Le nouveau cabinet des fées

Auteur Louis Batissier
Saga  
Numéro de tome  
Genre Conte
Maison d’édition Les moutons Electriques
Nombre de pages 270
Obtenu le 28 Février 2018
Lu le 12 Mars 2019
Dans le cadre de Lire sa vieille PAL : j’ai fait pouf pouf
En un mot Un début assez laborieux
Mais une fois qu’on arrive sur la partie conte, cela se passe vachement mieux

Résumé : Datant de 1864 et jamais réédité depuis, ce recueil constitue la réunion par l’archéologue Louis Batissier de « contes choisis », des contes de fées tirés de la tradition européenne, dans la lignée des contes que les belles dames se racontaient dans les salons mondains du XVIIIe siècle. Des contes qui ont le visage d’une enfance perpétuelle de l’humanité, en but aux caprices des créatures magiques. Les fées y ont des grâces de poupées en porcelaine, des atours de princesses et des cruautés de marieuses. Précédés de la « Notice sur les fées et les génies » (préface d’origine) et d’une introduction des éditeurs, ces contes sont également accompagnés de notes et d’un glossaire original, et illustrés par les 200 gravures de la première édition, restaurées avec soin. Le tout constitue une somme féerique précieuse et intrigante, un ouvrage à la fois de patrimoine et de découverte, un beau livre à destination des nombreux amateurs de merveilleux

Un livres aux allures très académiques

Fin de soirée, je venais de terminer Minuit Jamais ne vienne mais je ne pouvais pas me coucher parce que mon chat, aka le Poney, a décidé que je ne m’occuperai que d’elle plutôt que de dormir (dormir est tellement futile de nos jours). Et comme lancer une série, c’est traitre parce que cela voulait dire rester sous écran 40 minutes de plus, et bien, j’ai cherché un livre léger à consommer de suite. Il se trouve que dans ma liseuse, il y avait Le Nouveau Cabinet des fées et sur le coup, venant de terminer une intrigue avec le monde des fées, cela m’a paru être une bonne idée.

Se faire le prologue du Nouveau Cabinet des fées alors que tu es au bout de ta vie mais que le chat a décidé que tu ne dormirai pas, ça c’est sportif. J’avais oublié que le format académique, même en parlant du thème des fées, et bien c’est long et assommant. Et c’est donc avec un énorme soulagement que j’ai terminé cette partie.

Passée la préface, c’est partie pour un autre monde.

Le plaisir de lire ce genre de recueils de contes, c’est un peu d’en découvrir de nouveaux. C’est de se rendre compte à quel point on ne connait qu’une infime partie de ce qu’écoutaient nos ancêtres. Et surtout, c’est enfin de savoir à quel point ils pouvaient être flippants.

Car le conte d’aujourd’hui est plutôt gentillet et a une belle morale. Le conte d’autrefois pouvait être cruel et avait une morale différente et intransigeante. Les mages et les fées ne sont pas gentils ici. Ils sont fourbes et feront tout pour rouler les humains. En bref, passé la préface un peu lourde, ce livre a été une lecture très sympa.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :