Fondation

Auteur : Isaac Asimov
Saga : Fondation
Numéro de tome : 3
Genre : Science-Fiction
Maison d’édition : Folio SF
Nombre de pages : 402
Obtenu le : 26 Mars 2013
ReLu le : 6 Août 2020
Dans le cadre de : Envie de tout recommencer
En un mot :

  • Tout simplement génial, même en audio
  • Tellement hâte de tout relire
Lire la suite « Fondation »

Prélude à Fondation

Auteur Isaac Asimov
Saga Fondation
Numéro de tome 1
Genre Science-Fiction
Maison d’édition Editions Pocket
Nombre de pages 446
Obtenu le 22 Mai 2018
Lu le 24 Août 2019
Dans le cadre de J’avais besoin d’une lecture sympa pendant le trajet
En un mot J’ai enfin découvert la personnalité de Seldon
J’y ai vu aussi le lien avec le Cycle des Robots
Et j’ai trop envie de me relire la saga
Lire la suite « Prélude à Fondation »

Le Cycle des robots, tome 6 : Les robots et l’Empire d’Isaac Asimov

Présentation de l’éditeur : Des décennies ont passé depuis Les robots de l’aube mais, sur Aurora, Gladia est demeurée belle et puissante, assistée de ses robots fidèles : le subtil Daneel et Giskard, doté d’étranges dons télépathiques. Sur Aurora encore, le Dr Amadiro qui aspire à dominer la Galaxie et à détruire la Terre, planète rebelle.Arrive alors, d’un monde lointain, un aventurier, et Gladia, conquise, accepte le voyage intergalactique qu’il lui propose. Ses deux robots l’accompagneront.
Les voici enfin sur la Terre où, hélas, Amadiro les a devancés et prépare son oeuvre diabolique. Giskard, transgressant ses droits de robots, tente de lui faire échec, au prix de sa propre vie. Mourant, il transmettra ses pouvoirs à son ami. Mais que peut encore Daneel pour sauver notre planète ?

Quand Lije Baley te manque, tout est dépeuplé ?

C’est le dernier tome du cycle des robots, la grande saga robotique de Asimov. Et le couple Daneel Baley me manque pendant tout ce tome. Si je me demandais à quoi pouvait ressembler des adieux déchirants entre un homme et un robot, je peux vous dire qu’en lisant ceci j’ai été au bout de ma vie. Je me suis dit qu’un tome sans Lije allait nous manquer, mais il était présent et cela nous a tous rendu triste.

Comme toujours, par contre, Gladia, même si elle montre clairement cette fois ci qu’elle n’est plus qu’une demoiselle en détresse et qu’elle a aussi un cerveau, et bien elle reste la pin up du groupe. Celle qui attire tout un lectorat. Mais elle a été le grand amour de Baley et donc on lui pardonne tout.

La quatrième loi de la robotique ou le grand final.

Je ne vous parlerai pas vraiment de cette loi car sinon cela vous gâcherait tout le livre mais sachez que notre Baley, non content d’avoir régalé nos aventures a discuté avec Daneel juste avant de mourir et qu’il lui a donné matière à réflexion pour énoncer une autre loi de la robotique. Et ceci vous entraine donc dans de grands discussions théologique entre Giskard et Daneel. Et je vous prie de croire que de suivre une discussion entre deux robots est un excellent moyen de s’endormir ?

Non bien entendu, je plaisante. Cela apporte beaucoup de pauses dans ce roman ce qui donne une action clairement en dent de scie.  Cela dit, cela donne un roman et une fin de saga extrêmement riche que tout amateur de robot devrait lire. Cette saga n’a pas énormément vieilli à part bien entendu la condition féminine mais ceci est un autre débat

Le Cycle des robots, tome 5 : les robots de l’aube d’Isaac Asimov

Présentation de l’éditeur : Quand Elijah Baley, le célèbre agent de la Sûreté interplanétaire, arrive sur Aurora, il pressent qu’il va au-devant de sa plus difficile et périlleuse mission. Impossible pourtant de se récuser : le statut de la Terre en dépend, et le destin futur de l’Univers.
Il s’agit pour lui de découvrir qui, pour la première fois dans la Galaxie, s’est rendu coupable du meurtre de Jander Panell, le robot positronique le plus sophistiqué jamais créé, et qui atteignait un degré d’« humanité » très supérieur à tout ce que le Dr Susan Calvin aurait pu imaginer.
D’autres découvertes stupéfiantes attendent Elijah Baley sur Aurora, une planète dont les rites sexuels comportent peu de tabous et où il n’est pas interdit à une femme de s’éprendre follement d’un robot…

Mon dernier épisode avec Elijah !

Et je peux vous dire que je l’ai apprécié celui là. Comme toujours, il se passe un problème avec un robot. Ici, c’est un roboticide (j’ai adoré ce mot) (donc oui je vous le replace). Et comme de bien entendu, vu que cela se passe à l’autre bout de la galaxie  et avec des robots, on appelle Elijah Baley et sur la demande de….. R. Daneel comme de bien entendu 🙂

Bref, bien que je savais que cela allait se passer, j’ai sautillé sur place. Et comme l’intrigue se passe quelques années après le tome 4 j’ai pu voir comment avaient évolués les personnages. Il m’a semblé que Daneel s’était encore plus humanisé et que oui, il était content de revoir Elijah. Quant à lui, il a passé du temps à affronter ses peurs claustrophobiques et à tenter de voir des choses d’autres points de vue. Et cela apporte un superbe renouveau

Pour l’intrigue, on s’accroche comme toujours

On s’escrime à dire que c’est de la SF, mais en vrai, c’est un épisode de Colombo dont on a pas vu le début (et donc, on ne sait pas qui est le tueur). Comme de bien entendu, j’ai attendu la fin pour savoir qui avait fait quoi et je me suis dit qu’Elijah, il roxait du poney à paillettes. L’intérêt de ces romans, c’est bien entendu le côté science fiction et les trois lois de la robotique mais c’est aussi et surtout l’intrigue un peu policière !

Enfin, j’ai quitté un de mes personnages complètement attachant et craquant : Elijah car je sais déjà qu’il ne sera pas présent lors du prochain tome. Ce qui ne me gâchera rien dans ma lecture car Daneel sera là. Pour les amoureux des croisements de genre, pensez un peu à vos classiques et à Asimov 😉

Le Cycle des robots, tome 4 : Sous le feu du soleil

Présentation de l’éditeur : Nous connaissons déjà Elijah Baley et Daneel R. Olivaw qui menèrent une difficile enquête dans Les cavernes d’acier. C’est désormais sur la lointaine planète Solaria qu’ils vont exercer leur talent. Sur ce monde, les hommes n’acceptent plus de se rencontrer physiquement mais se  » visionnent  » grâce à des projections télévisées. Or, un meurtre a été commis, un meurtre apparemment impossible puisque aucun Solarien n’aurait eu la force nerveuse suffisante pour s’approcher d’un de ses compatriotes. Qui plus est, un robot semble impliqué, ce qui est absurde, puisque les lois de la robotique interdisent à ces êtres de métal de causer le moindre tort aux hommes…

Et c’est parti !

Pour bien débuter l’année et être chaud patate, j’ai décidé de terminer un peu quelques sagas. La première étant le cycle des robots qui traine depuis au moins 5 ans dans ma PAL. Et je la laisse trainer à escient, tout simplement parce que si je continue, je n’aurai plus rien à lire d’Asimov. Et ça, vous voyez, cela me dérange fortement ! Mais revenons à nos robots, pourquoi la saga des robots, toussa toussaz.

Asimov a écrit ce cycle et cela a été une véritable petite révolution tout simplement parce que….. Il a instauré les trois lois de la robotique qui ont été repris depuis dans TOUS les livres traitant des robots jusqu’à maintenant. TOUS !!!!!!! Et les réflexions par rapport à ce type de lois est infini. On peut même, si vous le désirez, refaire des tas de films SF selon ces trois lois. Bref, c’est un sujet intarissable

Le couple Elijah et Daneel : ça roxe !!!

Le principe de ce cycle, c’est aussi tout simplement de se retrouver avec un Humain qui va devoir enquêter sur des robots. Or, notre enquêteur ne supporte pas les robots… Sauf un : Daneel qui a su gagner ses faveurs. Je pense même pouvoir vous dire qu’il est son plus proche ami. De plus, l’auteur nous les présente comme un duo de policiers, ce qui donne réellement une dynamique au récit. Un truc de fou.

De plus, il y a l’enquête et croyez moi, on est dans du thriller de folie. Loin de la SF, loin de l’enquête un peu bateau. J’ai été littéralement transportée jusqu’à la fin et jamais je n’ai pu deviner qui était le tueur. Alors, dites moi ? C’est pas un bon cycle à lire ça ?

Le cycle des robots, tome 3 : Les cavernes d’acier d’Isaac Asimov

Présentation de l’éditeur : Les cavernes d’acier sont des villes souterraines du futur. Là, bien que privés d’air et de lumière naturels, des millions d’hommes vivent à un rythme étourdissant.
Malgré une civilisation superscientifique et l’apparition de robots intelligents, les passions humaines n’ont pas cessé pour autant et le meurtre n’a pas disparu.
Mais le problème de Lije Baley n’est pas seulement de retrouver un meurtrier, il est aussi d’y parvenir avant son collègue R. Daneel. R. = Robot, car R. Daneel est un androïde au cerveau électronique ultraperfectionné, créé certes par l’homme, mais qui n’attend peut-être que l’occasion de prendre sa place.

Parce que cela faisait longtemps !

Si vous me connaissez un petit peu, vous savez que j’adore la Science Fiction pure. Celle qui date. Et particulièrement l’auteur Isaac Asimov. Si en plus vous me dites que cela fait partie de la saga des Robots, celles qui a instauré notre règle suprême de la SF : les trois lois de la robotique. Vous saurez que de temps en temps, se lire un petit Asimov, c’est cadeau pour mes yeux énamourés de lectrices.

De plus, ce tome ci est assez important car ce n’est plus du tout un recueil de nouvelles ou de récits, mais c’est la première enquête de R. Daneel et de Lije Baley, autrement dit les enquêtes d’un homme et d’un robot. Et on voit ici le début de leur relation professionnelle et je dirai même plus, amicale.

Et si vous aimez particulièrement les films (avec Will Smith), c’est en grande partie de ce tome qu’est inspiré le film I, Robot. Largement, même, vous allez me dire mais les personnages sont là et le contexte est là aussi. Ce qui est d’autant plus formidable que vous découvrez une toute autre histoire en lisant les livres. Et ça, cela n’a pas de prix.

Baley et Daneel, un couple qui promet !

Lije Baley fait partie de ces gens que les robots exaspèrent. En effet, beaucoup d’emplois humains sont remplacés par des robots maintenant et une grosse partie de la population se sent menacée par ce remplacement, ce qui est un peu le reflet de ce qu’on a eu lors de l’aire de l’automatisation dans l’industrie par exemple. Ce sont des sentiments que l’on connaît bien, surtout à l’heure de l’écriture de ce projet. Et c’est aussi pour cela que les thèmes dits sensibles de ce roman vont avoir un superbe écho.

Mais, se prenant un peu au jeu de l’enquête et surtout quand ce couple apprend à se connaître, on voit qu’il se passe un truc. Et pendant une énorme partie du roman, vous vous demanderez si Daneel est bien un robot. Tout simplement parce qu’il y a ce petit quelque chose qui en ressort. Cela pose évidemment pleins de questions sur l’âme, la personnalité, l’humanité même. Et c’est ce que j’aime dans ce roman qui poursuit admirablement les deux premiers tomes qui nous ont posé justement ces principes et ces questionnements. A voir donc ce que cela va donner pour les prochains tomes.

Le Cycle des robots d’Isaac Asimov

Tome 1 : Les robots

Présentation de l’éditeur : Susan Calvin est robopsychologue à l’United States Robots, Inc. Née en 1982, elle a aujourd’hui 75 ans. Ce livre relate ses souvenirs sur l’évolution du robot dans l’histoire humaine, depuis Robbie qui, en 1996, fut vendu comme bonne d’enfants, jusqu’à Byerley qui devint Président de la Fédération Mondiale terrestre en 2044.
A travers ces récits, on voit comment le robot, d’abord esclave soumis à l’homme, parvint peu à peu à être son égal, avant de devenir son maître. Les souvenirs du Dr Calvin forment un livre au charme désuet qui fait revivre l’aube du XXIè siècle, époque où l’homme existait encore indépendamment de son compagnon de métal, le robot.

Avant toute chose, je ne suis pas objective, c’est écrit par Asimov.

Il y a des auteurs, même dans les vieux coucous (oui parce que souvent, on se dit que les auteurs de l’ancienne génération ont une écriture un peu vieillote), dont la plume se grave au fer rouge sur vos yeux. Il y a des styles littéraires, des manières d’écrire où vous savez que de toutes manières, peu importe l’histoire en fin de compte, vous allez aimer. Isaac Asimov, lorsque je le lis, je suis de suite de bonne humeur. Cela coule de source, c’est un raisonnement bien spécifique, une manière de présenter l’intrigue. Bref. J’aime cet auteur et c’est aussi grâce à lui que la science-fiction et moi faisons extrêmement bon ménage.

Aussi, il faisait un peu froid, le chéri jouait à sauver le monde sur sa console (sous mes conseils, j’avais envie de lire) et je venais de terminer un roman. Les robots trainouillaient par là… Je me suis dit que c’était une excellente manière de passer sa soirée et en effet, parfois,un très bon livre vaut mieux que tous les films du monde.

Et pourtant, on a tenté d’adapter le cycle des robots au cinéma avec le fameux I,Robot. J’ai aimé le film, autant vous le dire de suite. Mais le cycle des robots, c’est un pur caviar. C’est écrit par Isaac Asimov… Bref, je vais tenter de vous donner quelque chose de plus enrichi tout de même…..

Un recueil de nouvelles qui s’inscrit dans la continuité.

Et j’ai envie de vous dire qu’il n’y a que lui pour nous faire cela. Mais oui. Isaac Asimov prend le parti de nous mettre Susan Calvin, un grand ponte de la robotpsychologie qui va nous narrer, au truchement d’une interview quelques anecdotes de sa vie professionnelles. Vous avez deviné, chaque anecdote représentera en fait une nouvelle qui nous fera réfléchir sur les robots.

Mais quelle réflexion. SA grande réflexion, bien sûr, sur les trois lois de la robotique. Je vous les énumère, même si c’est absolument pas nécessaire car tout le monde les connais, comme de bien entendu *hum* :
– Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
– Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.
– Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

Et voilà, elles sont simples, ces règles qui nous garantissent une sécurité totale contre les robots et leurs débordements. Et pourtant, de ces trois petites règles vont découler des problématiques relatées bien entendu dans ces anecdotes. Cela démontre aussi que par rapport à trois malheureuses lois toutes simples peut apparaître plusieurs problèmes. Et c’est en cela que l’on doit aussi réfléchir lorsque l’on veut concevoir des robots.

Un regard assez pessimiste sur la réalité aussi.

Soyons clairs, nous parlons de robots affectueux, des robots qui réfléchissent, des robots spirituels. Mais l’humain dans tout cela ? Et bien les hommes sont parfois carrément infects dans ce recueil et je dois avouer que l’auteur prend ce tour de main magistral de nous faire préférer ses personnages robots par rapport à nos congénères humains.

La réflexion est là aussi sur le fait que les humains sont tellement maléables qu’ils peuvent se faire contrôler (par des robots?) sans même s’en rendre compte. Sommes nous à ce point une espèce fragile pour qu’elle ait tant besoin d’assistance en tous genre ? Et même plus loin, je trouve ce recueil assez ironique car nous créons les robots mais nous en sommes aussi esclaves. Cela fait réfléchir sur certains pouvoirs divins.

Sur ce, je vous dis à très bientôt pour un autre tome 🙂

Tome 2 : Un défilé de robots

Présentation de l’éditeur : Comment risque de réagir un robot programmé pour un environnement lunaire dès lors qu’il se retrouve égaré sur Terre ? Un robot peut-il mentir à un procès pour préserver les intérêts de son utilisateur ? Le docteur Susan Calvin, robopsychologue, dialogue avec les androïdes pour faire la lumière sur ces étranges affaires. Et découvre davantage de défauts de programmation chez l’homme que chez ses fidèles créations..

Et les robots défilent en effet.

Comme toujours, un recueil de nouvelles où Isaac Asimov s’étonne lui même du succès de ses trois lois de la robotique. Et on le comprend. Sur le coup, je n’imagine même pas avoir une idée qui révolutionne toute la littérature SF. Car maintenant, tout le monde applique (en règle générale, attention) les trois règles de la robotique. Et Isaac Asimov va en profiter pour sortir un second recueil traitant des trois lois de la robotique et de la manière dont nous percevons les robots, et surtout comment nous les appréhendons.

En effet, il apparaît souvent que les problèmes des robots viennent surtout des humains et qu’à chaque fois qu’il y a comme qui dirait un dysfonctionnement d’un robot, on a toujours l’impression qu’au départ c’est causé par un humain. Et même devant cette erreur, les humains ne reconnaissent en rien leur faute et s’énerve contre les robots. C’est curieux cette frontière entre fascination et rejet en permanence.

En aucun cas une redite d
u premier tome.

Si vous aviez peur d’avoir une redite du premier tome, ce n’est en rien le cas. Tout d’abord, notre Robotpsychologue prend un rôle beaucoup moins important et surtout, comme je vous le disais plus haut. Nous n’analysons pas le comportement des robots ici mais bien leur relation avec les hommes. Et c’est réellement curieux de voir cette accentuation. Car le livre tend en fait à démontrer que le robot n’est pas là pour faire de la compétition aux humains mais bel et bien pour accompagner l’humain dans sa vie au quotidien.

Ainsi, l’humain reste éternellement effrayé de sa création et remet constamment en cause le bon fonctionnement des trois lois de la robotique. A voir maintenant ce que l’auteur va faire avec le troisième tome (qui ne sera plus un recueil de nouvelles si mes souvenirs sont bons d’ailleurs). Je vous dis donc à bientôt dans cette saga 🙂

Cailloux dans le ciel d’Isaac Asimov

Présentation de l’éditeur :Joseph Schwartz, tailleur retraité habitant Chicago, est transporté dans un futur très lointain suite à un incident dans un laboratoire. Ignorant où il est, perdu en pleine campagne, il trouve refuge chez un fermier qui le prend pour un simplet, Schwartz ne parlant pas la langue universelle. Il est alors mis à disposition d’un savant, Shekt, qui, étonné par les caractères archaïques de Schwartz, expérimente sur lui son « amplificateur synaptique ». Rapidement les effets se font sentir et Schwartz développe des capacité extra-sensorielles et apprend la langue.

 
 
 
 
 
 
 
Une reprise d’un thème classique par Isaac Asimov
 
Vous commencez à connaître mes goûrs et vous devez donc savoir que la plume d’Isaac Asimov, surtout en matière de Science Fiction, me permet de passer une bonne soirée détente. Pourquoi? Tout simplement parce que ses idées étaient géniales à l’époque et qu’ensuite, il a une plume légère. Certains oseraient dire que ses romans commencent à dater mais je considère que son style simple et ses idées universelles ne vieillissent pas. Sachez donc que vous aurez une grande partie de sa bibliographie sur le blog, car cela me reprend régulièrement de ressortir un Asimov pour me détendre.
 
Ce point étant établi entre vous et moi, attaquons nous aux thèmes de ce roman intitulé Cailloux dans le ciel. Imaginez un Américain lambda, moyen. Il se fait transposer par une faille temporelle dans le même monde mais quelques siècles plus tard. Comment trouvera-t-il notre futur ? Et surtout, comment percevront-ils cet ancêtre?
 
Sûrement pas très bien car ne parlant pas la même langue, il sera jugé complètement simplet, sûrement comme nous trouverons aujourd’hui un homme de Néanderthal. Le jugeant par raport à nos normes, nous le dévaloriserions.
 
Comme toujours, Asimov va pointer sur nous un regard très critique.
 
Comme vous avez déjà pu le constater, la critique est déjà bien sévère sur comment nous jugeons les gens différents mais Asimov va beaucoup plus loin, au travers des Terriens. En effet, nous avons là une planète vraiment sur le déclin, qui paie de ses erreurs passées. En effet, avec l’utilisation de la bombe atomique, c’est une Terre totalement iradiée qui est devenue principalement agricole et qui vit en marge de l’Empire galactique. Elle en a même oublié ses origines.
 
Ainsi, les Terriens vivent avec les regards désaprobateurs des autres planètes, étant considérés comme des sous hommes quasiment. Mais, ne croyez pas qu’ils vont chercher à s’améliorer : ils vont développer un sentiment de xénophobie très fort, allant même jusqu’à développer des vagues de terrorisme.
 
Comme vous le voyez, l’auteur a développé ici des thèmes universels qui restent d’actualité car je suis sûre que si vous regardez notre situation mondiale actuelle, vous y trouverez tous les ingrédients disséminés par l’auteur.
Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge New Pal 2013
 

Le Club des Veufs noirs d’Isaac Asimov

Tome 1

Présentation de l’éditeur : Les six membres du “club des Veufs noirs” ne sont pas nécessairement veufs ni même célibataires, mais ils se réunissent chaque mois entre eux pour boire, dîner, et…résoudre des énigmes, grâce, le plus souvent, au concours de l’inégalable Henry, leur maître d’hôtel.

Un recueil de nouvelles à picorer chaque soir.

Le club des veufs noirs est composé d’une dizaine de nouvelles, chacune relatant une réunion de ces vieux garçons. Vieux garçons, dites-vous ? Pas tant que cela en réalité car il n’est nécessaire ni d’être veuf ni d’être célibataire pour intégrer le club. Le titre de Docteur est seul requis et on se demande pourquoi car, en fin de compte, c’est Henry, le maître d’hôtel qui résout l’énigme.

Ne vous attendez pas à de l’action endiablée ou à une enquête haletante, juste une démonstration de logique pure. En effet, chaque soir de réunion, les Veufs Noirs amènent un invité qui est mis sous le secret. Cet invité apporte un mystère à résoudre. Aussi est-il mis sur la sellette par les membres, c’est-à-dire qu’ils vont lui poser des questions jusqu’à la résolution du mystère.

Alors? C’est passionnant ou pas ?

Si vous aimez les démonstrations de logique, les piques envoyés entre Gentlemen et Agatha Christie, dont les nouvelles tentent de rendre hommage, ce recueil est bien entendu fait pour vous. Un conseil, cependant, c’est de lire une nouvelle de temps en temps, à l’image des réunions des Veufs noirs. Ainsi, vous pourrez vous imprégner de la logique déployée mais aussi de l’humour des petites piques envoyées entre ces messieurs.

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge New Pal 2013 organisé par Yukie

Tome 2 : Retour au club des Veufs Noirs


Présentation de l’éditeur : Un vendredi par mois 5 vieux amis se réunissent dans un salon privé de leur restaurant de prédilection. Ils y seront servis par Henri, leur fidèle serveur qui fait parti intégrante de leur groupe. À tour de rôle, chacun d’eux sera l’hôte et aura invité quelqu’un ayant une profession ou une histoire intéressante.

Un retour dans mon club préféré

On peut penser ce que l’on veut des Veufs Noirs, mais lire un recueil de nouvelles de temps en temps, cela vous sauve d’une semaine de boulot bien pourri. En effet, le temps d’une nouvelle, vous retrouvez votre club pour vous pencher sur un mystère, vous prêter au jeu des questions et cela vous détendra les neurones aussi bien qu’un film d’action
Lire une aventure des veufs noirs, vous apaisera, vous détendra et vous donnera l’occasion de passer une bonne nuit sereine. Vous qui avez une vie stressante et des problèmes de sommeil, délaissez les petits cachetons miracles où les tisanes apaisantes (qui vous feront faire pipi plus que de raison). Suivez mon conseil alors que l’automne pointe le bout de son nez, une bouillotte, un peu d’huile essentielle de lavande et une nouvelle d’Isaac Asimov. Vous m’en direz des nouvelles !
Ainsi, grosses journées en perspective, j’ai retrouvé le Club où même après quelques râlages sur le premier tome, je dois avouer que je me suis attachée aux personnages toujours aussi humains et parfois même très drôles.

Un renouvellement des mystères d’Isaac Asimov

Isaac Asimov aime les mystères, n’aime pas non plus faire des éternelles redites et cela se sent. Chaque nouvelle est différente et le moyen de trouver la solution aussi. Ainsi, vous serez toujours surpris de trouver la solution de la fin.
Ainsi, avec ce nouveau panel d’histoires, vous ne vous ennuierez pas. Vous aurez ainsi quelques débats qui tiennent à coeur à l’auteur. Pour ceux qui aiment les lectures calmes mais riches intellectuellement, ce volume est pour vous.

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge New Pal 2013

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑