Meddik

AuteurThierry di Rollo
Saga 
Numéro de tome 
GenreScience Fiction
Maison d’éditionFolio SF
Nombre de pages284
Obtenu le27 Décembre 2017
Lu le10 Mars 2020
Dans le cadre deDécouvrir un auteur et lire un peu de SF
En un motUn roman surprenant Qui m’a rendue mi mal à l’aise mi passionnée

Résumé : À Grande-Ville, John Stolker est en sécurité dans le quartier des Justes. Richissime héritier de l’empire Gormac, il ne supporte plus son père, ses professeurs, ses amis, et contemple le monde qui se délite. L’humanité ne sait plus que faire de ses déchets, les pauvres se déchirent au nom de religions sans signification, quand ils ne sont pas tout simplement décimés par les vautours mutants qui hantent la cité fantôme. Rongé par la haine et porté par la drogue, Stolker va suivre Meddik, l’éléphant géant, et se lancer dans une croisade meurtrière dont personne ne réchappera.

Lire du Thierry Di Rollo, c’est un peu comme se faire un gommage au papier de verre.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu cet auteur et je pense que mon expérience vient de nouvelles. Thierry Di Rollo ne vous prend pas gentiment par la main pour vous donner des idées. Il vous kidnappe, vous balance dans sa tête et c’est à vous de retrouver votre chemin. Ainsi, dans Meddik, nous allons parler d’un jeune drogué qui va foutre en l’air sa vie après avoir vu un éléphant géant le saluer dans un mauvais trip. Croyez-moi, à froid, quand vous terminez le livre, l’expression qui vous vient naturellement, c’est :  Mais What ????

Et le gars t’écrit cela avec un grand sourire dans une succession de meurtres, de viols, de prises de drogues et de malversations politiques. Il y a aussi une histoire de vautours, de chevaux et de religions (et au milieu se dresse un éléphant, mais bien sûr). Voilà voilà comment en lisant très très vite on perd tout son lectorat. Et si vous ne prenez pas de stupéfiants, vous risquerez d’être tentés ne serait-ce que pour donner un peu de sens à ce bordel !

Pas d’explications, pas de solutions, on aura tout le travail à faire (et j’adore).

Mais l’auteur ne me connaît pas encore. Qu’avons-nous là ? Une projection de notre société avec un clivage de classes sociales beaucoup plus renforcé. Voire, on est un peu revenu aux Tiers Etats en fait. Les enfants des Justes (les riches), ne sont pas faits naturellement et souvent in vitro. Elevés sans amour, sans religion, sans limite et avec des gouvernantes obligées de répondre à tous leurs désirs en scandant des annonces publicitaires. Ils sombrent ainsi dans le sexe et la drogue. En face d’eux, les autres qui soient se soumettent et sombrent dans le fanatisme religieux, soit se battent et deviennent des guerillos.

La Guerre n’a pas de sens (et d’ailleurs, elle ne devrait pas en avoir). Les visions n’ont pas de sens même si en fait si mais ceci est un autre débat que vous devrez faire tous seuls avec votre tête. Nous suivons la vie de John qui va observer ces classes sociales et détruire tout ce qu’il peut. Car il n’a pas les mêmes dieux, il n’a pas la même morale et c’est parce que nous voyons cette civilisations se pervertir dans ses yeux que cela n’a pas de sens. Pour le trouver, vous devrez développer votre propre point de vue et bosser comme tout bon lecteur éclairé que vous êtes. C’est cela le secret de Thierry Di Rollo : il vous fait réfléchir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :