It’s Time to Read avec les Bouquina #14

Dates choisies :

Jeudi 15 à 07h00, Vendredi 16, Samedi 17, Dimanche 18, Lundi 19 Janvier 2015 à 23h59

Principe :

C’est d’abord un moyen de se retrouver autour de nos lectures et de papoter sur nos avancements, nos histoires (contenu, personnages et autres…), nous raconter comment cela se passe pour vous (pose thé, gâteau, bonbons etc…) chacun à le choix de ses lectures, un moyen de se poser et de passer un temps défini à lire…. Vous avez bien évidemment le droit de faire des pauses et de manger (on n’est pas au bagne non plus).




Comme toujours, je vais lire en Free lance (et ouai) car j’ai les enfants ce week end là donc je ne sais absolument pas quelles vont être mes disponibilités ^^


Ce que je compte lire 



Finir la première partie et commencer la seconde de Guerre et Paix. Puisqu’on est assez dingues avec Yumi pour apprécier les classiques russes. Et bien on va continuer ce week end 😀

Je pense qu’Harry Potter ce terminera ce week end aussi. En effet, avec la Chouille, nous en sommes à 75 % Il n’est pas impossible que ce soit la fin avec deux chapitres par jour.

Finir aussi mon petit plaisir de la semaine puisque j’en suis à la moitié. C’est bien de commencer des livres en début de semaine mais il faut les terminer à la fin.

Et je finirai sûrement sur un thriller. Puisque j’ai décidé de le relire.

En bref, je pense que ce sera un bon marathon. Les articles suivront dans la foulée. Bises à tous

[Time to read #10] Le premier jour

Ce que j’aime avec les Time to read, c’est quand j’ai un week end apparemment chargé que je pète tous les records. Pourtant, je partais mal. Au réveil, alors que je comptais lire un peu, ma chaudière ne démarre pas. Diantre ! A 15°C dans la maison, c’est un peu rude. Je me réchauffe au café et j’arrive à joindre mon chauffagiste qui me dit qu’il me rappelle dès qu’il a un créneau dans la journée. Chose qu’il fait à 11 heures pour me donner rendez vous à 12h30

Pas le temps de prendre mon livre, je fonce à la maison en prenant un sandwitch au passage et j’arrive à y être juste avant le chauffagiste. D’ailleurs, il est plutôt miam quand même. Je mange donc ma boustiffaille, nous parlons pressions et chaudière. Je me dis que je vais pouvoir lire mais NAN ! Il répare vite le bougre ! Donc pour le remercier, je lui fais un petit café (tout de même), on papote deux minutes et me vla repartie sur la route. Pour arriver pile poil à l’heure. Ouf, cela veut dire que je n’aurai pas à carburer toute la journée.

La pause arrive. Souvent un grand moment d’ailleurs dans l’entreprise où je bosse. J’ai quand même le temps de suivre une ou deux conversations en lisant un petit chapitre. Et donc, pendant cette pause, cela discutait du projet de loi sur l’interdiction de la cigarette sur certains lieux. Et Géraud, notre doyen me dit royal : « C’est normal parce que tu sais, quand ton bout rouge il tombe, tu farfouilles tu farfouilles en bas, et hop tu perds tes moyens et voilà l’accident ». Je vous laisse imaginer mes larmes de rire encore une fois.

La fin de l’après midi s’écoule assez vite (quand on bosse plus pour rattraper une demi heure, forcément) et je pars chercher mes monstres d’amour à l’école. Ou plutôt à l’étude. Nous rentrons. Flora est partie dans un projet de déco d’Halloween et Arthur, lui, veut entraîner son chat à la course. Le dîner étant déjà quasiment préparé, je me pose. Gentiment, au milieu de tous.

Et le temps qu’ils se détendent et qu’ils prennent leur bain, j’ai le temps royal de me lire plus d’une centaine de pages de Royaume Magique à vendre. Cela faisait une éternité que je n’avais pas lu du Terry Brooks (Shannara a bercé mon adolescence). Retrouver sa plume était un vrai plaisir aussi, les pages défilent à tout allure. J’ai adoré l’humour du personnage principal et des différents rebondissements de ce premier tome.
21 Heures, je couche les monstres. Je vérifie si Hélène a envie de lire de l’Assassin Royal (pas de bip, pas d’envie). Je me fais un thé et je continue Royaume Magique à vendre. Avec un petit album de Jazz et une bougie au chocolat blanc. Et figurez vous que lorsque j’ai levé mon nez, il faisait nui, et le livre était fini. J’ai tout de même eu le temps de regarder un petit film en tricotant quelques mailles, car le sommeil ne venait pas.

A plus les filles 🙂

[Article de Présentation] Time to read #10

Et oui, vous pensiez peut être que j’allais faire une chronique. Mais non, encore un article de présentation parce que les filles et moi, on décide de remettre les photos de mecs en kilt et les rêves érotiques. Nan je rigole, on va encore lire. Et vu que je n’avance pas tellement au rythme souhaité (ma faute, je fais pleins de trucs), et bien je me motive avec les copines.

Mais il faut pour cela faire des listes et des listes de ce qu’on voudrait lire (au mon dieu, la torture de la mort qui tue) pendant ces 5 jours de lecture. Car oui, c’est de Jeudi matin à lundi soir. Donc forcément, on en couvre de la date avec nos Time to read 😀

Allez les girls, je suis là pour vous parler bouquin, ne l’oubliez pas !

Ah oui, cette fois ci, je le termine ! Cette semaine, je lui casse ses petites pattes arrières. Surtout que j’ai un peu envie de savoir la fin dis donc.  Allez, je vous laisse avec le résumé 😉
Panam, dans les années 1880.
La ville est la capitale d’un vaste royaume où les humains côtoient des nains, ores, lutins et autres peuples fantastiques. Des motos à vapeur y doublent coches et centaures taxis. La magie très codifiée par des mages académiciens sert à la vie de tous les jours. Sylvo Silvain, un elfe exilé de sa lointaine forêt y a jeté l’ancre et ouvert une agence de détective privé. Le voilà enfin les poches pleines, à la tête d’une équipe haute en couleur.
Les affaires tournent et l’argent fait des petits ! Nonobstant, son ami l’ambitieux journaliste Jacques Londres disparaît dans des conditions louches. Aidé de ses comparses, Sylvo se lance à sa recherche. Cette fois, le tragique et la Grande Faucheuse s’invitent.

Et oui, comme de bien entendu, je fais aussi une LC (la madame pas du tout accro aux lectures communes, c’est bien connu. D’ailleurs, faudrait peut être un jour que je vous énumère toutes nos LC. A méditer. 
 A Castelcerf, Fitz s’efforce de poursuivre sa mission : former un clan d’Art avec le prince héritier Devoir, un serviteur simple d’esprit, et lui-même.
Mais comment parvenir à fondre en un tout harmonieux des personnalités aussi disparates ? Car rien n’est apaisé dans la forteresse ancestrale où la menace des Pie se fait toujours plus pressante. Ceux-ci, pétris de haine, ont réussi à introduire des espions à la cour même. Quant à la reine, elle doit recevoir des représentants du Lignage pour mettre un terme aux persécutions des vifiers. Dans sa vie privée, le malheureux Fitz est également tourmenté : son fils délaisse son apprentissage pour une belle jeune fille qui affronte à cette occasion l’hostilité de son père.
Et le vieil Umbre, autrefois si lucide, semble perdre la tête : il dévoile l’ambition dévorante et insensée d’entrer dans l’héritage royal. Entre inquiétude, colère et désespoir, Fitz doit donc constamment jongler pour sauver l’avenir du royaume tant sont nombreux les dangers qui les menacent, lui et la dynastie

 Oui je fais aussi dans l’original, tout ce que je n’ai pas entamer au dernier TTR, je le remets là. C’est pas comme si j’avais envie de le lire tiens :))
Landover est un authentique royaume magique, livré au complet avec créatures féériques et sorcellerie incluse, exactement comme la publicité l’avait promis. Alors Ben Holiday l’a acheté… un million de dollars. Ce n’est qu’après qu’il a découvert que la pub avait soigneusement négligé de mentionner certains détails…
Comme le fait que le royaume tombe en ruine, par exemple. Faute d’un roi pour unir les barons, les impôts ne sont plus collectés. Un dragon de très mauvaise humeur ravage la campagne tandis qu’une sorcière maléfique fomente la destruction de… tout. Et comme si ça ne suffisait pas, le seigneur des démons provoque tous les prétendants au trône de Landover en un duel à mort que nul mortel ne peut espérer gagner.
Sauf que Ben a un truc typiquement humain dont aucune magie ne peut venir à bout : il est têtu comme une mule…

 Et sinon, on est en Automne, et en Automne, souvent, je lis du Anne Rice. Parce que j’aime bien Anne Rice ❤
Au chevet de leur ami Lestat, plongé dans un profond coma au retour de son voyage aux Enfers, David Talbot, l’archiviste du Talamasca, rencontre Armand, peut-être le plus mystérieux et sans conteste le plus séduisant des vampires. Il entreprend de lui faire raconter l’histoire de sa vie. Une histoire cruelle et flamboyante qui nous mène des steppes de la Russie, où il est enlevé par des marchands d’esclaves, à Constantinople et enfin à Venise, où il est sauvé par Marius, un peintre qui vit avec faste et dont il ignore qu’il s’agit d’un vampire..

[Time to read #9] Day two ,three and four !

Coucou tout le monde.
L’avantage du week end et que vous souhaitez blogger avec votre gsm, c’est que tout coince et que cela ne se publie pas. Du coup, me voici à vous condenser tooooout le week end (et oui c’est comme cela.)

Vendredi, jour maudit ! 

Comme de bien entendu, vendredi soir il est arrivé un truc, donc j’ai passé plus de deux heures sur la route donc pas question au soir de lire de la VO (cerveau grillé de chez Grillé). Bref,

Du coup, je n’ai lu qu’un peu d’Ender et franchement tant mieux. Un petit dix pour cent avant de s’abrutir devant la TV (tout en papotant avec Yumiko sinon c’est pas drôle), et c’était superbe. Franchement, j’adore le cycle d’Ender parce qu’il vous fait réfléchir à plein de choses et j’aimerai vraiment vous terminer la saga avant la fin de l’année.

Samediiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Détenteuh ! Mais il fallait quand même faire le ménage et préparer le miam pour les copines qui venaient manger le soir. Cela dit, après midi au soleil….

Oui, comme cela, vous pourrez admirer la parure Monster High de ma fille en fond. Hum ! Bref, j’ai pris la chaise longue, Joe Abercrombie, ma boisson préférée du moment et hop. Yumi et moi, on s’est mangées les cent dernières pages. A l’aise Blaise. Et l’histoire est trop dingue, l’intrigue trop folle et j’adore toujours autant ! Et je suis extrêmement fière d’avoir su tenir le rythme en VO parce que croyez moi que c’était pas si coton que cela. Bref, un vrai régal, comme toujours. Mais j’ai dû abandonner mes petits livres chéris parce que mes topines venaient manger alors….

Dimanche

J’ai commencé avec une petite centaine de pages de Steam Punk et plus cela va plus j’aime ce livre avec son humour, ses références, toussa toussa. Je ne pense pas le finir pour la fin du challenge mais ce n’est pas grave, je le savoure !

J’ai aussi extrêmement bien avancé dans Xénocide puisque j’en suis à plus de la moitié maintenant. Je me régale mais j’avoue qu’il me fait tellement cogiter que je fais des pauses. C’est donc super car ma prochaine LC m’attendra demain.

A plus les girls !

[Time to read #9] Day One

Le premier jour est arrivééééééééé. Je comptais me lire un petit épisode de Purespace ce matin, au petit dej (de Cécile Duquenne, pour ceux qui se demandent encore). Mais je me suis réveillée à la bourre, à peine eu le temps d’aller boire un café et de participer à la Masse Critique de Babelio. Orages obligent, forcément, j’ai galéré pour atteindre le boulot. Et là, mon portable commence à vibrer frénétiquement.

Croyez moi, le retour des Bouquina, cela donne la banane à fond. Aussi j’ai été me cacher un peu pour voir ce qui se passait sur notre groupe et MES PREDICTIONS ONT ETE CORREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEECTEEEEEEEEEEEUH !!!!!!
Candy nous a trouvé comme de bien entendu un mec à poil (ou quasi) voire même 5-6 mecs et Hélène nous a fait un petit rêve. Ces nénettes sont programmées génétiquement à être toutes choses lors de nos week end lecture !!!!!

Mais malheureusement, à la pause du midi, je n’ai pas eu le temps de lire quoi que ce soit. Soit peut être un synopsis de jeu vidéo. Mais il était plutôt tout pourri. Donc on ne le retiendra pas. On verra donc comment je vais pouvoir négocier mes lectures du soir 😉

Bref, 20 heures, j’arrive enfin chez moi. Crevée, dépouillée, tout ce que vous voulez parce que le boulot fut rude et il a fallu acheter des chaussures pour les monstres, faire le miam, faire les papiers. 21H30, tout le monde est couché, et enfin je m’installe un chouilla. Mais voilà, lire de la VO dans cet état….

 Surtout qu’en ce moment, comme vous pouvez le voir, j’ai un grand fan qui s’installe sur moi et qui ne veut que des bisoux. Forcément. Yumi étant crevée elle aussi, on se dit qu’il vaut mieux lire de la VF séparées et papoter en même temps.

Normal quoi. Donc on a parlé carrelage et nettoyage (oui au cas où vous ne le savez pas, scoop de chez scoop qui n’est pas encore apparu chez Paris Match, on a le même carrelage). Donc normal, on se parle de nos astuces nettoyage pour enlever nos traces à cause des animaux toussa toussa.

Finalement, vers 23 heures, un truc comme ça, Ezio me libère presque mais ne pensez pas que j’allais lire comme une guedin puisque Hélène est arrivée. Forcément, on a papoté. *genre*

Alors, sachez le, tout de même, j’ai pu lire 10 % du troisième tome d’Ender, avant que ma batterie ne lâche puisque j’ai oublié de recharger ma tablette (en même temps, l’autonomie est tellement grande que je l’oublie tout le temps). Bref, pour un marathon, lire une soixantaine de pages dans la journée.

C’est fort ! C’est très fort !!!!  On tentera de faire mieux la prochaine fois *hum*

[Article de présentation] It’s Time to read with the Bouquina Girls #9

Et oui qui dit la rentrée, dit la rentrée des girls avec la superbe bannière aux tétons qui pointent de Candy. C’est surtout la méga occasion de se faire un week end entre gonzesses où on va encore papoter de tout sauf de lecture *hum* mais surtout, surtout, surtout, on va lire toutes ensemble et on va voir qui de Claire ou moi va battre le records de pages lues en un week end (mais non on est pas en challenge du touuuuuut).

Aussi, me voilà pour vous faire un petit article de présentation pour ce temps de lecture intensif qui se déroulera de Jeudi 18 au soir à Lundi 22 Septembre à Minuit. Comme toujours, je prends l’option libre parce qu’à chaque fois que je me délimite des horaires, il y a des lutins pour me faire faire autre chose pendant ce temps là (il faut savoir lutter contre ce qu’on peut).

Maintenant la question qui importe vraiment ? Enfin les questions ? Ptitelfe nous fera-t-elle un rêve érotique ce week end ???? Candy va-t-elle nous exploser le records de photos de mecs sexy en kilt ? Claire va-t-elle craquer et papoter sur Facebook au lieu de lire ? Vais-je exploser mon record d’anecdotes aussi bizarres que cocasses pendant le week end ? Yumiko me fera-t-elle lire plus vite que mon ombre en VO ????Bref, un week end classique chez les Bouquina, quand on sera grandes, on fera même une société secrète.

Mais je vous vois venir les enfants. Quoi ? Un week end lecture et elle n’a pas prévu de lectures ? Femmes de peu de foi ! Je vous ai même prévu une liste (carrément)

Il y a déjà des romans à terminer !

Et oui, le gros mastodonte de la VO, en lecture avec Yumi. Sachant qu’on est déjà presque à la moitié de ce petit pavé où on se marre au milieu d’une équipe de bras cassés. Cela devrait se terminer gentiment pour la fin de semaine (sauf si on met le turbo avant). Bref, tortures, séduction, combats et répliques acides nous attendent moulteusement !

J’en suis à la moitié et je dois dire que ce roman mélangeant piraterie et magie vaudou m’enchante. Je le savoure ! Et je pense aussi le terminer jeudi voire vendredi grand max. Et puis cela vous permettra d’admirer encore cette magnifique couverture ❤

Mon livre doudou du soir du moment. Et je compte donc le picorer encore un petit peu cette fin de semaine, voire le terminer car, comme toujours, Les aventures de Sylvo Sylvain sont trop courtes. En tous cas, j’adore suivre ses pérégrinations dans Paname.


Et ensuite, il y a la liste, la vraie, la tatouée !

Un peu de légèreté dans ce monde de brutes. Il faut bien ! Et c’est pour cela que je ressors ce Terry Brook qui doit être dans ma PAL depuis une petite année maintenant, comme quoi cela commence à dater ^^

Et la cerise sur le gâteau ? Oui, j’aimerai inclure de la SF dans ce week end de lecture. Histoire aussi de poursuivre la Saga (cela me travaille depuis quelques mois déjà) Et puis faire découvrir des lectures atypiques, c’est un peu mon job non ? 😉

Et en bonus ?

Et bien, j’avais aussi envie de lire un Thomas Day.  Comme ça. Parce que j’aime bien, qu’en plus le livre est court et que j’ai envie de dégommer de la Pal ce week end

Et celui ci qui tombera de toutes façons la semaine prochaine. C’est une relecture mais il faut d’urgence et positivement que j’avance dans mes chroniques sur la Saga des Vampire car le dernier tome – Prince Lestat- sort en VO le mois prochain et si vous vous posiez la question, oui je le lirai très vite et je le chroniquerai aussi 😀

A plus les girls, je vous dis à Jeudi. Très heureuse de toutes vous retrouver, je sens qu’on va encore vivre un week end Epique 😀

It’s time to read #6

Coucou les girls ! On avait prévu un petit marathon pour ce week end ? Et bien…. Oui. Je vais tenter de faire cela, sans oublier de faire un compte rendu pour une fois *genre* Et le pire, c’est que cela commence ce soir alors que je cuisine Alors, qu’est ce que j’ai prévu de lire ce week end ? 🙂

Le but va déjà être de terminer les lectures en cours. Dont une commune avec Claire
Détective privé paranormal. Sinistre faucheuse extraordinaire. Peu importe. Charley Davidson est de retour ! Et elle boit de grandes quantités de café pour rester éveillée, parce que chaque fois elle ferme les yeux, elle le voit : Reyes Farrow, le mi-humain, mi-mannequin fils de Satan. D’accord, elle a fait emprisonner Reyes pour toute l’éternité. Mais comment est-elle censée résoudre un cas de personnes disparues, traiter avec un médecin à l’ego sur-dimensionné, calmer son père grincheux, et attraper un gang de motards déterminé à assassiner, quand le fils du diable ne veut tout simplement pas renoncer à son plan de séduction… et de vengeance?

 Mais aussi d’avancer sur une petite lecture VO que je lis avec The Chouille
Bien loin de l’asie et du royaume du Prince Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Wolf, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Wolf croisent la route de Cinder. Ensemble ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser le Prince Kai.

 Et tant qu’à faire, ne pas m’endormir comme une m** sur ma lecture avec ma femme (désoléeeeee)
« Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children » was the surprise best seller of 2011–an unprecedented mix of YA fantasy and vintage photography that enthralled readers and critics alike. Publishers Weekly called it « an enjoyable, eccentric read, distinguished by well-developed characters, a believable Welsh setting, and some very creepy monsters. »
This second novel begins in 1940, immediately after the first book ended. Having escaped Miss Peregrine’s island by the skin of their teeth, Jacob and his new friends must journey to London, the peculiar capital of the world. Along the way, they encounter new allies, a menagerie of peculiar animals, and other unexpected surprises.
Complete with dozens of newly discovered (and thoroughly mesmerizing) vintage photographs, this new adventure will delight readers of all ages. 

 Pour les hérétiques, je l’ai aussi commencé cette semaine et ce serait quand même sympa de le finir aussi ce week end :p
 Leto II, le Tyran, l’Empereur-Dieu, est mort depuis des milliers d’années, mais son souvenir est dans toutes les mémoires. Sa disparition a entraîné une tourbillon de violences, la Grande Famine, la Dispersion de l’humanité à travers les univers. Pourtant ces désordres ont assuré la survie de l’humanité conformément aux plans du Tyran ; et ses Prêtres en tirent argument pour justifier leurs ambitions.
Mais la Révérende Mère Taraza sait bien que le pouvoir vient de l’épice, source de la prescience. La planète Dune, devenue Rakis, restera-t-elle le centre de toutes les intrigues alors que le Bene Tleilax a appris à produire l’épice sans le secours des vers géants ? Les forces qui se mesurent dans l’ombre sont à l’affût du moindre signe.
Or les signes se produisent là où nul ne les attendait. Sur Rakis, une jeune fille, presque une enfant, semble pouvoir commander aux vers géants. Sur tout le pourtour de l’Empire, les Egarés de la Grande Dispersion commencent à revenir. Que cherchent-ils ? Que fuient-ils ?

 Et j’aimerai aussi me reposer les neurones avec François Larzem
« Cruauté et volupté entraînent l’ivresse du sang ».
Mina, jeune Tsigane au caractère trempé, trouve refuge avec sa mère dans une vallée des Carpates. Très vite, elles sont en proie aux tourments des villageois. Ils les obligent à porter un manteau à capuchon rouge, la marque d’infamie. Mais arrive un mercenaire vêtu de noir, à la beauté du loup qui décide de les protéger. Mina pense avoir trouvé la paix quand ses cauchemars commencent. Un chevalier à l’armure écarlate vient la visiter en songe : Vlad, jadis seigneur du pays, dont la réputation de cruauté le désignait comme Dracul, le fils du démon. Un lien les unit…


 Et enfin, j’ai un partenariat à lire.

Dans le Montpellier de 1791, Élisabeth Coste, drapière, décide d’adopter une petite fille abandonnée. À cette occasion, elle retrouve Joseph Durand revenu en ville après 25 ans d’absence et devenu juge de paix. Leurs retrouvailles les bouleversent. Harcelée parce quelle est la soeur d’un prêtre réfractaire, elle voit injustement tous ses biens confisqués par les autorités. Joseph Durand est chargé de poser les scellés sur ses meubles et sa boutique. Alors que les Espagnols sont annoncés aux portes de la ville et que la rumeur d’une famine sans précédent s’amplifie, Élisabeth, acculée financièrement, décide de faire cuire des galettes pour nourrir sa fille. Mais en période de crise, l’acte le plus insignifiant peut devenir un acte politique. Artisan du malheur d’Élisabeth et révolutionnaire convaincu, Joseph parviendra-t-il à l’aider dans son combat contre l’injustice ? Ses rêves de liberté et d’égalité résisteront-ils à la réalité ? Librement inspiré de faits réels, ce roman dépeint avec une grande fidélité un épisode de la Terreur à Montpellier. L’écriture limpide et soignée de Véronique Chouraqui donne une dimension psychologique particulière aux personnages qui, malgré eux, sont sommés, non pas de choisir, mais d’appartenir à un camp.

Et voilààààààà. Je vous dis à ce soir les girls !  

Jeudi Soir 

Je me suis dis direct : « Tiens, c’est bizarre, je suis avec les Bouquina et je vais rentrer tôt ». Et oui, c’est rare ces choses là. Du coup, je prends la Koko Mobile, je mets quelques ballades irlandaises dans les oreilles et c’était parti pour chercher les mini moi. Je vous mets un équivalent pour me mettre dans l’ambiance.

 Comme de bien entendu, j’ai du raccompagner des gens. Du coup, j’ai eu des bouchons, et du coup, je me suis pris une averse. Bref, on est rentré à 19 heures.

Je coule le bain des enfants. Et là je me mets en mode super maman, super girls, tout ce que vous voulez. Tout en préparant ma béchamel, j’organise la journée de demain.

Et pourquoi cette journée là vous me direz ? C’est parce qu’on va aménager un peu la cuisine en ajoutant 1.60 M de plan de travail. Si je peux, je vous ferai des photos demain. J’ai des amis (sisi je vous jure que j’en ai) qui viennent m’aider mais il faut décider de l’heure, du menu du soir, toussa toussa. Par la même occasion, j’ai fait le menu des trois anniversaires combinés (le mien, celui de Mike et celui d’une amie). Bref, tout le monde sait ce qu’il doit faire. La vie est belle. Je monte préparer des huiles essentielles de Lavande pour Charlotte. Je finis la cuisson, je sors la tarte aux fruits rouges. Le chéri est arrivé. Les enfants sont lavés. Hop, mangeage, brossage de dents, pipiroom, histoire, câlins dodo


 Et puis, mon chéri il avait envie de jouer. Du coup, j’ai fini de ranger. J’ai préparé le thé (à la menthe parce que ma gorge est enflammée, les amygdales sont gonflées, bref, je meurs du rhume), je prépare mon extrait de citron. Et hop, je m’installe enfin, il est 21h30. Claire m’envoie un message (comme d’habitude, elle a le nez). On se dit qu’on terminerait bien un bouquin, on se raconte nos vies, tout ça.



Et donc, pendant que mon amoureux se baladait avec ses deux épées bâtardes et son casque à cornes pour tuer je ne sais plus qui d’ailleurs (mais il a très bien bourriné dans son jeu hier soir. Il a même tué des lapins). On a fini le troisième tome de Charley, en criant, hurlant, pouffant, tout cela en même temps. (voire même qu’on a failli avoir la larme mais dans tous les cas, sur la fin, on était presque trop deg). C’est un excellent final que je vous recommande. Il faut absolument que je me procure le quatrième tome rapidement pour continuer cette saga. 

Et pendant qu’on finissait de papoter sur le livre, je lisais mes chapitres sur Scarlet que je lis avec The Chouille. Ce qui commençait à être urgent parce que ma petite dame était dans son lit, avec son livre. Nous avons terminé la première partie il y a peu. Et donc, la seconde se commence. Scarlet et Cinder ne se sont pas encore rencontrées mais on attend avec impatience de les retrouver ensemble. Le Prince Kai s’en prend toujours plein la poire. J’espère que cela ira mieux pour lui. Bref. Cela commence à bouger sérieusement. Il n’y a plus qu’à attendre la suite.





Oui et comme mon amoureux est un piqueur de couette et que je ne m’endormais définitivement pas, je me suis lu un petit chapitre (ou deux) des Hérétiques de Dune, ou je n’avance absolument pas en ce moment. Il faut dire que je suis trop trop déçue de ne plus avoir le personnage de Leto II même s’il était très agaçant (vu qu’il savait tout). Par contre, ils ont repris Duncan Idaho en Golah (pour les non initiés, c’est une sorte de clone). Donc ce personnage ne sera pas tranquille encore. Les Astréides sont toujours utilisés par le Bene Gesserit. Bref, complots, histoire et drames. Des ingrédients indipensables à une bonne saga. 



Vendredi, c’est Drediiiiiiii


Enfin, le réveil il piquait un peu quand même. Vu que mes neurones se sont fait la malle, j’ai ressorti le jeunesse du moment. Et la torture d’Elminster au petit dej, bizarrement,cela soulage. Je pense que je ferai pareil demain tiens. Mais le plus important, c’est que lorsque j’ai le cerveau qui dort encore. Je comprends vachement bien Elminster. Je regarde aussi le nombre de chroniques qu’il me reste à écrire (gloups). Et hop, je prends mes affaires et go pour le boulot.

 Pause du midi… Tout gris. J’ai finis Elminster en lisant franchement en diagonale. Franchement. Il est tout pourri ce tome. Déjà que je trouvais le début de la saga franchement moyen. Mais alors là…. Cha craint du boudin.
Bref, contente d’avoir terminé le bazard. Cela me fait une saga en moins dans ma PAL. Ouf. Mais vraiment gros soupir de soulagement. Je n’en pouvais plus.





Du coup, pour me « nettoyer » de cette catastrophe. J’ai pris une valeur sûre. Un truc que je savais que cela allait me plaire. Bref, 10 % de bonheur total avec l’écriture de Cécile. La pitchoune nous a gâté avec Lady Bang ! Je pense le terminer ce soir (car oui, je voyage encore ce soir ^^)






Vendredi soir, j’ai été voir ma petite Cali. Et de fil en aiguille, on a mangé ensemble, on a passé une super soirée et on est resté jusqu’à pas d’heure donc pas de lecture :p



Samedi, Jour maudit




Samedi, on avait un peu choisi de faire l’extension de la cuisine (donc en gros, montage de 4 meubles cuisine), avec des amis (parce que nous on fait rien comme cela tout seul). Du coup, le matin, mon amoureux et moi on était dans les starting block avec un mug comme ça de café et notre lecture du moment. Pour lui, c’était le premier tome de fils des brumes. Pour moi, c’était le tome 5 de Dune de Franck Herbert. Le chapitre terminé, on s’est mis en route, on a rangé un peu la cuisine et on était parti. Lui pour Ikea pour aller chercher les meubles avec son copain. Moi aux Partisans du goûts faire les courses pour les potes avec ma copine.

On s’est rejoint à la maison pour faire un atelier de montage de meubles Ikea (je deviens pro en tiroir de cuisine si jamais vous avez besoin.) 19H30, tout était fait. On a comme de bien entendu sorti l’apéro, histoire de se marrer un peu. Et ensuite, on a mangé, on a refait le monde et hop on a fait quelques parties de tarot.

Bilan : 3 heures du mat’, au dodo. Pas lu quasiment (et fière en plus). Bref, je vous avais prévenu. Dès que je prévois un week end marathon. On prévoit d’autres c
hoses.



Dimanche c’est rangement




Vu que mon bébé Chat a voulu dormir avec moi et que en gros, j’ai dormi avec ses pattes arrières dans le nez. On peut dire grossomodo que je n’ai pas dormi des masses. 10 heures, je me lève difficilement et je me jette devant la cafetière. Le nez dans le mug, je me lis quelques chapitres des hérétiques de Dune. Tranquille la vie. C’est bien prenant. La caféine faisant effet, je me dis qu’il faut quand même que je range un peu (hein) avant que le namoureux revienne du boulot pour trier les cartons de la cave.




Bref, je lève les yeux de mes rangements, et je me rends compte qu’il est 16 heures et que franchement, il est temps de boire un café avec le chéri qui vient de revenir. C’est parti pour le rangement des cartons de la cave car les encombrants passent dans la semaine


Le chéri a envie de se regarder Alice au Pays des Merveilles, version Burton. Je me rends compte que Cali aussi (Oh my god ! On est liées toi et moi). Je jette un oeil sur Scarlet quand mon cerveau reprend du service. Mais j’ai du mal à finir le troisième chapitre que je devais lire pour la Chouille.Par conséquent, je le lirai demain soir (parce que franchement, je suis un peu crevée). J’envoie un tit message à ma femme (quand même) pour lui faire des poutous. Et hop au lit.




It’s time to read #5

Coucou les girls, et oui, nous voici encore pour un petit marathon de folie. Malheureusement, beaucoup de travail aidant, vous n’aurez pas un énorme bilan de la mort qui tue. Mais je vais au moins vous raconter un petit peu ma journée au fil de la lecture. Z’êtes prêtes ?

Qu’est ce que j’ai envie de lire pendant ce challenge ?

Pour sa première enquête, Victor Marchal aborde son métier de flic par sa face la plus noire : une ex-star du porno torturée, une mise en scène macabre, et une plongée dans le monde interlope des déviants sexuels et des monstres de la nature.
Depuis toujours, Stéphane Kismet est, quant à lui, hanté par des images prémonitoires mais cette fois elles obéissent à une indéchiffrable et terrifiante logique. Dans ses rêves, Stéphane possède une arme, il est recherché par la police, une petite fille est morte…
Les trajectoires de Victor et Stéphane vont se rejoindre. C’était écrit.
L’un n’a encore rien vu, l’autre ignore qu’il sait déjà tout…

 « C’est un cercle vicieux. Toi, tu te trouves au centre de ce cercle, avec tes quatre milliards de frères qui seront bientôt, si vite, six milliards, tu es au centre de ce cercle debout dans ton jardin mouillé, les pieds dans les feuilles de l’automne pourrissant, et tu lèves la tête vers le ciel bouché, muet, inutile, et tu cries au-dedans de toi il n’y a rien à faire ? Et comme, malgré tout, la translucide main d’espérance s’accroche encore à toi, tu répètes et tu répètes encore et encore… il n’y a rien à faire ? » Depuis sa première nouvelle parue en mai 1968 (ça ne s’invente pas), et son premier roman, Les Hommes-machines contre Gandahar, l’année suivante, Jean-Pierre Andrevon a publié près de six cents récits, romans, scénarios de films ou bandes dessinées. Une oeuvre immense, essentielle à coup sûr, engagée plus qu’à son tour, traversée par une exceptionnelle grâce, parfois, et toujours portée par une manière de colère, une urgence, une nécessité à alerter, dénoncer, aimer aussi… Demain le monde, ou un livre monument pour un auteur phare, la sélection de la crème des nouvelles rédigées par un nouvelliste d’exception, vingt-deux récits de science-fiction glanés sur quarante-cinq années d’une carrière qui n’a pas fini de marquer le genre et bien au-delà. Une référence.

 Pendant la guerre de 1870, deux soldats se lient d’amitié ; Jean Macquart, incarnation des solides valeurs rurales, et Maurice Levasseur, intellectuel qui rêve d’un cataclysme où s’anéantirait le monde corrompu – et le lecteur va les suivre jusqu’à ce que la Commune les sépare et dramatiquement les voie s’affronter. Mais si Zola choisit, bien au-delà de leur opposition symbolique, de les mêler à d’innombrables autres figures, c’est qu’il veut écrire le roman des masses et nous montrer une nation tout entière meurtrie par l’Histoire. Il juxtapose donc des scènes de combat et de vie civile, montre sans fard toutes les souffrances des corps, et jour après jour déroule sous nos yeux la douloureuse chronique qui va conduire à l’humiliation de Sedan.

 Joanne Baldwin est une gardienne des éléments. En général, il lui suffit de faire un geste de la main pour apprivoiser la tempête la plus violente. Mais Joanne tente à présent d’échapper à un autre type de tourmente: des accusations de meurtre. Elle n’a plus qu’à recourir à une tactique très humaine, celle qui consiste à sauver sa peau…
Son seul espoir s’appelle Lewis, le plus puissant des gardiens. Malheureusement, lui aussi a tenté d’échapper au Conseil mondial des gardiens faisant de lui l’homme le plus recherché du monde. Et sans Lewis, les chances de survie de Joanne fondent comme neige au soleil… Elle parcourt à toute vitesse les routes des États-Unis dans sa Mustang à sa recherche, en espérant qu’il puisse l’aider, tout en essayant d’échapper à la tempête qui veut sa peau…

 Sophie est l’aînée des filles d’un chapelier fort réputé de la ville de Halle-Neuve, située dans le royaume d’Ingary. À la mort de leur père, les trois sœurs se voient obligées d’apprendre chacune un métier, et Sophie est tout naturellement désignée par sa belle-mère pour reprendre l’entreprise familiale. Dans le fond de l’atelier, le temps ne passe pas vite et on s’ennuie ferme à coudre des roses aux bonnets et des voilettes aux capotes de velours. Un jour pourtant, l’existence morne et solitaire de la jeune fille prend un tour inattendu lorsque la sorcière du désert lui rend visite et la transforme en vieille femme. Sophie se voit contrainte de quitter la ville et d’aller chercher fortune quand, sur sa route, un étrange château appartenant à un magicien nommé Hurle apparaît dans le paysage. L’homme a la terrible réputation de séduire les belles et de les croquer. Qu’à cela ne tienne, Sophie a bien l’intention de se faire adopter et de s’initier à la sorcellerie pour retrouver son apparence d’antan.
Heureusement, dans ce pays enchanté, tout est possible si l’on sait être patient… Sortilèges, bottes de sept lieux, capes d’invisibilité, transformations en tout genre rythment ce roman fort bien écrit et d’une densité étonnante.

 Une des grandes grèves du siècle dernier racontée par un journaliste de génie qui en a fait un réquisitoire, un formidable  » J’accuse  » contre le capita
l, le roman de la lutte des classes et de la misère ouvrière. Un livre de nuit, de violence et de sang, mais qui débouche sur l’espoir d’un monde nouveau lorsque le héros, Etienne Lantier, quittant la mine  » en soldat raisonneur de la révolution « , sent naître autour de lui une  » armée noire, vengeresse… dont la germination allait bientôt faire éclater la terre « . Germinal marque l’éveil du monde du travail à la conscience de ses droits et c’est au cri sans cesse repris de  » Germinal ! Germinal !  » que la délégation des mineurs de Denain accompagna le convoi funèbre de Zola à travers les rues de Paris.

Et tout ceci en piochant petit à petit, ne lisant pas tout, comme d’habitude 🙂

On commence par Jeudi soir 

 Jeudi soir où je termine assez tard et, pour ne pas changer, j’ai eu une heure de bouchons (je ne sais pas ce qu’ont les gens en ce moment, mais il n’y a que des accidents en ce moment.) Bref, je suis en plein dans la Débâcle en ce moment. Et croyez moi, à écouter, ce n’est pas de tout repos. En effet, la voix qui est donnée ici fait partie du théâtre donc les intonations sont comme vous pouvez l’imaginer très juste. De plus, Zola a cette manie de faire des descriptions qui prennent tous vos sens. Aussi, lors d’une bataille, vous avez l’impression d’y être et de ressentir tout ce que ressentent les protagonistes. Avec une petite touche de poésie propre à l’auteur.

Du coup, en rentrant, au milieu des monstres qui n’ont qu’une envie, retenir mon attention, on s’installe, on lit Jack Sparrow à trois et ensuite, pendant leur douche et pendant que le chéri prépare le mial, je lis une nouvelle de Demain le Monde inspiré du livre de la Jungle mais version robot. Il va falloir que j’en écrive la chronique parce que sinon les idées vont encore venir. Deux nouvelles que j’ai lu de ce recueil et deux nouvelles qui me font écrire pleins de choses. Ca va être beau !

Bref, on mange, on couche les enfants, et si je lis une cinquantaine de pages de l’anneau de Moebius, c’est beau. Dans tous les cas, ce que je peux vous dire c’est que Vic, le flic, s’en prend plein la figure. L’enquête est plus que glauque et le second personnage est bien plus que space. Je ne sais pas vraiment pourquoi l’auteur me fait encore cela (vous allez me dire, c’est aussi un peu pour cela que je le lis). Mais bon. Je m’endors dessus, le chéri me réveillera deux heures plus tard

Vendredi, fin de semaine ?

Bah vi, des fois je me dis que c’est drôle. Journée particulièrement chargée, avec beaucoup de temps passé avec mon assureur. En effet, il y a un peu plus d’un mois, on m’a volé la Koko Mobile (une C3). Cela fait donc un mois que j’ai une Koko Mobile de transition (une fiat Panda) qui me tue le dos (surtout avec les bouchons récurents). Et la semaine prochaine, je reçois, the New Koko Mobile (une 208). Pour faire tous ces miracles…. Bref, il en faut des papiers, je vous jure entre la location, l’assurance, les experts, le concessionnaire…. Bref, j’ai tout bouclé (je boucle tout physiquement lundi en fait). Et le midi, j’ai quand même le temps de lire un peut de La Maîtresse du vent. Est ce que c’était bien ? Mouai bof, passable

Du coup, pendant l’après midi où je n’ai pas arrêté et pendant les bouchons, je peux vous dire que la Débâcle avec la bataille de Sedan (et sa défaite) me paraissait génial. Je fusionnais littéralement avec ce livre (même si moi j’ai gagné à la fin) tellement la journée m’a parue longue et interminable. Devinez ce que j’ai eu en rentrant (une heure et demi de bouchons). Mais arrêtez de mal conduire, j’en ai marre d’avoir deux à trois accidents sur ma route. Naméo ! Bref, miracle, j’ai pu me garer. Go pour affronter les monstres.

Ouai parce qu’ils étaient vraiment en forme. Ils ont voulu déjà regarder leur dessin animé qu’on a regardé genre 200 fois. Dessins dont les persos passent leur temps à crier. Quand tu rentres d’une journée à je ne sais combien de coups de téléphone, c’est super. Bref, j’ai voulu faire des croques (j’ai mis trop de beurre) et j’ai sursauté en écrivant mes chroniques pendant que mon fils et ma fille toussaient et faisaient le maximum pour trainer. Une fois les deux couchés, je m’allonge dans le canap avec Franck Thillez. J’arrive à la moitié du livre. Je le sais, parce que le titre du livre est expliqué. Sur cette pensée, je m’endors.

Samedi la journée sans fin.

 Début de journée à 6 heures. Ouch, ça pique le Samedi. Et pour rester dans le thème pour le trajet jusqu’à la voiture, j’ai remis la débâcle (comme une petite fofolle.) Je sens que la fin sera pour aujourd’hui, en audio, alors qu’il n’y a personne dans  le bureau. C’est donc parti (pour une journée de foliiiiie)

Arrivée chez des amis, le temp
s qu’ils finissent leur partie de Carcassone, j’ai lu un peu de Maîtresse du vent. C’est drôle tout ça mais je n’arrive pas à rentrer dedans. Mais bon. On est à la moitié du bouquin, je vais y arriver, tranquille la vie :p

Retour à la maison pour deux chapitres du Dernier magicien que je lis avec Hélène. C’est dommage, elle n’arrive pas à rentrer dans l’histoire. Mais bon… Pour ma part, je commence à me faire ma petite théorie. En tous cas, hâte qu’on le finisse pour savoir si j’ai raison (ou pas d’ailleurs). 😉

Du coup, non pas que j’étais en forme, mais surtout parce que j’étais bien installée, j’ai lu un bon 200 pages de l’anneau de Moebius. Du coup, je pense que je le terminerai Dimanche soir. C’est cool car c’est rare que je laisse traîner un Thilliez, ce qui prouve que je suis vraiment fatiguée en ce moment *gloups*. Cela ne m’empêche pas d’apprécier le livre (surtout que maintenant j’ai fait le lien titre-livre). Bref, je vous raconterai. Dodo (car oui, je me suis encore endormie sur le livre).

Dimanche, la journée….. Space

Ayant fini la débâcle, il était temps que je me fasse une mini pause Zola. J’ai enfin réussi aussi à télécharger mon exemplaire de 1Q84. Youhou !!!! Depuis le temps que je voulais l’écouter celui là.

It’s time to read #4

Et oui, les marathons lectures le week end, on ne s’en passe plus ! Et comme de bien entendu, j’ai un week end super chargé, donc je vais être en excellent état *tousse* pour vous faire le compte rendu.

Bref, Candy nous a fait un super logo (avec une madame qui a froid) pour qu’on se reconnaisse. Z’allez voir, la prochaine fois, elle va nous faire des déguisements et on va avoir un cri de guerre. Sisi.

Bon trêve de plaisanteries, vous commencez à savoir de quoi cela parle. Nous sommes des filles, nous sommes membres d’un club et nous lisons ensemble le week end. Enfin, lire, c’est bien beau car souvent on parle tout de même beaucoup. Et on met des petits cœurs dans nos conversations et même qu’on pousse beaucoup des Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Bref, qu’est ce que j’ai envie de lire ce week end ?

 Quand deux ennemis jurés forment la plus improbable des alliances… June et Day ont échappé à leurs poursuivants. Réfugiés à Vegas, ils rencontrent un groupe de rebelles, les Patriotes, qui consentent à les aider à s’enfuir. Mais il y a une condition. Prêts a tout, les deux adolescents acceptent : ils savent que, sans les rebelles, leurs heures sont comptées. Pourtant, June doute: et s’ils s’apprêtaient à plonger le pays dans la guerre civile ? Déchirée entre son sens du devoir, ses intuitions et ses sentiments, elle devra prendre la décision la plus difficile de son existence. Et Day aura-t-il suffisamment confiance en sa nouvelle complice pour remettre sa vie et celle des siens entre ses mains ?

 Au n°3 de Lauriston Garden, près de Londres, dans une maison aide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce alentour. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : Rache ! Vengeance ! Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par de sanguinaires Mormons chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestrée dans le harem du fils de l’Ancien. Quel lien entre ces deux événements aussi insolites que dramatiques Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dévider. Une intrigue tout en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître…

 Le baron de Rochronde n’est plus. Et, selon la coutume, son fils Agone doit lui succéder. Or, peu enclin à suivre les traces de son père, guerrier sanguinaire impitoyable, celui-ci se destine à une vie d’érudit itinérant. Agone accepte néanmoins la dernière requête du défunt : passer une semaine au collège occulte du Souffre-jour, où d’éminents maîtres d’armes et de magie initient aux arcanes de puissants pouvoirs. Là, il va découvrir le sens de sa destinée… Alors que grandissent menaces extérieures et conspirations fomentées par les adeptes du Cryptogramme-magicien, l’héritier de Rochronde, armé de sa fidèle rapière Pénombre et rompu aux plus redoutables arts magiques, saura-t-il trouver son salut et délivrer les Royaumes Crépusculaires qui sombrent dans la tourmente ?

Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit… Trop vite. Il va se trouver plongé au cœur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter. Dans ce quatrième tome bouleversant, drôle, fascinant, qui révèle la richesse des enjeux en cours, Harry Potter doit faire face et relever d’immenses défis.

 A Seattle, on l’appelle le Magicien. C’est un anonyme, un sans-abri, qui lutte contre ses démons du Vietnam. Sa magie, c’est celle des petits riens du quotidien. Il a le Don. Il réconforte d’une parole, réchauffe le coeur de ceux qu’il rencontre. Mais son pouvoir est plus puissant qu’il ne le croit. Lui seul pourra, au péril de sa vie, sauver la ville d’un mal insidieux, d’une magie noire comme d’un goudron. Mais seulement s’il le décide…

 Les brumes règnent sur la nuit,
Le Seigneur Maître sur le monde.
 La jeune Vin ne connait de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

 A tout à l’heure les filles !!!!!

Et j’ai crié ! Criéééééééééé   Jeuuuuuuuuuuuuuudiiiiiiiii

Et oui, comme tous les week end en ce moment, je suis dans des moments très speed. 18 heures, j’allais récupérer mes monstres à la garderie et croyez moi, quand j’ai vu ma fille, je savais que j’allais en ch*****. Je lui ai demandé comment cela allait. Elle m’a regardée, je l’ai regardée, on s’est regardées et mon fils a dit : « De toutes façons elle arrête pas de faire des caprices aujourd’hui
– Nan c’est pas vrai
– Si c’est vrai
– Nan c’est pas vrai
– Si c’est vrai
– Ouuuuuuuiiiiiiiinnnnnn Maman il a dit que je chouinais tout le temps aujourd’huiiiiiiiiiiiiiii »

Et pendant que je séchais tout
es les larmes du corps de ma Floflo, mon super Doudou m’a posé la main sur l’épaule d’un air compatissant. Sur ce, on a réussi à rentrer à la maison. Mais ne croyez pas comme ça pouf qu’une fois rentrés à la maison, tout conflit est écarté ! Boutade ! Aussi, je prépare le bain, regarde ce qu’on va manger, tweet à la Chouille pour savoir ce qu’elle fait demain. Re chouinage de Floflo et hop tout le monde au bain. Moi, je suis dans le canapé et j’ouvre ça pendant une demi heure

Et comme c’est écrit super gros super grand, forcément, cela se lit vite : une centaine de pages. Pendant que j’ai cru d’ailleurs que mon fils allait noyer sa sœur. Il est patient ce garçon tout de même. SMS du chéri qui rentre plus tard que d’hab. Je calcule que j’ai le temps de préparer le miam tranquillou (voire même de nicotiser dehors pour éviter de prendre ma chérie d’amour par les pieds et de la claquer contre le mur. Je vous laisse, je vais miamer. 😀
……………………………………………………………………………………………………….
Et hop après le miam, j’ai couché les monstres. Et croyez moi que j’ai eu envie de la balancer aussi par la fenêtre. Ma tite pupuce est anxieuse en ce moment + fatigue. Cela ne se ressent pas dans son caractère adorable et gentil, telle une petite princesse toute rose qui flotte dans des nuages violets à dos de son petit poney…. Bref. J’ai cru qu’il y allait avoir un triangle amoureux là dedans. Mais en fait non. Du moins pour le moment. Quoique de l’autre côté…. Bref, c’est jeunesse, ça pulse bien. Y a de l’action. Faut pas se prendre la tête. C’est trop cool.

J’allais prendre Les Crépusculaires, gentiment quand j’ai reçu un thé virtuel d’Hélène. Comme de bien entendu, on papote et là elle me fait Kwaaaaaaaa ? Tu lis du Robin Hobb sans mouaaaaaaaaa ???? *fear*. Bref, j’enlève de suite le Dernier magicien de mes lectures en cours en attendant qu’elle s’y mette et on se décide d’entamer l’Empire Ultime

 Après moultes discussions de filles pour savoir si on avait commencé pas commencé toussa toussa. On commence le prologue. Magnifiquement, elle me dit que c’est trop bien quand il y a de l’action dès le départ, surtout pas comme Kushiel (note à Laurie et à moi, on l’a vraiment traumatisée pour Kushiel. Faudra peut être attendre un peu avant de commencer le tome 2 et 3 lol). Bref, en effet, on s’est fait le prologue avant son dodo. Et j’ai dépiauté les 3 premiers chapitres car je risque de rentrer tard ce soir. Je confirme qu’il y a beaucoup d’action, un univers très riche et je pense que la lecture va être géniale ce week end (objectif : finir la première partie). Comme le chéri avait encore envie de décapiter du monde, je me suis dit que je n’allais pas me coucher de suite

Du coup, j’ai sorti les Crépusculaires pour une bonne centaine de pages de folie. Agone de Rochronde s’en prend plein la poire et j’avoue que je l’ai quitté dans un moment vraiment crucial. La bonne nouvelle, c’est que du coup, je risque fort de le terminer vendredi soir. En bref, cela a l’air pas bien épais comme volume mais croyez moi, c’est extrêmement riche. Je vois bien les trois séparations / étapes du moment. Et je pense que je vais avoir du mal à me retenir d’enchaîner sur d’autres choses de l’auteur. Mais bon ça va bien se passer ^^ (non je ne suis pas du tout accro). De plus, pendant tout ce temps là, j’ai un petit peu papoté avec Stéphane Soutoul. Donc pour ceux qui ont lu ma chronique sur le Sacrifice des Damnés : j’avais bien raison : c’est inspiré de Anne Rice mais la sexualité en moins pour privilégier le gothique. (des fois, je me dis que j’ai un cerveau….) Allez zou. On va au dodo maintenant 🙂

Vendredi Chéwiiiiiiii. Ma semaine n’est pas encore terminéeeeeeeee

Quand on a 4 jours d’école d’affilé, il faut s’attendre à avoir des portes qui grince quand on tente de réveiller les monstres. Heureusement, le chéri qui commençait plus tôt que moi m’a rapporté une offrande de café (il est trop fort mon amoureux). En attendant que les morpions petit déjeune toussa toussa (alors qu’on est en retard que c’est la panique et tout), je range un peu mon bazard histoire que ce soir, j’ai le temps de me faire une petite séance au club de sport sans trop de remords. Arrivée dans la titine de transition pour sortir un livre audio

Alors oui, je vous vois venir, comment elle fait pour trouver des livres audio comme ça. Et bien je passe par un site de bénévoles qui reprennent des classiques en audio. Et je suis tombée sur une Etude en rouge qui est racontée par un homme d’un certain âge qui a l’art de lire les livres avec des intonnations !!! Je l’avais adoré sur Anna Karenine et le retrouver sur une Etude en rouge, c’est magique. Bref, pour tous ceux qui font beaucoup de route, n’hésitez pas à tester leurs version audio, pour ma part, je les adore. Concernant une étude en rouge, première enquête de Sherlock avec Watson. J’ai dû lire cela une première fois quand j’avais genre…. 10-15 ans. Donc totale redécouverte. J’ai pu écouter 3 chapitres comme cela (et oui, il y avait des bouchons).

Pour ce midi, on risque d’avoir de la route à faire. Si c’est possible, j’entamerai cette petite nouvelle. Mais je ne sais pas encore qui conduit. On verra cela tout à l’heure. A ce soir les filles 🙂
Finalement, j’ai dû partir en voiture pour aller déjeuner ailleurs. Mais comme c’était moi qui conduisais, et bien je n’ai pas lu pendant le trajet. Donc ce sera pour une autre fois la découverte de la chasse sauvage. C’est dommage en même temps, la couv semblait vraiment trop sympa. A ce souaaaaaaaaaaaar 🙂

Bref, le soir pointe le bout de son nez. Je finis le travail un peu tard et j’entame ave
c joyeuseté (ou pas, j’avoue que je craque un peu en ce moment) la période des bouchons pour rentrer à la maison. Cela me vaut un coup de fil avec ma môman avec qui on s’échange les passages secrets pour éviter les embouteillages et deux chapitres d’une étude en rouge en audio. L’enquête se poursuit et les deux enquêteurs de Scotland Yard se perdent dans leur enquête. Sherlock va synthétiser tout cela en pensant avoir trouvé le coupable (déjà? On en est à la moitié !) Changement de chapitre, cela tombe bien, je viens de rentrer, de me garer du premier coup tout ça tout ça.

  En rentrant, enfin une bonne surprise avec la réception de mon gain au concours organisé par Yumiko. Et son petit mot d’amour avec (graou). En fin de compte, j’ai joué de super bonne chance car j’ai reçu deux nouveauté de la collection Pandore via concours et partenariat. Forte de ma chance en gain de livre, j’ai postulé pour le deuxième tome de Katana, le premier tome étant arrivé gentiment il y a quelques temps grâce aux superbes alertes de Gibert Joseph. Je range mon petit trésor dans la biblio, en envoyant des super merci à Yumi. Nous voilà en train de nous raconter nos semaines (pas faciles) et je me dis que c’est pour cela que j’aime les filles de chez Bouquina, c’est qu’on peut toujours papoter de tout et de rien avec tout le monde.

 Bref, je m’installe pour faire ma chronique de Celui qui bave et qui glougloute mais mon chat avait décidé que non, ce n’était pas le moment. J’ai deux chats : Mougnette et Léïa et croyez moi, hier soir, elles avaient décidé de m’embêter. Faudrait demander à Hélène mais pour lire, j’en ai ch*** jusque quasi 23 heures. Cela ajouté à ma superbe semaine, j’étais au bord du pétage de plomb. Heureusement, le chéri est arrivé aussi et on a pu manger. Il a mis en route deux épisodes de American Horror Story, saison 2 : Asylum. Et pas facile de se concentrer avec cela. Il est parti vite fait au dodo (car il commençait à 5 heures samedi matin), et vous verrez bientôt que moi, c’était autre chose…. Mais reparlons livre

Ptitelfe et moi avons réussi à nous caler, à prendre du thé et à nous raconter nos impressions pour les 3 chapitres lus. Puis nous en avons lu deux autres. C’était un peu compliqué pour moi entre le dos bloqué, l’humeur de chien, la série d’horreur et les chats qui ont passé la soirée à se battre. Bref, jusque 23 heures, c’était un calvaire (heureusement que ma topine était là sinon je partais dehors pousser un hurlement primal). Pour les deux chapitres lus, je peux vous dire que Brandon Sanderson sait décrire une scène d’action. C’est superbement visuel comme écriture. Bon, j’ai un peu tiqué avec les métaux mais je pense qu’on se complètera la liste au fur et à mesure, je ne m’inquiète pas.

Et comme me coucher c’était juste pas possible. J’ai calmé les chats direct en mettant en bruit de fond des épisodes de True Blood (au moins, Sookie sert à autre chose que de caler des meubles. Wouhou). Mougnette a maté Eric tranquillou (en plus, elle n’avait pas regardé la saison 4) dans le fauteuil. Du coup, j’ai ressorti les Crépusculaires. Il me restait une centaine de pages et une guerre à finir. C’est chose faite maintenant et je suis encore sous le charme de cette édition. Mais trève de plaisanteries, demain je me lève tôt, il est déjà tôt le matin vu que le chéri vient de descendre pour son café. Je reprends un petit antidouleur et hop au dodo.


Samedi c’est presque week end 🙂
Le réveil à 7h30… Ça piquait un peu, j’avoue. Je me lève, pousse des grognements de gremlins qui ressemble un peu à « Caféééééééééé ». Bref, je me douche, je prends le petit déj (du café, bien entendu) et j’entame une première nouvelle du magasine Bifrost que j’ai commandé sur mon Fire. Donc j’ai lu : Le Mallek de Peter Watts. C’est vraiment de la High SF. Donc je ne suis pas sûre du tout d’avoir compris ce qui s’est passé, le nez dans mon café. Je pense que je le relirai ce soir (genre). Ou demain (mais en ayant dormi un peu plus). Je look la montre. Et brun, je suis presque en retard. C’est parti pour la Koko Mobile par interim
Du coup, on est un peu Samedi matin avec de belles vagues de brouillard. Ce qui me retarde un peu d’ailleurs. Mais je n’ai droit qu’à un chapitre. En plus, celui là, il est un peu particulier car on entame une autre facette de l’histoire. Je ne vous en dis pas plus mais on a entamé la seconde moitié, voire les trois quarts de ce petit roman. Cela sent la fin. ^^

 Pause du midi où j’arrive à lire 3 % de cette grande nouvelle. Et pourquoi j’ai pas eu le temps. Parce que ma collègue (Elodie) me fait : « Eh toi tu as des chats ?
– Oui
– Méfies toi parce que en ce moment il y a le typhus qui court
– je sais
– et tes chats ne sont pas malades?
– Non ils n’ont pas les symptômes
– Tu les connais ?
– On se renseigne toujours sur la signification de son second prénom » (non je n’ai pas de second prénom mais j’avais envie de lire du coup….. Bref, je ne peux
pas vous dire grand chose de cette nouvelle car je n’en ai pas lu beaucoup. Mais le style est vraiment sympa et recherché. Il y a un roi Peste en Grande Bretagne qui est en train de tout envahir. Apparemment, où j’en suis, le Roi Blanc va tenter de contrer le bazard mais je ne sais pas encore comment. Voili voilou 🙂

 Qui dit quelques trajets en voiture dit écoute d’une Etude en rouge où j’en suis finalement aux trois quarts après avoir éteint cet audio book. Comme d’habitude avec Arthur Conan Doyle, c’est superbe à écouter et c’est pour cela que c’est toujours bien pour se détendre

Enfin rentrée à la maison, pour peu de temps car le chéri a décidé qu’il allait apprendre à faire du foie gras aujourd’hui. Donc cours de cuisine chez une amie. J’ai réussi à ne pas participer à ce cours moyennant une offrande de courses pour le soir. J’ai quand même le temps de me couler un bain pour lire une centaine de pages de Prodigy. Heureusement car c’est toujours aussi prenant, même si cela se triangle amoureusement un peu quand même. J’aime beaucoup la personnalité des héros (June et Day) car ils sont aussi conditionnés par leur environnement et cet environnement va influencer leur perception d’eux mêmes. J’aime beaucup cet angle d’approche en tous cas.

Après une soirée papotage et dégustation de foie gras (oui nos soirées pique nique ont un petit goût de luxe, j’avoue, mais en même temps, on aime bien cuisiner). Devinez ce qu’avait envie le n’amoureux ? Et bien décapiter des gens sur Skyrim bien sûr ! Donc, je m’installe dans le canap et je me lis tranquillou trois chapitres de Fils des Brumes pour finir la première partie. Comme d’habitude, c’est super prenant mais je suis crevée de ma journée alors je m’endors comme une loque sur ma liseuse… Cela devait être beau.

Et dimanche, tu as lu quoi?
 Après m’être réveillée proche de midi, un café dans les mains, et après avoir appris que le concert de Depêche Mode était annulé (mais sa race quoi ! Depêche mode et je peux pas y aller!!!!! *hurlement primal*, je décide de me détendre et de lire trois quatre chapitres de Fable Haven, étant à jour avec les copines. Et ensuite? Et bien, j’ai couru pour récupérer les enfants, manger japonais chez les parents parce que bon. Faut pas se laisser aller. Faire l’hippocampe pour ma fille (parce qu’on a fait un peu de piscine, d’ailleurs je suis morte, décédée, tout ce que vous voulez). Ensuite, et bien, j’ai papoté avec ma môman de Ne le dis pas à maman de Toni Maguire et hop, on est rentré, chéri a voulu décapiter et moi j’ai voulu chroniquer. (normal quoi). Avant de me rendormir dans le canapé, je tente de vous lire un peu plus de FableHaven. Je vous dis à demain les filles, en espérant vous lire un peu plus de choses ^^

Lundi c’est déjà fini ^^

7 heures du mat’, j’ai des frissons,
Je claque des dents et je bois mon café.
Seule enfin dans ma cuisine,
Je peux ouvrir le sanctuaire secret

Je perds la tête et mon petit dej
S’engloutit  au même rythme que les pages.
C’est plein de rebondissements et d’action
Mais faut que j’aille au boulot boulot boulot

Pendant que mes yeux se désespèrent,
Je crois encore faire la route sans bouchon
Teuf Teuf fait la titine derrière un camion
J’entame Nana d’une oreille vénère
Je double, je me faufile
Et enfin, je quitte la voie rapide
Yeah Yeah Yeah Yeah
Je commence enfin un de mes vieux classiques

Et à ce moment là, qu’est ce que vous avez fait ?
J’crois que je suis arrivée sur mon lieu de travail

Chacun lit lit lit lit
Comme il peut peut peut

La fin de l’année, c’est pas facile
La fin d’année c’est pas une excuse
Chacun Lit lit lit
Comme il peut peut peut
It’s time to reaaaaad
Attends faut que je sois en pause déjeuner

 Pause du midi,
je fais l’point avec Hélène
Sur Fils des brumes qui avance bien
J’ai un peu de temps,
J’ouvre la chasse sauvage
Je finis même la nouvelle
sur le Roi Peste
Les descriptions qui foisonnent
Le rythme qui m’impressionne
La nouvelle se termine
Ma pause aussi
C’est reparti c’est reparti
Faut travailler, travailler


La fin de la journée s’annonce
Il faut récupérer les monstre
En route dans la titine
J’embraye et sans bouchon
Quelques petites minutes
Sur la présentation de Nana
A la garderie
se pointe mes monstres
D’un air excité,
 Ils veulent jouer
Ils disent « Jeu de sociéte »
Je les accompagne
Ils disent « Encore un »
Je dis bain et miam

Et
vous avez préparé quoi ?
Un risotto
Ah ! J’ai aussi parlé avec Hélène
Chacun lit lit lit
Comme il peut peut peut

Que de temps passé à autre chose

Personne ne t’oblige non plus
Chacun lit lit lit
Comme il peut peut peut
Les filles ont de ces lectures
De la romance à Candy
Après le café
Fablehaven
J’ouvre,
C’est le final
En cachette dans la cuisine
Je sais c’est moche
Les potes qui rient
Le chéri aussi
Ils matent une vidéo
Et moi je lis dans leur dos
Tu as la fin du livre
Qui me débarque dessus
Les sorcières montrent leur complot
Genre fin du monde
La gamine court
Accomplit des miracles
Seule dans la cuisine, 
Toute recroquevillée
Je retiens mon souffle, ouf c’est passé
La scène finale
Me laisse toute pâle
La morale de la fin
Faut que tout finit bien
Les amis qui appellent
Pour leur vidéo 
Ils me disent : « C’est drôle »
Je leur réponds « C’est vrai »
Et cela a un rapport avec la lecture.
Non aucun
Chacun lit lit lit
Comme il peut peut peut
Sur Facebook, y’a Hélène
Et elle t’attend pour Fils des Brumes
Chacun lit lit lit
Comme il peut peut peut
 On a dit qu’on allait lire trois chapitres
Tant pis pour moi elle est partie dormir
Alors j’entame mes trois chapitres
Qui vont commencer la deuxième partie
Le chat se met sous mon plaid
En quête de câlins , la console s’allume
Décapitation commence
Chéri est en forme
Vin elle est perturbée
Elle apprend à être noble
Mais je suis sûre qu’elle va y arriver
Elle est plein de ressources cette gamine
L’action démarre
Elle teste ses pouvoirs
En duel dans la rue
Au fi de tous
Dans sa maison
Elle parle religion
Tout en se coiffant
Mais pas de chignon
Minuit approche En quête de frissons
Sire Cédric se montre Et je monte le son
Seul dans le canap Avec mon chat
C’est l’insomnie Que je vais chasser
Je perds la tête Eva est prête
Pour un meurtre horrible sur un enfant
C’est plein d’exorcisme et de fous à lier
Je commence l’action tout d’suite tout d’suite
Pendant que les filles sont déjà au lit
Je ferme le livre pour aller me coucher
Clac font les pages sur la table de chevet
Je vous dis à bientôt pour un autre week end

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑