Le rêve noir

AuteurCol Buchanan
SagaLe cœur du monde
Numéro de tome3
GenreFantasy
Maison d’éditionBragelonne
Nombre de pages528
Obtenu le6 Décembre 2017
Lu le13 Janvier 2020
Dans le cadre deSe mettre à jour dans une saga
En un motJ’ai pris un grand plaisir à replonger dans l’univers du Farlander Quelques surprises en réserve

Résumé : Alors que l’empire de Mann menace de réduire le monde en esclavage, seule une poignée de nations insulaires lutte encore. L’ordre des Roshuns, les assassins d’élite, s’engage lui aussi dans la guerre. Mais Ash le farlander a plus urgent à faire. Un long voyage le mène jusqu’aux mythiques îles du Ciel, où il espère pouvoir ramener à la vie Nico, son apprenti. Se pourrait-il que cette expédition permette de sauver bien plus qu’un jeune garçon ? Pourrait-elle la clé de la survie des ports libres eux-mêmes ?

En finir avec la trilogie de Col Buchanan

Saug que c’est une quadrilogie en fait mais que le quatrième tome n’est pas traduit. Ce qui veut dire qu’en fait, je vais devoir décider de si je poursuis en VO ou pas. Qu’à cela ne tienne, le troisième tome me faisait de l’œil depuis quelques temps et comme je suis dans une phase de ménage intensif de ma PAL, il fallait bien être à jour dans cette saga.

Vous pensez peut être que je râle et que je lis sans saveur mais la vérité pour Farlander, c’est que c’est une saga qui me plait beaucoup. Donc, dès que j’en suis au dernier tome, je laisse trainer afin d’en garder sous le coude. Ce qui n’est pas la bonne solution car il faut bien que je sache si Ash va faire revenir Nico et si l’Empire va gagner. Et oui !

Une saga qui donne des leçons pour l’avenir.

En dehors de l’intrigue très sympa quoiqu’un peu classique, qu’est-ce qui vous fera lire Farlander ? C’est une saga comme Star Wars : entre fantasy et science-fiction. On parle ici de vaisseaux volants. Mais aussi de réalité virtuelle. On parle d’écologie d’agriculture intensive et d’endroits tellement nocifs qu’on ne peut plus y vivre.

Et ce n’est pas tout. On a des syndromes post traumatiques, des blessures de guerre, des modèles d’économie, de la diversité raciale à peine perceptible (Ash est un héros noir et tout le monde s’en fiche de sa couleur de peau). Ce sont tous ces ingrédients qui font que c’est une série très addictive. Et peut-être bien que je lirai le quatrième tome juste pour voir si je suis toujours à jour en lecture anglaise. Mais aussi pour apprécier la plume originale de l’auteur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :