Le Messie de Dune

Auteur : Franck Herbert

Saga : Dune

Tome 1 : Dune

Genre : Science Fiction

Maison d’édition : Pocket

Nombre de pages : 315

Obtenu le 20 Octobre 2012

Lu le : 6 Mai 2013

Dans le cadre de poursuivre une saga coup de coeur

220px-frank_herbert_-_1984Résumé : Paul Atréides a triomphé de ses ennemis. En douze ans de guerre sainte, ses Fremen ont conquis l’univers. Il est devenu l’Empereur Muad’Dib. Presque un Dieu, puisqu’il voit l’avenir. Ses ennemis, il les connaît. Il sait quant et comment ils frapperont. Ils vont essayer de lui reprendre l’épice, qui donne la prescience, et peut-être de percer le secret de son pouvoir. Il peut déjouer leurs plans. Mais il voit plus loin encore. Il sait que tous les futurs possibles mènent au désastre. Il est hanté par la vision de sa propre mort. Et s’il n’avait le choix qu’entre plusieurs suicides ? Et s’il ruinait son œuvre en matant ses ennemis ? Peut-être n’y a-t-il pour le prescient pas d’autre liberté que celle du sacrifice…

 

Un tome de transition pas facile

La particularité de la saga Dune est qu’elle raconte l’histoire d’une planète et non d’un seul héros. On part bien dans cette optique dans le tome 1 mais Paul est tellement attachant que, lorsqu’on commence le tome 2, on s’emballe de suite dans l’histoire de Paul (et non de Dune). Ce fut mon cas et j’ai eu du mal avec cette impression de chute du personnage. En effet,quelques années sont passées depuis la fin du tome 1, on retrouve une situation politique chez Arrakis qui n’est pas formidable. Le pouvoir de Paul Faiblit. La guerre sainte terminée, les contestations s’élèvent et Paul est fatigué du pouvoir.
Ce tome est très intéressant car l’on passe du dirigeant politique à dirigeant religieux. Et on se rend compte qu’ayant fait le tour de la question, ayant passé sa vie au service des autres, Paul a envie de retrouver la simplicité de toute chose, une vie simple avec sa concubine…. Après avoir connu les sommets, avoir mené sa planète, il veut tout simplement retrouvé la base, son pays, son désert. Il tente comme il peut d’échapper à son destin, mais il s’avère que celui-ci continuera à le hanter

Malgré cette transition, on reste captivé

En effet, on apprend à faire le deuil de Paul (en tous cas de son personnage, car on sent bien qu’on passera à autre chose ensuite). Le reste n’est qu’une succession de possibilités entre le Bene Gesserit, l’absence d’intervention de Jessica (et cela s’en ressent cruellement), tous ceux qui ont intérêt à l’épice. Et c’est aussi bien l’enjeu de ce roman : la descendance de l’Empereur de Dune, l’Epice, les vers de sable, la population. On évolue ici d’une manière globale, ce qui nous détache des personnages présents. Les intrigues sont bien présentes, voire même omniprésentes et l’on tente à chaque fois de déterminer qui sait quoi exactement.
D’autres questions se posent aussi, grâce à ce tome : que devient-on après la mort ? Quel message peut on laisser ? Doit on privilégier l’intérêt personnel ou l’intérêt public ? Peut on parler de destinée ? Qu’est ce qui fait d’un homme l’équivalent d’un Dieu ? Ce Messie de Dune nous apporte quelques pistes mais aucune réponse, bien entendu. Il nous donne des bases pour le prochain tome, nous appâte et nous donne envie de poursuivre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :