Reines et dragons

Auteurs : Sylvie Miller, Lionel Davoust, Chantal Robillard et Mathieu Gaborit

Genre : Fantasy

Maison d’édition : Mnémos

Nombre de pages : 204

Obtenu le 15 Juillet 2012

Lu le 15 Juillet 2012

Dans le cadre de lire le recueil de nouvelles des Imaginales

 

En un mot :

  • Lire le recueil des Imaginales, c’est comme y être
  • Le thème était sympa

Lire la suite « Reines et dragons »

Chroniques des Feals, tome 3 : Le roi des Cendres de Mathieu Gaborit

Auteur : Mathieu Gaborit

Saga : Chroniques des féals

Maison d’édition : Bragelonne (ebook)

Nombre de pages : 315

Obtenu le 20 Octobre 2012

Lu le : 3 Août 2017

Dans le cadre de ma lecture commune avec Séverine et le Challenge Août en Folie

 

 

En un mot :

  • Beau final
  • J’adore toujours autant la plume de Mathieu
  • Et je ne m’attendais pas à la fin

Lire la suite « Chroniques des Feals, tome 3 : Le roi des Cendres de Mathieu Gaborit »

Les Chroniques des Feals, tome 2 : Le Fiel de Mathieu Gaborit

Auteur : Mathieu Gaborit

Saga : Les Chroniques des Feals

Maison d’édition : Bragelonne (ebook)

Nombre de pages : 304

Obtenu : le 20 Octobre 2012

Lu le 19 Juillet 2017

Dans le cadre de ma lecture commune avec Sev

 

En un mot :

  • Entre action et réflexion : le juste milieu
  • Mathieu Gaborit et sa plume oultra fluide
  • Une histoire qui se complexifie

Lire la suite « Les Chroniques des Feals, tome 2 : Le Fiel de Mathieu Gaborit »

Les Chroniques des Féals, tome 1 : Coeur de Phoenix de Mathieu Gaborit

Auteur : Mathieu Gaborit

Saga : Les Chroniques des Féals

Maison d’édition : Bragelonne (ebook)

Obtenu le : 20 Octobre 2012

Lu le : 25 Mai 2017

Dans le cadre d’une lecture commune avec Toute la lecture de Sev et aussi parce que j’avais adoré les Crépusculaires

 

En un mot :

  • Un univers fantasy classique
  • Du coup, on peut faire lire les novices
  • La plume de Mathieu ❤

 

Lire la suite « Les Chroniques des Féals, tome 1 : Coeur de Phoenix de Mathieu Gaborit »

Confessions d’un automate mangeur d’Opium de Mathieu Gaborit et de Fabrice Colin

Présentation de l’éditeur : Paris, 1899… L’industrie, portée par la force de l’Éther, a révolutionné le monde. Le ciel bourdonne de machines volantes, les automates sont partout qui agissent au service des hommes, hommes qui communiquent entre eux par téléchromos d’un continent à un autre. Dans cette ville moderne où s’ouvre une éblouissante Exposition Universelle, une jeune comédienne, Margo, aidée de son frère psychiatre, enquête sur la mort mystérieuse de son ex-maîtresse et d’un singulier personnage créateur de robots…
Écrites à deux mains par deux jeunes auteurs incroyablement doués, ces Confessions d’un automate mangeur d’opium sont un bonheur d’imagination et de virtuosité littéraire, à découvrir au plus vite.

Des lettres de noblesse du steampunk à la française grâce à deux auteurs talentueux.

Plus je lis du Steampunk et plus j’aime ce genre. On parle souvent de Londres et de l’époque victorienne… Mais nous oublions que l’un des plus beau Papis du Steampunk reste Jules Verne (même s’il aimait lui aussi les intrigues londoniennes).  Aussi je m’étonne qu’en ayant de si bon auteurs français, que mine de rien, Paris est aussi un environnement propice à ce style, et bien que personne ne pense à faire un livre steampunk dans notre capitale. Heureusement, nous commençons à avoir des maisons d’Edition qui osent publier de plus en plus d’auteurs français. Par conséquent, nous risquons d’avoir aussi de plus en plus de steampunk français.

Concernant les Editions Bragelonne et plus particulièrement à l’occasion de leur première Edition du Cuivre, ma maison d’édition que j’aime depuis tant d’années a pris une valeur sûre en l’alliance de Mathieu Gaborit et de Fabrice Colin. on peut dire pour certains auteurs anglophones qu’il faut lire en VO pour apprécier une certaine musicalité, certaines tournures de phrases dans le texte. Ces deux-l) vont faire aimer la VO aux anglophones 🙂

Vous savez, réussir à faire un style recherché et une intrigue complexe tout ceci avec des mots simples, ce n’est pas donné à tout le monde. Une fois installée dans ce livre à deux voix (Margo et Théo qui s’alterne à chaque chapitre), j’étais partie dans un autre monde. Et cette capacité-là : c’est juste magique.

Un duo d’enquêteurs très efficace pour une intrigue assez prenante.

Je vous rassure de suite, il n’y a pas qu’un environnement steampunk dans ce livre. Il y a un meurtre, celui d’une comédienne parisienne. Son ex, Margo, décide d’enquêter sur cette mort qui n’a pas l’air d’intriguer qui que ce soit. En clair, on étouffe cette mort en suicide. Aussi appelle-t-elle son frère Théo qui est aliéniste (un psychiatre spécialisé dans les effets de l’Ether sur le corps humain) à la rescousse. Le seul indice ou suspect, c’est selon, qui existe, c’est un automate.

Mais un automate ne pourrait pas avoir fait le coup ! C’est une sorte de robot ! Il ne peut donc pas y avoir intention crapuleuse ! Ainsi débute l’enquête de ces deux frangins dont l’une ressemble à s’y méprendre à une jouvencelle perpétuellement en détresse et l’autre à un savant psychiatre presque fou que j’ai déjà rencontré chez Dracula de Bram Stocker.

Nous avons aussi une belle réflexion sur l’âme, la vie éternelle et l’humanité. C’est aussi l’occasion de se lire un thriller léger certes, mais non dépourvu de profondeur, faisant une belle mise en bouche à un univers qui ne demande qu’à se développer.

Mais vous ne m’enlèverez pas de la tête que cela appelle une suite.

Mais voilà, on me donne 350 pages de détente et de rêve et on s’en va comme ça ? Les garçons ? Je fais à manger si vous voulez mais il faut m’en faire un petit deuxième pour qu’on apprenne à mieux connaître Margo et Théo et surtout à mieux connaître ce Paris rempli d’Ether.

Je suis certaine que vous trouverez dans votre tête un super méchant près à anéantir le monde, une arnaque inconcevable, une épidémie inquiétante, un appel de la Reine Victoria, ou même mieux, une maîtresse kidnappée de façon mystérieuse. Vous voyez, tout est possible dans ce Paris de 1899….

Les Crépusculaires de Mathieu Gaborit

Présentation de l’éditeur : Le baron de Rochronde n’est plus. Et, selon la coutume, son fils Agone doit lui succéder. Or, peu enclin à suivre les traces de son père, guerrier sanguinaire impitoyable, celui-ci se destine à une vie d’érudit itinérant. Agone accepte néanmoins la dernière requête du défunt : passer une semaine au collège occulte du Souffre-jour, où d’éminents maîtres d’armes et de magie initient aux arcanes de puissants pouvoirs. Là, il va découvrir le sens de sa destinée… Alors que grandissent menaces extérieures et conspirations fomentées par les adeptes du Cryptogramme-magicien, l’héritier de Rochronde, armé de sa fidèle rapière Pénombre et rompu aux plus redoutables arts magiques, saura-t-il trouver son salut et délivrer les Royaumes Crépusculaires qui sombrent dans la tourmente ?

Mathieu Gaborit a le chic pour vous vendre son histoire.

Pour les Chroniques des Crépusculaires, les éditions Memnos ont vu les choses en grand, et ils ont eu raison. Cette édition m’a faite baver depuis sa sortie qui s’était produite le lendemain où j’ai annoncé : « Je n’achète plus pendant trois mois ». Et croyez-moi, ne pas faire d’entorse au programme n’était pas facile… Finalement, ma restriction se finit aux Halliennales et qui je vois, sourire aux lèvres, chapeau de canotier sur la tête, en train d’ouvrir Asylum, la prochaine sortie dans la même édition? Mais oui, l’auteur en personne. Je m’approche de lui de mon air dément d’une junkie qui n’a rien acheté pendant des mois et je sors de ma voix de crécelle : « Bonjour, pourriez vous me parler de votre livre ? » Et lui de me répondre… « Alors, c’est l’histoire d’Agone de Rochronde…. »

Tous ceux et celles qui aiment les salons littéraires comprendront mon état, je savais déjà que j’allais partir avec mon précieux (dédicacé) et que j’allais bien évidemment décoller quelques minutes dans l’univers de l’auteur. Car Mathieu Gaborit sait parler de son oeuvre et vous met dans l’état idéal pour une bonne lecture. Maintenant, son travail est achevé, et le mien commence. J’ai ouvert ce livre, dans cette édition magnifique. Et avant de lire une seule ligne, je suis retombée en enfance. Quand j’étais petite, et quand j’étais sage, j’avais le droit, chez ma Marraine, d’ouvrir un beau livre sur la Révolution française. Cette édition, ces émotions, je l’ai retrouvée ici avec les Crépusculaires. Alors, Mathieu, laisse moi te parler de ton livre, pour mon plus grand plaisir.

Alors, c’est l’histoire d’Agone de Rochronde….

Bien entendu que nous lirons une partie de l’histoire du Royaume des Crépusculaires, dont traite le livre, mais c’est surtout l’histoire d’Agone de Rochronde, fils du baron de Rochronde qui vient de mourir suite à un accident de chasse.Agone nous apparaît tout d’abord comme le fils prodigue qui revient trop tard. En effet, nous savons que suite à un désaccord entre lui et son père, il quitte la baronnie pour créer lui même sa destinée dans un environnement et une guilde pacifique. On sent de suite qu’il y est pour expier et fuir quelque chose qui s’est produit avec son père. Il s’attend d’ailleurs à renoncer à son héritage. mais voilà, son père, par delà la mort, en décide autrement pour l’obliger à suivre une semaine de cour dans l’académie de Souffre Jour.

D’un environnement purement médiéval, nous passons au coeur de la fantasy avec des créatures féériques, des endroits hors du temps et un système de magie bien à part. Nous passons aussi dans un lieu d’intrigues. Agone devra non seulement découvrir les raisons qui ont poussé son père à l’entraîner dans ce lieu mais aussi à démêler les intrigues qui se noueront devant lui. Agone devra accepter qui il est, mais ce n’est pas tout. Il devra aussi acquérir toutes sortes d’armes et d’alliés. Enfin, alors qu’il se rend compte à quel point son père a eu confiance en lui, il devra donner ce qu’il a de plus cher pour accomplir sa destinée.

Agone n’est pas seulement un héros. C’est aussi un jeune homme entier et curieux. Il saura s’entourer de bonnes personnes et grâce à celles-ci, il pourra se donner des armes pour se battre. mais comme toute personne ayant un destin hors du commun, la vie d’Agone sera faite de combats, et plus de sacrifices que de victoires. Il n’est pas parfait : il est humain.

En bref, un roman qui vous emmènera très loin, dans un univers fantasy plus complexe qu’il n’y paraît, mais en même temps, c’est un auteur qui sait très bien vous l’expliquer, ce monde issu de son imagination. C’est une belle histoire qu’il nous a écrit là, et c’est un beau livre que les éditions Memnos nous a offert.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑