Pavillon d’exil

Auteur : David Weber
Saga : Honor Harrington
Numéro de tome : 5
Genre : Science Fiction
Maison d’édition : L’atalante
Nombre de pages : 500
Obtenu le : 6 Juillet 2020
Lu le : 26 Octobre 2020
Dans le cadre de : Pousuivre une chouette saga
En un mot

  • Une réflexion sur le fanatisme religieux
  • Sur la Laïcité aussi
  • Et sur la paix après la guerre

Résumé : Prise dans une tourmente politique, le capitaine Honor Harrington a quitté le service actif. Elle s’est exilée sur la planète Grayson, où elle tente d’oublier le sacrifice de sa carrière en remplissant au mieux son rôle de seigneur d’un fief. Mais les réactionnaires graysoniens se déchaînent contre elle, sans craindre d’aller jusqu’au complot et au meurtre, et la guerre entre Havre et Manticore la rattrape. Passée sous la coupe d’un comité de salut public, la République populaire prépare en effet l’opération « Poignard ». Honor doit surmonter ses angoisses et ses doutes pour se mettre au service de sa planète d’adoption. La laissera-t-on faire ? La saga d’Honor Harrington continue. Pavillon de l’exil en est le cinquième roman.

Honor Harrington en plein deuil mais toujours apte au combat

Je le dis et je le répète, Honor en a dans les ovaires. Elle est obligée de s’exiler sur Grayson qui l’accueille à bras ouvert puisqu’elle est une héroïne là bas. Elle y lèche ses plaies et se consacre à améliorer le vie de son peuple d’adoption, notamment en améliorant leurs propres récoltes. Sauf que Grayson, c’est un pays religieux super réac donc certains prêtres s’amusent à la traiter de tous les noms et vont évidemment fomenter un complot pour la faire tomber, voire la faire mourir tout court.

Pendant ce temps-là, dans le reste de la galaxie, nous avons aussi droit à un autre complot pour faire envahir d’autres planètes dont Grayson (sinon avouez que ce ne serait pas drôle du tout). Et le protecteur Benjamin qui n’est pas un imbécile se dit que ce serait pas mal de recruter Honor en temps qu’Amiral de sa flotte. Mais dans son sillage, il nomme aussi un capitaine qui a été son ennemi pendant la précédente guerre : le capitaine Alfredo Yu qui a été celui qui a fait tomber le vaisseau de son mentor.

S’il y en a encore un dans la salle qui ose prétendre qu’une femme n’est pas multitâches et compétente dans des domaines masculins

Ce tome n’est pas folichon en terme d’action, autant ne pas prétendre le contraire. Par contre, qu’est ce qu’on se prend comme réflexions féministes absolument géniales dedans ! Et comme réflexions sur la séparation entre l’Etat et l’Eglise. Et sur la guerre. Et sur l’extrémisme religieux… Et sur la géopolitique. Alors, autant vous dire de suite, mon petit coeur a été de suite titillé par les scènes d’action qui sont absolument géniales (surtout les batailles dans l’espace. Est ce que je vous ai déjà dit que c’étaient mes passages préférés ?)

Cela dit, l’auteur nous offre aussi des matières à réflexion assez incroyables. Et même si une partie de moi aimerait toujours plus d’action, le fait d’avoir un tome plus calme, plus introspectif était pas mal du tout, surtout si l’on considère que l’on suit une nana qui est en pleine rémission de deuil et qui doit gérer quatre à cinq affaires brûlantes et potentiellement critique pour son fief et la planète où elle vit. C’est un concentré de pur bonheur à lire et je dois dire que je piétine un peu pour connaître la suite. Car en thème de complots contre elle, la pauvre ne sait plus où donner de la tête, pour notre plus grand bonheur. A très vite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :