Artemis

Auteur Ernest Cline
Saga  
Numéro de tome  
Genre Science Fiction
Maison d’édition Hardigan
Nombre de pages 1429
Obtenu le 27/08/2018
Lu le 06/09/2019
Dans le cadre de Ma lecture commune avec Mel
En un mot Un livre lu, mis en pause et repris par la suite
Et je ne regrette absolument pas puisque j’ai pu l’apprécier à sa juste valeur

Résumé : Jazz n’a pas demandé à devenir une héroïne. Elle voulait juste être riche. Pas riche comme tous ces milliardaires qui visitent Artémis, sa ville, la seule colonie humaine de l’espace. Mais assez riche pour dormir dans un vrai lit et manger autre chose qu’une infâme bouillie d’algues. Alors, Jazz a saisi sa chance. Certes, elle a mis son intelligence et ses compétences au service du crime – au menu : contrebande, mécanique et explosions en tout genre. Mais mission accomplie !

Le problème, c’est que, sans le savoir, Jazz a pris part à une conspiration qui menace la sécurité d’Artémis. Et ça, Jazz ne peut pas laisser faire. Poursuivie par un tueur et désormais hors-la-loi, elle doit inventer le plan le plus génial de tous les mondes si elle veut sauver sa peau…

Une lecture facile mais toujours remise au lendemain.

Autant que vous sachiez tout de ma vie, avec ma copine Melcouette, on aime bien s’écouter des livres audio à deux. Et nous avions projeté pendant l’Automne de nous replonger dans l’univers Harry Potter. Sauf qu’on n’avait pas terminé Artemis, le livre que j’avais choisi de lire juste avant. Qu’à cela ne tienne vous allez me dire, on le met de côté et hop hop hop.

J’avoue que je n’étais pas franche car Artémis raconte l’histoire de Jazz qui est une petite délinquante de la station Artemis sur la Lune. Et maintenant qu’on l’a mis en pause et repris, je dois vous dire que je ne regrette absolument pas. J’avais tout simplement mait trop de livres dans l’espace juste avant et cela me bloquait littéralement. Nous sommes en Février et depuis sa reprise, il a littéralement filé entre mes doigts.

Il n’y a pas que l’intrigue qui innove.

La toute première chose que j’ai apprécié dans cette histoire c’est que la station Artemis est la propriété du Kenya. En effet, l’Europe et les Etats Unis et même l’Asie ont loupé le coche de l’exploitation des ressources lunaires. C’est donc à l’Afrique qu’est revenue les bénéfices économiques. Sur la station toutefois, la population est multiculturelle et multinationale.

Ainsi, notre héroïne, Jazz, est en réalité musulmane et Sud Saharienne. Et il faut vraiment s’en rappeler car nous n’avons aucun cliché de race ni de religion dans ce roman. A l’heure où nous sommes tous préoccupés par des questions de racisme et où enfin on parle presque librement de tous ces sujets, c’est encourageant de voir ce genre d’intrigues et surtout de voire toute cette diversité culturelle entre les lignes.

En bref, non seulement j’ai eu une histoire formidable mais de plus je me suis prise à rêver de vivre sur Artemis. Certes, la vie y est plus rude mais j’ai eu l’impression d’y voir un espoir pour nos générations futures.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :