Les magiciens

AuteurJames E. Gunn
Saga 
Numéro de tome 
GenrePolicier, Fantasy
Maison d’éditionEditions Mnemos
Nombre de pages192
Obtenu le1 Avril 2020
Lu le15 Juin 2020
Dans le cadre deUne petite promo chez l’Emaginaire
En un motLe confinement a eu le mérite que j’ai lu tout ce que j’ai acheté
Et j’avais failli oublié celui-ci

Résumé : Vous étiez prof. Votre fiancée et votre meilleur ami vous ont convaincu d’abandonner la carrière pour ouvrir une agence de détective privé et… sont partis ensemble avec la caisse et une bonne partie de vos illusions.

Vous ne possédez plus que votre revolver et un fond de bourbon, quand une vieille dame aux yeux bleus fait irruption dans votre bureau et vous donne mille dollars pour une mission incroyablement facile en appa­rence. C’est alors que vos ennuis commencent. Le type que vous devez retrouver s’appelle Salomon et son regard transperce les portes d’acier des ascenseurs. Dans le huis-clôt d’un hôtel, ce qui semblait n’être qu’une convention de prestidigitateurs va s’avérer être bien plus redoutable : un affrontement entre magie noire et magie blanche, dont l’enjeu n’est rien moins que la domination du monde…

Sous des allures un peu Policier noir…

James E. Gunn utilise les codes d’un bon policier tout au long de son roman. Imaginez un peu : un ancien professeur devenu enquêteur privé. Il est engagé dans une affaire louche par une vieille dame. Son enquête le mène dans un hôtel où il se passe quelque chose d’étrange. Et il doit trouver un lien entre tous les intervenants qui sont suspects dans une espèce de complot pour anéantir le monde ou au moins les asservir. Notre enquêteur est nouveau, il a l’impression que c’est une sorte de secte donc c’est un petit peu creepy.

En découvrant ce monde et en enquêtant sur les différents protagonistes, d’une enquête simple il passe tout naturellement vers un complot qu’il va déjouer. Nous évidemment, on est un peu au taquet et vu le nombre de pages (moins de 200), on mange très vite le roman et on boucle l’enquête. Vous m’auriez dit que c’était un genre d’Agatha Christie que je vous aurais dit oui sans problème, même si le style est différent.

… L’auteur vous initie à la fantasy urbaine.

Ce roman n’est pas si jeune car il a été écrit en 1976. Ce qui explique sûrement cet attachement au roman noir et à une manière un petit peu plus datée de l’écrire. Cela ne signifie pas qu’il a mal vieillit, on sent juste par la longueur du livre et la manière dont il est traité qu’il ne fait pas partie du XXI siècle (et cela ne dérange pas à la lecture mais ne vous demandez pas pourquoi il n’a pas accès à internet par exemple, vous voyez ?). Cela dit, l’auteur nous ajoute des éléments magiques puisque nous avons affaire à des magiciens. Et qu’ils sont le centre de l’enquête.

C’est donc une introduction à la fantasy urbaine et je dois dire que si vous souhaitez une petite initiation en la matière, c’est le bon roman pour faire le pont entre le policier et le fantasy urbaine. Car ici, nous avons un enquêteur qui découvre la société magique. Il s’initie et au final il devient ce que l’on appelle un magicien en utilisant des pouvoirs. Va-t-il continuer dans cette voie, on ne le sait pas et ce n’est pas l’objet du roman puisqu’ici c’est la résolution de l’enquête. En bref, un très bon petit one shot qui peut soit vous divertir soit vous ouvrir sur un genre. C’est donc tout bébéf pour vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :