Cantique Sanglant

Auteur Anne Rice
Saga Les Chroniques des vampires
Numéro de tome 10
Genre Fantastique
Maison d’édition Plon
Nombre de pages 381
Obtenu le 12/11/2012
Lu le 26/11/2018
Dans le cadre de Être à jour dans ma saga chouchou
En un mot Je suis contente de l’avoir relu
Mais je vais être contente d’enfin commencer un tome inédit pour moi
Lire la suite « Cantique Sanglant »

Le domaine Blackwood

Auteur Anne Rice
Saga Les chroniques des vampires
Numéro de tome 9
Genre Thriller, fantastique
Maison d’édition Plon
Nombre de pages 583
Obtenu le 12 Novembre 2012
Lu le 29 Juin 2018
Dans le cadre de Relire toute la saga pour entamer le nouveau dyptique
En un mot C’était ma première lecture VO
Elle a des défauts mais je l’aime fort tout de même
Lire la suite « Le domaine Blackwood »

Descendance

Auteur Graham Masterton
Saga  
Numéro de tome  
Genre Horreur
Maison d’édition Bragelonne
Nombre de pages 327
Obtenu le 19 Octobre 2012
Lu le 4 Juillet 2018
Dans le cadre de Lire mes vieux coucous
En un mot Et bien c’était sympa pour les vacances
Mais ce ne sera pas une lecture remarquable
Lire la suite « Descendance »

Dans la gueule du loup

Auteur : Patricia Briggs

Genre : Fantasy Urbaine

Saga : Alpha & Oméga

Numéro de tome : 5

Maison d’édition : Milady

Nombre de pages : 382

Obtenu le 4 Juillet 2018

Lu le 4 Juillet 2018

Dans le cadre de ma lecture commune avec Séverine

En un mot :

  • Non mais à quand la suite ?
  • Une aventure tout aussi palpitante
  • Encore de l’humour, de l’émotion et de l’action
Lire la suite « Dans la gueule du loup »

Le Poet

Cet automne, il y’avait le Knittich, où j’ai pu harceler des centaines de personnes avec ma hache. Mais ce n’est pas le moment le plus parlant de ce début d’hiver c’est juste que j’en ai profité pour faire mes cadeaux de Noël. Mais le froid s’installant, j’ai ressorti mes pulls en laine et horreur malheur, je n’en avais que deux. Heureusement, début de cet automne, j’avais craqué pour le magasine Laine (et aussi pour le Pom Pom, ce qui montre mon amour de ces deux magasines en ce moment). Bref, j’avais grave envie de me faire un pull en attendant de tricoter mon graal et le Poet m’avait vraiment tapé dans l’œil. Et j’avais de la Flora de Drops en moultes stock donc autant vous dire qu’il n’y avait pas vraiment de barrière à ce que je le fasse.

Forcément, étant en knittich, je me suis dit que tricoter un pull pouvait apporter du métrage à mon équipe et mon cerveau a oublié de me donner les informations suivantes : c’est du full dentelle et en fingering. Je vous laisse avec les infos qui vous bien :

Lire la suite « Le Poet »

En famille

Auteur : Hector Malot

Genre : Classique

Maison d’édition : Le goût de l’être

Nombre de pages : 295

Obtenu il y a super longtemps

Lu et relu un nombre incalculable de fois

Dans le cadre de : de temps en temps, relire un classique de son enfance, c’est cool

En un mot :

  • Le plaisir de la lecture a toujours été là
  • Un livre naturaliste
  • Une morale toute guimauve comme il faut
Lire la suite « En famille »

Existence

Auteur : David Brin

Maison d’édition : Bragelonne

Genre : Science -Fiction

Nombre de pages : 741

Obtenu le : 26 Juin 2017

Lu le : 8 Juillet 2018

Dans le cadre de : Il n’y a pas d’excuse pour lire de la bonne SF

En un mot :

  • Encore une fois, je fus subjuguée par l’auteur
  • Toutefois, ce n’est pas une lecture que je recommanderai pour l’été
  • Mais cela n’engage que moi bien évidemment.
Lire la suite « Existence »

Mauvais genre

Auteur : Isabelle Villain

Genre : Thriller

Maison d’édition : Editions Taurnada

Nombre de pages : 252

Obtenu le : 23 Octobre 2018

Lu le : 31 Octobre 2018

Dans le cadre de mon partenariat avec les Editions Taurnada

En un mot :

  • Comme toujours, je me suis faite avoir par l’extraordinaire pouvoir d’attraction de cette maison d’édition
  • Et par l’autrice
  • Un très bon thriller qui vous remplace allègrement une soirée film


Résumé : Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

De l’art de se faire avoir par une autrice

Je ne sais pas du tout si Isabelle Villain a déjà écrit des romans auparavant (si vous avez la réponse, vous pouvez le mettre dans les commentaires). Mais pour moi c’était une découverte, de plus Joël des éditions m’a comme toujours bien vendu la bête. Et donc, vous m’imaginez donc un soir de pluie, l’idéal pour les thrillers, assise dans mon fauteuil et j’ouvre mon fichier pour commencer Mauvais Genre. Et là ! Une introduction en entonnoir. Vous auriez dû voir ma tête les amis, je déteste ce genre d’entrée en matière que je considère comme l’intro des débutants (sûrement à tort mais vous savez, quand on n’aime pas un truc, on trouve toujours de mauvaises raisons n’est-il pas?) Bref. Je me retrouve donc dans mon fauteuil ayant préparé ce petit moment de lecture en mode valeur sûre et je me décompose littéralement en me disant : si ça commence comme ça, je ne vais pas aimer le roman. Et c’est d’une de mes maisons d’édition préférées.

Je me voyais déjà devant descendre le roman, tout ça, tentant de trouver des points positifs (je vous rappelle que j’étais à la page 2 du roman, la nana qui juge tout dès la première ligne). Et puis, connaissant la maison, je me dis que c’est juste pas possible et qu’il doit y avoir un truc. Passe les premiers chapitres et en effet, la petite coquine nous a utilisé des astuces de débutants pour nous paumer littéralement dans l’intrigue du roman et donc dans l’enquête. Ce qui fait, et là, je ne vous laisse plus mariner) que j’ai effectivement passé une excellente soirée avec une introduction en entonnoir. Et c’était ma première fois !

Une enquête et une intrigue menée d’une manière très fine.

C’est un roman simple, car vous le lisez d’une traite. Vous vous laissez prendre au jeu des personnages et de l’intrigue. Vous suivez l’enquête du commandant Rebecca de Lost et vous la suivez aussi dans son intimité. Vous vous attachez énormément aux personnages et les effets de l’intrigue sont élégants. Ce qui fait que vous suivez cette histoire très confortablement. Vous vous laissez avoir comme une bleue et vous passez donc un excellent moment.

En bref, alors oui, j’ai tardé à publier cette chronique (entre les aléas de la vie et le fait que j’étais intimement persuadée de l’avoir déjà rédigée et publiée donc forcément, je n’avais pas la pression non plus). Notre Joël national m’a gentiment rappelé que non en effet lorsque je lui ai demandé confirmation. Et nous voici donc presque deux mois après la lecture et voilà en quoi c’est un signe de bon roman : je me souviens encore de tout et rien qu’en vous écrivant cette chronique, je revis certaines scènes. Alors sautez chez votre libraire et prenez le. Vous aurez une bonne soirée garantie 🙂

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑