Scarpetta

AuteurPatricia Cornwell
SagaKay Scarpetta
Numéro de tome16
GenreThriller
Maison d’éditionLivre de poche
Nombre de pages625
Obtenu le20 Octobre 2012
Lu le20 Mars 2020
Dans le cadre deContinuer une chouette saga
En un motOn dirait bien qu’on a cassé une routine
Et même que je n’avais pas deviné qui était le méchant

Résumé : Oscar Bane a exigé son admission dans le service psychiatrique de l’hôpital de Bellevue. Il redoute pour sa vie et prétend que ses blessures lui ont été infligées au cours d’un meurtre ; meurtre qu’il nie avoir commis. Il ne se laissera examiner que par Kay Scarpetta, médecin légiste expert, l’unique personne en qui il ait confiance. À la demande du procureur, Jaimie Berger, Kay se rend à New York City et entreprend cette enquête avec son époux Benton et sa nièce, Lucy. Elle n’est sûre que d’une chose : une femme a été torturée et tuée, et d’autres morts violentes sont à craindre. Kay se lance et très vite une vérité s’impose : le tueur anticipe avec précision où se trouve sa proie, ce qu’elle fait, et pire encore, les avancées des enquêteurs. Kay Scarpetta devra faire face à l’incarnation du mal…

Un des tomes qui dissèque la réaction de l’entourage d’une victime d’agression sexuelle.

Au tome précédent, Marino avait pété un câble et avait agressé Kay Scarpetta sans pour autant aller au viol mais elle en était couverte de bleus. Je me demandais comment l’autrice aller d’mêler cette situation. Alors oui, la situation avec Marino nous pendait au nez car le personnage était très border line depuis quelques temps. Qui plus est, vu la tension sexuelle qu’il ressentait envers sa patronne, il fallait bien clôturer le dossier si je puis dire. Je pense que pour Patricia Cornwell, c’était compliqué de pouvoir faire évoluer le personnage de Pete Marino sans le tuer, et en le propulsant dans les années 2000.

Nous voici donc avec Marino  qui est parti, s’enfuyant et surtout entamant une thérapie et affrontant ses démons pour aller vers la rédemption. Kay se remet de son agression et on sent qu’il ne faudrait qu’un franc face à face pour régler définitivement le bordel. Classe, directe, empathique. Bref, comme le personnage peut l’être. Non, la réaction toute pourrie vient de Benton, qui a une réaction totalement machiste de cette agression. Si cet homme était sur une espèce de pied d’estale avant, sachez qu’il descend bien vite dans ce tome. Et par là, je pense que l’autrice montre les réactions usuelles des personnes, et surtout des mecs, qui sont dans l’entourage des agressés. Et on se rend compte que ce sont eux en fait qui freinent la guérison.

Malgré 16 tomes, Scarpetta pourrait bien encore vous surprendre.

J’avoue que certes, il y a encore quelques mécanismes dans le roman qui me titillent un peu. Mais dans l’ensemble, ce qui fait le charme d’un Scarpetta, c’est clairement ses imperfections. Je pensais qu’on allait s’enfoncer un peu dans une habitude de dramas mais non. On a tourné la page sur pas mal de choses. Concernant Kay et Pete, c’est bouclé. Il n’y a plus de tension sexuelle unilatérales et malsaines. Les deux ont regardé chacun sur leur pallier si je puis dire et je ne sais pas s’il y a eu une discussion à cœur ouvert ou s’il n’y en a pas besoin mais une chose est sûre : c’est réglé. Kay n’est pas traumatisée, et Pete a remonté à l’origine de son problème et il se soigne. Concernant Lucy et Pete, je pense que c’est la plus belle relation père fille de cœur que j’ai pu voir. Elle est imparfaite mais elle est magnifique et ce qu’a fait Marino à Kay aurait pu l’entacher. Et au final, ils sont passé au-dessus.

Lucy a aussi coupé le cordon avec sa tante. Et waow. Je ne pensais pas cela possible au point que j’ai appelé ma maman en riant et celle-ci m’a dit qu’elle allait le lire pour voir cela. Quand je vous disais que Scarpetta était une série transgénérationnelle. Et ainsi, nous y voilà. 16 tomes et je me demande ce que va nous réserver le prochain. Un truc de fou ! Il y a très peu de sagas qui me laissent dans cet état-là après tout ce temps et je vous avouerai que j’attends avec grande impatience le mois prochain pour lire la suite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :