j’ai le nom sur le bout de la langue depuis tout à l’heure) que pour contrer Royal dans ses manœuvres. Un jour, nous aurons une grande bataille ouverte entre les deux, et ce sera juste magnifique.
En bref, un tome lourd car l’ambiance est tout sauf gaie. Mais l’auteure nous donne petit à petit des explications -uniquement pour nous maintenir en haleine en plus- sur le Vif et l’Art. Et tous ces ingrédients présage un très bon troisième tome

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :