Cal et Giuse de Ter

Auteur P-J Hérault
Saga Cal de Ter
Numéro de tome 7
Genre Science Fiction
Maison d’édition Bragelonne
Nombre de pages  
Obtenu le 18 Octobre 2017
Lu le 7 Avril 2019
Dans le cadre de Finir une saga
En un mot Un excellent bilan pour cette saga
Partagée entre la tristesse de quitter certains personnages et satisfaite d’une série de bouclée

Résumé : « Et puis la voix de HI, le grand ordinateur gestionnaire et véritable cerveau de la Base, qui répète inlassablement qu’on doit se rendre dans la salle de contrôle. Le choc enfin quand, encore en survêtement séchant, au sortir de la douche rééquilibrante, il nous annonce sans crier gare qu’un engin venait de sortir du subespace et de se mettre en orbite autour de Vaha ! Un engin manifestement piloté… Ça ne s’était jamais produit depuis que j’avais pris le contrôle de la vieille Base-relais des Loys, abandonnée depuis des millénaires. Le fait ne pouvait manquer d’arriver un jour : les espèces technologiquement avancées doivent bien exister dans l’univers, seulement la surprise est là. Cette fois, ce n’est pas une éventualité… » Cal et Giuse vont être confrontés à une nouvelle menace, la plus dangereuse de toutes. Les deux Terriens, qui ont profité de la découverte d’une technologie évoluée pour pouvoir se comporter en dieux sur la planète Vaha, vont être confrontés aux possesseurs de cette science. Venus réclamer leurs dus, ces êtres-là ne sont pas prêts à faire des concessions, comme ils vont vite s’en rendre compte…

Ça sent la fin de la saga à trois kilomètres….

Septième tome, des milliers d’année d’existence, J.P. Hérault est venu à bout de ses vannes, les dialogues ont comme un sentiment de nostalgie, le héros Cal se sent las : il a été déçu par la Terre, il commence à être déçu par Vaha, on sent la retraite du demi dieu poindre avec l’envie de se poser, l’envie de lâcher prise, l’envie d’arrêter son interventionnisme sur les civilisations.

L’auteur nous prépare sa dernière aventure avec la destruction de ses pouvoirs au travers de la destruction de la station orbitale des Loys… Par les Loys eux-mêmes. On aura une course poursuite sur Vaha pour rencontrer deux femmes avec qui ils pourront se poser. Enfin, on va trouver aussi un petit paradis avant de faire un dernier pied de nez aux Loys. L’auteur a maîtrisé sa fin comme un pro et on a pu ainsi faire nos adieux à nos deux héros et lâcher prise nous aussi.

Un bilan très positif dans l’ensemble de la saga Cal de Ter.

J’aime beaucoup les petites sagas de SF française comme ça et je trouve que nos auteurs ont ce petit charme qui permet de bonnes œuvres d’anticipation. Voyez Cal de Ter. Ce sont 7 tomes d’une moyenne de 200-300 âges chacuns donc c’est typique de la bonne lecture de week end ou de vacances. On suit les aventures de deux potes donc il y a de l’action et des blagues. C’est une lecture facile et accessible à tous.

Et pourtant, en analysant l’œuvre dans son ensemble, et en suivant le destin d’une autre planète, on parlera : de prédestination des peuples, d’évolution technologique, de guerre et de paix, de politique, d’interventionnisme et de nature humaine. Voire même d’éthique avec l’évolution des androïdes. Comme vous pouvez le voir, ce genre de petite sagas sous forme de jeux Civilisation, nous permet de prendre du recul sur notre Histoire, nous donne les clés pour comprendre quelques petites alternatives qui réussisent ou pas d’ailleurs. C’est donc très chaudement que je vous la recommande car elle nous offre à la fois divertissement et réflexion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :