Les galeries hurlantes

Auteur Jean Marc Dhainaut
Saga  
Numéro de tome  
Genre Fantastique, paranormal
Maison d’édition Editions Taurnada
Nombre de pages 224
Obtenu le 10 Juin 2016
Lu le 4 Juillet 2019
Dans le cadre de Mon partenariat avec les Editions Taurnada : Merci Joël
En un mot Toujours aussi happant
Toujours aussi court
Et on a eu le Nom d’une pipe !

Résumé : Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu’elle sait, c’est son âge et qu’il n’aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l’aide. Et si l’origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d’accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d’un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d’hiver, treize ans plus tôt.

Les joies de faire une lecture commune d’un livre situé dans ta région avec une lyonnaise

Jean Mac Dhainaut,  il aime écrire des romans qui se situent soit en Bretagne, soit dans le Nord de la France et moi, je suis Nordiste. Ma copine Hélène : elle habite dans la région Lyonnaise. Or, dans ce livre, on parle d’un accident survenue dans les mines à cause d’un coup de grisou. Or, de mes grands-parents, j’ai toujours eu les récits de ces accidents-là. J’ai visité très jeune une mine. J’ose même dire qu’une grotte souterraine ne m’angoisse absolument pas contrairement aux hauteurs. J’aime les plages fraiches, les briques rouges et je vis dans une maison 1930. Germinal, je l’ai lu très jeune et quand il est sorti au cinéma, c’était pour nous la sortie en avant-première en famille.

Donc ma pauvre Hélène m’envoie un message parlant de l’accident de la mine de Liévin en 1974 et je sentais que dans son imaginaire, les coups de grisou, c’était Germinal. C’était pas il y a moins de 100 ans. C’est là que je me suis rendue compte, et c’est bien pour cela que je vous en parle, que l’expérience d’un environnement historique dans un livre peut être totalement différente selon la région dont on provient. En voyant l’incident dans le livre, j’ai juste checké la date mais oui je le connaissais puisque cela faisait partie des incidents qu’on évoque en réunion de famille avec les grands parents. Mais je savais déjà que cela s’était passé mais Hélène non puisque son grand père concrètement, il  en parlait pas à tous les réveillons. Si je vous en parle, c’est pour vous donner parfois l’importance de sa provenance mais aussi pour vous souligner aussi que j’adore faire des lectures communes aussi avec Hélène pourquoi ? Parce que nous sommes vraiment complémentaires dans nos lectures et nos observations.

Reprendre différentes théories sur les lieux hantés.

Jean Marc Dhainaut reprend un de ses héros que nous avons vu dans deux de ses romans précédents : la maison bleu horizon qui se déroulait dans la Somme et les Prières de sang qui se déroulaient dans le Calvados (parce que c’est Hélène qui l’a dit) .  Chacun de ces trois tomes traitent d’une même chose : les lieux hantés et aussi bien entendu d’une expression d’Alan que tous les fans connaissent : Nom d’une pipe !  La théorie développée par l’auteur est celle-ci : (Jean Marc, si tu passes par-là, n’hésite pas à me corriger en commentaires) Les lieux peuvent être hantés par des personnes nous sommes tous d’accord. Certains lieux attirent plus d’esprit car il s’est passé des choses horribles ou une catastrophe ayant provoqué beaucoup de morts d’un coup (genre l’explosion d’une mine). Dans ce roman, le héros explore aussi les courants d’âmes dans ce genre d’endroit. Et c’est pour cela qu’il se passe des trucs à Liévin, parce qu’on a l’association : hôpital + mine.

Ici, Alan va rendre visite à une famille qui subit des phénomènes paranormaux. En effet, il y a un homme à la dérive, une grand-mère qui répète un nombre en attendant son mari mort à la mine, une petite fille qui a un ami imaginaire et une maison qui fait des bruits. Comme le dit très justement Alan, le problème de la petite fille, ce n’est pas vraiment qu’elle ait un ami imaginaire, c’est qu’il lui réponde ! Additionnez cela à l’ambiance de la maison et vous avez un gros soupçon de maison hantée. Cela dit, notre héros ne s’emballe pas et il enquête de manière assez minutieuse afin que tout le monde soit bien sûr. L’auteur va donc nous donner une enquête qui, d’indices en indices, va nous donner la réponse à la question : mais qui hante cette maison et pourquoi?

Un si petit livre avec tellement de choses dedans.

Je vous vois venir : c’est un pavé qu’elle nous décrit. Et bien nan, c’est 200 pages mes amis. C’est super dense. D’ailleurs je serai à deux doigts d’entamer une pétition auprès de l’auteur pour qu’il fasse des livres plus longs car plus il écrit court et plus ma chronique est longue. Voyez ce que je veux dire ? Ne comptez pas vous ennuyer avec les Galeries Hurlantes. Non seulement vous allez avoir beaucoup d’informations à traiter mais en plus, l’auteur étant trop sympa, il nous montre son talent pour nous décrire des situations totalement flippantes. C’est ainsi que j’ai fini le livre par accident et en avance avec une conclusion un peu bizarre qui me fait dire que les aventures d’Alain allaient totalement changer (vous comprendrez en lisant).

Est-ce que j’ai adoré ce roman ? Bien entendu, c’est évidement. J’ai un couac sur l’origine de l’ami imaginaire (je reste super nébuleuse pour que vous puissiez avoir la surprise). Et c’est grâce à Hélène où j’ai mis le point dessus. On pourrait croire que l’auteur donne son avis sur un point sensible en ce moment, au regard de l’actualité. Et non je n’en ai pas encore parlé à Jean Mac Dhainaut parce que même hier soir, cela a encore muri dans ma tête. Je sens que je n’ai pas fini mon travail. Donc surtout, pour tous ceux qui ont lu la fin, j’accueillerai vos avis sur la question avec joie car je pense qu’on peut se faire des soirées débats de ouf.

Sur ces paroles très embrouillées (à dessein) je ne vous conseille qu’une seule chose : lisez les trois livres. Cela vous fera une petite soirée d’Halloween avant l’heure 🙂 Dans tous les cas, les galeries hurlantes ne vous laisseront pas indifférentes.

Et dis donc ? Si tu veux voir l’avis de ma copine, tu cliques et tu vas lire Bonheur 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :