Urbex Sed Lex

AuteurChristian Guillerme
Saga 
Numéro de tome 
GenreThriller
Maison d’éditionLes Editions Taurnada
Nombre de pages256
Obtenu le27 Mai 2020
Lu le27 Mai 2020
Dans le cadre deMon partenariat avec les Editions Taurnada et les mails accrocheurs de Joël
En un motContente d’avoir découvert l’auteur
Et c’était une chouette histoire
Comme toujours, les auteurs des Editions Taurnada m’ont fait passée une chouette nuit

Résumé : Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté. Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné… Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition. JAMAIS !

Un petit air de Franck Thilliez non ?

Pas la bouille de l’auteur, vous me connaissez maintenant, je parle plus du livre que des hommes (quoique parfois je m’égare). Mais lors d’un premier livre de l’auteur, comme je ne connais pas le monsieur qui écrit, j’ai plutôt tendance à m’attacher à quelques petites choses : si le récit tient la route, si l’écriture est sympa, et s’il y a un petit truc en plus qui me parle. On en reparlera plus tard, le mois prochain lorsque je vous chroniquerai un autre livre des Editions Taurnada car oui, Joël a encore sévi. Voire même je pense qu’il a eu peur de ne pas m’envoyer le mail mais vous verrez pourquoi en temps voulu.

Bref, ne connaissant pas Christian Guillerme, j’ouvre le livre en me demandant un peu sur quoi je vais tomber. Et je me dis que je ne vais pas beaucoup dormir car on a le récit d’un homme qui court sur des poutres vermoulues. Manifestement, il est poursuivi. Il trébuche, paf il tombe et il meurt. Fin du roman ? Nan ! C’est une intro en immersif et cela vous met dans l’ambiance du roman en deux secondes et demi ! Nous sommes donc à 2 % du roman et je sais qu’à part énorme erreur de maîtrise de l’auteur (cela peut arriver et même au meilleur), je ne dormirai pas tant que l’histoire ne s’est pas terminée. Vous me ferez penser d’ailleurs qu’il faut que je change d’urgence ma lampe de chevet car j’empêche mon Prince Charmant de dormir avec vos bons livres que vous me faites lire (merci non merci on dira ?)

Mais plus sérieusement, pourquoi je vous parle de Franck Thilliez ?

Déjà, cela vous permet de situer un peu l’ambiance. Prenez un lieu que peut être que vous allez croisé régulièrement dans votre quotidien. Le lieu peut même parfois être abandonné ce qui est le cas ici. Un auteur sympathique le prend pour en faire un roman et vous passez une nuit certes très intense mais qui vous fout les miquettes. J’ai sursauté un nombre incroyable de fois parce que parcourir le sanatorium de Dreux, c’est flippant, surtout quand vous regardez la chronique de votre copine qui a tendance à lire et regarder les mêmes choses que vous (Aelurius, tu peux pointer ton museau !)

Vous avez l’impression que ce qui pousse  nos héros à courir partout dans un sanatorium abandonné, à part leur passion pour l’urbex et un contrat juteux, c’est une force démoniaque et fantomatique ! C’est là que je raccroche les wagons avec Franck. On pense que c’est surnaturel, on pense que c’est un démon qui va posséder votre âme mais l’auteur va vous retourner cela comme une chaussette et je vais vous laisser là parce qu’il faut que vous découvriez  tous les tenants et aboutissants de cette histoire. Si vous voulez un bon thriller et un bon page turner, testez Christian Guillerme, il écrit de belles choses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :