Les enchantements d’Ambremer

Auteur Pierre Pevel
Saga Le Paris des Merveilles
Numéro de tome 1
Genre Fantasy
Maison d’édition Audiolib
Nombre de pages 563 mn
Obtenu le 28 Juin 2016
Lu le 30 Mars 2019
Dans le cadre de Ma lecture commune avec Melcouettes
En un mot La même saveur qu’avec les Lames du Cardinal
Dis Mel on lit quand la suite ?

Résumé : Paris, 1909. La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes… et une ligne de métro relie la ville à l’OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer. Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. L’affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers: un puissant sorcier, d’immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l’association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien…

Dans ma poursuite de la découverte du monde de Pierre PevelPierre Pevel, j’ai découvert son existence un peu par hasard lors du salon du livre de Paris en 2012

Il y avait en évidence dans des livres de poche de sa saga Les Lames du Cardinal. Il faut savoir que j’ai beaucoup aimé une autre œuvre appelée les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas. Aussi lorsque j’ai vu qu’un auteur français a repris cet univers mais avec des dragons dedans, mon petit cœur de lectrice a fait boum ! J’ai évidemment pris les Lames du Cardinal et j’ai mis naturellement 5 ans à le lire. Petite notre entre nous : dans ce salon du livre, j’ai acheté une quantité de livres impressionnante, peut-être parce que je savais à l’intérieur de moi que je n’y retournerai pas de sitôt. Et bien il me reste encore quelques livres à lire de ce salon. Mais je ne perds pas espoir.

En attendant de commencer mon initiation à Pierre Pevel, je n’ai pas chômé figurez-vous. Je me suis procurée les trois quart de sa bibliographie, un peu comme si je savais d’instinct que cela allait me plaire. Beaucoup parce que je ne résiste pas aux promo de Bragelonne. Et effectivement, c’était le vas puisque l’auteur instille un peu de merveilleux dans une intrigue et il voit ce que cela donne. Et nous, on ne peut que s’intéresser à cette variante de l’histoire. C’est comme s’il faisait de la dystopie fantasy si vous voulez.

Pour le Paris des Merveilles, Pierre Pevel choisit la Belle Epoque pour son intrigue.

Cet auteur a semble-t-il l’art de choisir ses moments. Après Richelieu et ses dragons, je découvre Paris mais le si de cet univers c' »est : Et si le monde féérique cohabitait en harmonie avec les humains et si les magiciens existaient. Le résultat selon Pevel donne clairement le même Paris sauf que La Tour Eiffel est en bois, que certains arbres parlent, que les clubs de Gentlemen sont des associations de magiciens et que les gnomes chauffeurs ont l’accent du Titi Parisien. Ah si, les chats ont des ailes et ils parlent.

On se rend vite compte que ce changement de monde n’est pas si dérangeant ou choquant, voire qu’on s’y habituerait très vite si cela arrivait en vrai. Et c’est bien une des chose que j’aime dans les univers de Pierre Pevel, c’est leur côté tangible. Amène ta fantasy au quotidien si tu veux. En lisant le Paris des Merveilles, on ne lit pas un livre de l’Imaginaire, on lit un livre où tout est possible. Et on se prend très vite à regretter que l’Outremer ce soit séparé de nous au lieu de se rapprocher.

Griffont : un chouette magicien qui me rappelle un peu Phileas Fogg

Lorsque l’auteur nous a présenté Griffont, j’ai tout de suite su que j’allais l’adorer. Il me fait un peu penser à Phileas Fogg, le héros du Tour du monde en 80 jours de Jules Verne, revenu de son voyage. Avec en prime des pouvoirs magiques. D’ailleurs, si l’on observe attentivement, l’auteur a fait son propre hommage à Jules Verne tout au long du livre et je suis curieuse de lire la suite juste pour voir jusqu’où il est allé.

Une fois familiarisés avec le personnage, nous voilà partis sur l’enquête de ce roman : l’intrigue. Et même si elle n’est pas la plus ardue que j’ai connue, elle est d’un très bon niveau pour un tome d’introduction et on oublie très vite que l’on est dans un univers de fantasy. En bref, ce romane est tout simplement un régal à lire et à écouter aussi.

4 commentaires sur “Les enchantements d’Ambremer

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :