Le voyage de Chihiro

TitreLe Voyage de Chihiro
Date de sortie2001
RéalisateurHayao Miyazaki
Durée124 mn
Visionné leDepuis quelques années déjà
Dans le cadre deUn anime que les enfants aiment beaucoup

Résumé : Chihiro Ogino (荻野 千尋, Ogino Chihiro?), dix ans, boude à l’arrière de la voiture de ses parents1 ; ces derniers ont décidé de déménager à la campagne, et la petite fille regrette son ancienne école. En cherchant à rejoindre leur nouvelle maison, ils se perdent au bout d’une route tortueuse et arrivent devant un tunnel. Le traversant, malgré la réticence de Chihiro effrayée, ils arrivent dans ce qu’ils pensent être un parc à thèmes abandonné. Sentant une odeur de nourriture, ils rejoignent une échoppe vide regorgeant de victuailles, et les parents de la fillette s’installent ; prévoyant de payer en partant, ils commencent à manger goulûment. Agacée par leur comportement, Chihiro part explorer le village abandonné et se retrouve à l’entrée d’un pont menant à un palais des bains. Là, un jeune garçon l’avertit de partir vite avant le coucher du soleil.

Un de nos classiques en matière de visionnage

Le voyage de Chihiro, je pense que c’est un des DVD que nous avons usé le plus et qui maintenant ne fonctionne plus. Donc, on a profité de sa diffusion en streaming histoire de vérifier si on avait oublié une seconde ou deux de ce charmant anime. Mais qu’est ce que cela raconte donc ? Chihiro est une petite fille très triste car elle est en plein déménagement et vient de quitter ses petits camarades. Sur la route, ses parents s’arrêtent et trouvent en pleine nature et complètement paumé une série d’étals de restaurants. Sans se poser de question, ils mangent tout ce qu’ils trouvent alors que Chihiro explore les environs. Quand elle revient, elle se rend compte que ses parents se sont transformés en porcs. Commence alors une longue quête chez la jeune fille pour que ses parents retrouvent leur aspect normal.

Vous voyez bien, nous connaissons tous l’histoire. La première fois que je l’avais montré aux enfants, c’était justement le lendemain de notre déménagement. Effectivement, cela les avait apaisé à l’époque même si pour le coup, le déménagement avait été heureux. Mais c’était notre première soirée à trois dans notre maison et croyez moi, cela avait été un grand moment pour nous. Et je pense aussi que c’est pour cela que nous l’apprécions autant en dehors du fait que cet anime était magnifique.

Un conte qui met en garde contre la solitude.

Il y a plusieurs messages dans cet anime mais le principal est tout de même qu’il faut s’ouvrir aux autres. En effet, on sent bien que Chihiro, au début de l’histoire, se replie sur elle-même. Ses parents ne prennent apparemment pas le temps de l’écouter non plus. Ainsi, on s’aperçoit que Chihiro, en sortant de l’école, est totalement isolée ce qui fait qu’elle est vraiment triste dans ce déménagement et ses parents ont l’air de ne pas s’en inquiéter. Au contraire, ils préfèrent s’empiffrer. Or, avec la transformation de ses parent,s elle doit sortir de son isolement pour trouver de l’aide. Elle se fera ainsi des amis incroyables parmi des gens qu’on pensait effrayants et bizarres au premier abord. Ainsi, en sortant de sa solitude, elle pourra les sauver.

Vous avez ainsi entraperçu la morale de l’histoire; En effet, en sortant de son isolement, Chihiro a vu la vie un peu plus belle et n’importe quel monde effrayant devient familier et un peu plus attrayant. Si vous avez un enfant qui a du mal à se faire de nouvelles connaissances, c’est l’idéal pour vous. Vous pourrez leur montrer ainsi que vous comprenez sa peur mais que lui seul devra affronter pour ensuite avoir une vie plus elle et plus enrichissante. Sur ce, je vous laisse on se retrouvera pour le prochain Miyakasi

Brume

AuteurStephen King
Saga 
Numéro de tome 
GenreRecueil de nouvelles
Maison d’éditionAlbin Michel
Nombre de pages288
Obtenu le2 Octobre 2019
Lu le4 Avril 2020
Dans le cadre deEcouter du Stephen King
En un motEt bien en période de confinement, ca te met dans une ambiance de fifou !
Sinon c’était chouette de faire cette relecture

Résumé : Imaginez une brume qui s’abat soudainement sur une petite ville, une brume si épaisse que les clients d’un supermarché hésitent à en ressortir. Il n’en faut pas davantage au maître de l’épouvante pour nous plonger dans le cauchemar avec un réalisme hallucinant.

Chacune des nouvelles de ce volume possède le même pouvoir ensorcelant. Vous aurez peur d’un petit singe en peluche qui joue des cymbales. Vous redouterez de voir surgir le fantôme d’un camion. Vous saurez de quoi est capable un naufragé solitaire, lorsque la faim le tenaille et que la drogue décuple son courage.

L’art de Stephen King est de faire surgir l’effrayant ou le surnaturel au cœur d’un monde rassurant et prosaïque. Les superbes décors du Maine, où vit Stephen King, se révèlent une fois encore peuplés de sortilèges et de malédictions ?

Brume : un sacré recueil de nouvelles que j’ai dû lire plusieurs fois. Pourquoi cela m’a pris de le relire pendant le confinement ? Je ne sais pas mais clairement c’était une expérience bizarre. Cela dit, je ne vous ferai pas l’affront de relire le Fléau car vous me retrouverez pendue par un élastique au fond de ma cave. Je vous propose de vous décrire les nouvelles que j’ai préférées de ce recueil

Brume : C’est clair que si je n’aimais pas la nouvelle principale alors que c’est elle qui a donné le titre du recueil alors que c’est elle qui a donné le titre du recueil. C’est elle que je n’aurai pas dû lire en cette période car elle montre le comportement des gens obligés de se retrancher dans un supermarché alors qu’une Brume meurtrière s’étend sur une petite ville. Sûrement la nouvelle qui a débouché plus tard sur le roman Dôme.

En ce lieu des tigres : Cette nouvelle-là me marque beaucoup uniquement car elle parle à ceux qui ont eu des grandes peur d’enfants. Souvent ceux qui ont eu une imagination fertile comme la mienne. C’est celle qui m’aura rappelée des souvenirs d’émotions d’enfance.

Le singe : Pareil, c’est l’histoire d’un jouet mécanique maudit qui annonce la mort d’un proche. A chaque fois que le possesseur de l’objet s’en débarrasse, le singe réapparait. On a peur quand on le voit, on a peur même quand il ne fait rien. Et pourtant, c’est une simple jouet.

Le raccourcis de Mme Todd : Un récit qui pourrait être une histoire d’horreur mais qui en fait est une histoire d’amour. C’est une femme qui trouve des raccourcis jusqu’à plier les distances. Jusqu’à aller contre le temps.

L’excursion : Ce récit de science-fiction montre les dérives qu’il peut y avoir pour créer un nouveau moyen de transport. Le pire, c’est que ce récit est de la véritable anticipation et pourrait se réaliser un jour.

Le goût de vivre : une nouvelle qui fait froid dans le dos. Quand on est sur une île déserte, sans aucun moyen de subsistance que serions-nous prêts à manger pour survivre ? Quelles parties de notre propre corps serions-nous prêts à manger ? Vous ne regarderez plus vos jambes pareil après.

Mémé : Un petit garçon doit garder sa vieille grand-mère qui est très vieille, très handicapée et très effrayante. En écoutant les pensées de ce jeune garçon, on se rend compte que ladite grand-mère était une sorcière. Or, quand une sorcière meurt, on sait tous qu’il faut qu’elle transmette ses pouvoirs pas vrai ?

Le chenal : Sûrement une des nouvelles préférées de l’auteur. C’est un peu ma vision idyllique de la mort, de mes derniers instants. Je ne sais pas. Je me rends compte que c’est un moment très triste, dans une île très triste, et en fait, je ne ressens que de l’amour d’une communauté et de l’amour d’une vieille femme pour cette communauté. C’est l’histoire d’un dernier voyage, d’un passage d’un état à un autre. Et je trouve toujours ce récit magnifique aujourd’hui.

Scarpetta

AuteurPatricia Cornwell
SagaKay Scarpetta
Numéro de tome16
GenreThriller
Maison d’éditionLivre de poche
Nombre de pages625
Obtenu le20 Octobre 2012
Lu le20 Mars 2020
Dans le cadre deContinuer une chouette saga
En un motOn dirait bien qu’on a cassé une routine
Et même que je n’avais pas deviné qui était le méchant
Lire la suite « Scarpetta »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑