Bertram le baladin

Auteur Camille le Boulanger
Saga  
Numéro de tome  
Genre Fantasy
Maison d’édition Editions Critic
Nombre de pages 284
Obtenu le 23 Février 2018
Lu le 17 Octobre 2019
Dans le cadre de Lu grâce à une recommandation mais je ne me souviens plus du tout où je l’ai eue !
En un mot J’ai mis le temps mais je l’ai lu
Un livre idéal pour l’Automne, ou pour les voyages
De la bonne fantasy médiévale

Résumé : « L’auberge se tenait au croisement des deux routes les plus fréquentées de la région. C’était une bâtisse basse et longue, dont le toit était enfoncé en son milieu, comme si un géant était venu s’asseoir dessus. » Il y avait un temps où l’on savait écrire, et surtout où l’on savait créer le plus miraculeux des matériaux : le papier. Cependant, le secret de sa fabrication s’est depuis longtemps perdu. Désormais, des centaines de Musiciens parcourent les Terres Hautes, indifférents aux limites des domaines et des fiefs, pour récolter des histoires. Bertram le Baladin, célèbre Musicien de la Guilde, a perdu son luth – ou plutôt, on le lui a dérobé. Bien décidé à le retrouver, il est contraint de s’associer avec une femme, Sans-Nom, témoin du larcin. C’est ainsi que l’étrange duo part en quête du luth, dans un monde où la magie réside dans toutes les histoires : ragots, chansons ou Iégendes.

C’est l’heure des contes et des légendes

Bertram le Baladin, j’en avais entendu parler il y a un an, bientôt deux au détours d’un ou deux articles, un podcast, bref, pleins de choses. Je l’ai pris, sachant que je n’allais pas forcément le lire de suite. Certes, en suivant un Baladin, je ne m’attendais pas à avoir une intrigue de folie et donc d’avoir un suspense insoutenable. Et je n’en avais pas envie non plus. J’avais envie de voyager, de partir sur les routes et de découvrir la fantasy médiévale par la petite porte, autrement dit, sans suivre un réel héros, sans nécessairement vivre de grandes aventures.

Alors ? Est-ce que ce livre sera un coup de cœur ? J’ai envie de vous dire oui mais pas d’une violence passionnée comme on peut l’avoir d’un Jaworski à la volée. C’est un coup de cœur plus profond, plus amical, qui prend un peu par surprise en fait car on n’arrive pas à trouver de défaut à ce livre. Et pourtant, il n’y  a aucune grandiloquence dans ce livre, nous suivons une bête quête qui est celle de Bertram qui va chercher les voleurs de son luth, suivi par une femme Sans Nom et chacun va jouer avec les faits au fur et à mesure du récit

Bertram ce héros ?

Pas vraiment non.  C’est un Baladin, ce qui en gros veut dire qu’il fait partie d’une guilde qui propage les nouvelles et chante des chansons au travers du royaume. C’est une guilde crainte apparemment car on ne peut leur refuser l’hospitalité. De plus, c’est une guilde où certaines personnes seulement peuvent intégrer (ce qui exclut les femmes apparemment)

Bertram n’est pas le genre de ménestrel un peu poète et très romantique qu’on s’imagine. Ce n’est pas non plus un poivron un peu potache et qui vit sur une gloire passée. C’est autre chose. C’est un anti héros qu’on prend plaisir à découvrir en tous cas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :