La nef du crépuscule

Auteur : Robin Hobb

Saga : l’assassin royal

Numéro de tome : 3

Tome 1 : L’apprenti assassin

Tome 2 : L’assassin du roi

Genre : Fantasy

Maison d’édition : Baam !

Nombre de pages : 569

Obtenu le : 20 Octobre 2012

Lu le : 8 Juin 2013

Dans le cadre de ma lecture commune avec Hélène

avt_robin-hobb_2607Résumé : Ravagé, pillé, le royaume des Six-Duchés plie sous le joug de l’envahisseur. Les navires de guerre ne parviennent plus à tenir les pirates rouges en respect. Dans le pays, les dissensions éclatent entre les duchés côtiers, qui doivent supporter les incessantes attaques de l’ennemi, et les duchés intérieurs qui se désintéressent de leur sort. La cour elle-même, où le vieux souverain est manipulé par Royal, n’est plus qu’un théâtre d’intrigues où règnent en maîtres le soupçon, la traîtrise et le mensonge. Aussi le prince Vérité décide-t-il d’entreprendre une quête insensée : aller trouver les anciens, par-delà les montagnes, pour leur rappeler leur serment de venir en aide au royaume dans ses heures les plus sombres…

 

Un tome bien sombre

Nous avons dans ce troisième tome une ambiance bien noire en effet. Les forgisés et les pirates rouges multiplient leurs attaques, laissant les Six Duchés totalement exsangue. Tout le monde est sur les nerfs et aucune solution ne paraît possible. Sauf une, mais il faut que le Prince Vérité, seul rempart réel contre ces ennemis partent. C’est un lourd fardeau qu’il a sur les épaules car  il doit abandonner son pays, enfin, faire semblant de l’abandonner, laisser son père alors qu’il est dans un grand état de faiblesse, laisser son épouse pour tenter de trouver quelque chose. Robin Hobb sait vous retranscrire ces tensions palpables, ces dilemmes qui harcèlent nos héros. Et c’est le cœur lourd que nous laissons Vérité partir, presque en souhaitant que le lot d’intrigues s’amenuise
Mais c’était sans compter l’auteur et le prince Royal bien entendu. Non comptant de laisser le royaume affaibli, celui ci se dit qu’il faut en même temps « assainir les finances de l’Etat » et il le fait méticuleusement en frappant par là où cela fait mal : Les écuries de Burrich. Ainsi, non seulement il écarte à sa manière les soutiens de Fitz et donc de vérité, et il prépare ainsi son couronnement. C’est donc dans un état limite de la paranoïa qu’évolue Fitz, lui faisant se méfier de tout le monde.

Un passage vers l’âge adulte bien difficile

Pour Fitz, nous ne lui épargnerons rien. Les batailles navales, où il se rend compte qu’il peut être proche des gens mais aussi effrayant, dans un univers pleins de risque. Il découvre l’enivrement des combats, accentué par le Vif, la stratégie militaire et l’angoisse d’une mort très proche. Il y a aussi l’éloignement du père spirituel, qui est Burrich un temps et Vérité. Et Umbre est tellement occupé qu’en fait, il se découvre seul, mais aussi devant protéger Patience et Ketrichen  (toutes mes excuses, mais je doute de l’orthographe de la reine-servante et je n’ai plus le courage de chercher)(oui, je suis faible).
Seul, il devra affronter Royal et ses sbires. Il subira l’isolement, le harcèlement, la torture. Et pourtant, il garde cette force morale, cette entêtement qui lui donnera l’énergie nécessaire pour rester en vie et protéger ce qu’il peut, bien qu’on lui ait tout enlevé : sa famille, sa maison, son amour, sa fierté, son enfance….C’est un changement bien radical qui accentue le passage au stade adulte. Il accepte enfin ce qu’il est, sa destinée et prend ses décisions seul, même s’il a encore le soutien de ses amis.
Je donne une petite note adorable dans ce tome, c’est l’amour qu’a la reine Patience pour Fitz. C’est un amour tellement filial que je dois me rappeler constamment qu’elle n’est pas la mère naturelle de ce garçon mais bel et bien sa belle-mère. C’est rare de retrouver ce type de relation et surtout de retrouver ce type de personnage secondaire aussi complexe. Je n’ai qu’une envie, c’est qu’ils gardent contact pour la suite.
En bref, un excellent troisième tome qui, si ce n’est déjà fait, vous rendra totalement accro à la série. Pour ne citer que moi, votre Koko adoré, et pour résumer ce tome : « C’est trop fou ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :