Le voyage du basilic

AuteurMarie Brennan
SagaMémoires, par Lady Trent
Numéro de tome3
GenreFantasy
Maison d’éditionL’atalante
Nombre de pages362
Obtenu le28 Novembre 2018
Lu le27 Juin 2020
Dans le cadre deMa lecture commune avec le Museau
En un motUn troisième tome tout aussi truculent
On trouve une Lady Trent plus mature et plus sûre d’elle
Et on avance tout de même dans l’intrigue principale

Résumé : Isabelle Trent, devenue célèbre, n’en a pas fini de déplaire à la bonne société du Scirland (qui doit beaucoup à l’Angleterre victorienne). Notre impétueuse naturaliste, après avoir transformé sa demeure en une sorte d’université pour jeunes femmes désireuses de s’instruire, entreprend de monter une expédition afin d’étudier les dragons du monde entier et, l’espère-t-elle, révolutionner leur taxonomie. Comble d’inconvenance, cette fois, Jake, le fils d’Isabelle et de son défunt mari, est du voyage. Le voilier Basilic débute son périple dans le Grand Nord où Isabelle étudie (en pantalon) les serpents de mer, puis passe par un pays qui serait peut-être le Mexique, se fait chasser du Yélang et visite enfin les îles volcaniques de l’hémisphère Sud, où elle en apprend davantage sur la civilisation des Draconiens qui ont dominé le monde dans l’antiquité. Au cours de ce voyage, le lecteur est aussi témoin d’une nouvelle étape de la vie sentimentale d’Isabelle ; quant à la présence de son fils, elle donne lieu à moult touches ironiques et tendres, car elle découvre que Jake ne s’intéresse qu’à une chose : la mer et tout ce qui s’en rapproche – mais pas aux dragons. Le titre du livre rappelle Le Voyage du Beagle, de Charles Darwin, soulignant ce fait rare d’un livre de fantasy qui célèbre la science et son élaboration patiente par des gens qui ont soif de connaissance.

Une lady Trent plus mature

On a vu Lady Trent jeune mariée et un peu fofolle au premier tome. Puis on l’a vue endeuillée mais reprenant le dessus dans le deuxième. Là, on la voit en jeune maman expérimentée et indépendante pour le troisième. J’ai limite hâte de commencer de suite le tome 4 pour voir quelle nouvelle évolution elle va nous faire en fait car cette femme a une capacité d’adaptation incroyable. Elle a fait son petit groupe d’amis et hop hop hop, on va partir sur un bâteau pendant des mois pour observer des serpents de mers et avec son fils.

Sur papier, cela a l’air tranquille, vous allez me dire mais comme vous le savez dans cette saga, rien ne se passera comme prévu et ça c’est génial pour nous. Entre la voir chevaucher des serpents de mer, trouver une civilisation perdue, se marier avec une femme pour garder des relations cordiales avec un peuple autochtone, vérifier des légendes, trouver de nouvelles théories et tout cela après évidemment avoir donné tout l’amour du monde à son fils. Ça c’est une nana !

Le rôle de mère dans Lady Trent.

Vous l’aviez remarqué dans le second tome, Lady Trent a un peu fui son rôle de jeune mère afin de garder sa liberté. Pas qu’elle n’aimait pas son fils, bien au contraire, elle avait juste besoin de trouver le moyen de faire son deuil. J’avoue que c’est compliqué mais je la comprends parfaitement pour en avoir discuté avec sa mère qui a vécu la même chose (oui maman a chassé et étudié les dragons, cela vous pose un problème? ) Vous pouvez juger Lady Trent mais je peux vous dire que c’est exactement la réaction qu’une mère peut avoir dans ces circonstances. La mienne l’a fait et j’ai bien sûre de nombreux souvenirs des moments où j’étais tout sauf avec elle en fait.

Et puis je me souviens de l’après. Où le cordon ombilical s’est vachement resserré et où j’ai pu trouver dans ma mère plus qu’une personne qui me couve mais quelqu’un qui a pris aussi du recul et qui me comprend. C’est ce qu’il se passe en ce moment bien entendu avec Lady Trent. Et c’est écrit avec beaucoup de justesse. On a là une mère indépendante qui accompagnera son fils et ne l’étouffera pas. Et j’espère bien être comme elle plus tard avec mes enfants.

Un commentaire sur “Le voyage du basilic

Ajouter un commentaire

  1. C’était comme si j’y étais ! Son fils prend une grande place dans le livre sans pour autant être « de trop ». J’ai aimé apprendre à le connaître et le voir grandir. Je peux rester de longues secondes à contempler les illustrations.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :