Les derniers Hommes de Pierre Bordage

Auteur : Pierre Bordage

Genre : Science Fiction

Maison d’édition : Au diable Vauvert

Nombre de pages : 688

Obtenu : 1 er Juin 2012

Lu le : 5 Juin 2012

Dans le cadre de : Je découvre pour la première fois Pierre Bordage

 

En un mot :

  1. Depuis, je regarde pas mal la SF française
  2. C’est comme çà que j’ai découvert d’ailleurs mon amour de l’imaginaire français
  3. Une belle aventure

 

220px-p1070786_-_pierre_bordageRésumé : Le futur proche, après la troisième guerre mondiale.
Dans une Europe dévastée par les pollutions chimiques, nucléaires et génétiques, les rares ressources intactes sont partagées par des tribus nomades qui ont pris chacune en charge l’exploitation d’une denrée spécifique. Solman le boiteux, du peuple aquariote – qui découvre et contrôle les sources d’eau -, possède le don de clairvoyance : infaillible juge des âmes, cet atout le confine aussi à l’écart de tous, qui se méfient de son talent.
Seuls Raïma, la guérisseuse, puis la mystérieuse Kadija et un vieux scientifique de l’ancien monde vont l’accompagner dans sa quête pour échapper à l’apocalypse qui semble menacer les derniers hommes…

Un roman initiatique.

 

Cela faisait bien longtemps que j’avais envie de me remettre à la science fiction. Et de tester un auteur français par la même occasion. C’est donc avec curiosité et assurance que j’ai ouvert les Derniers Hommes. La quatrième d’ouverture me tentait fortement qui plus est. En effet, une vision complètement négative du futur, anticipant les ravages des hommes et de la pollution qu’ils engendrent. Ainsi, les derniers hommes sont réduits à leur strict minimum : des tributs nomades vivant de trocs, chaque grande tribut gardant une spécificité qui leur permet, ensemble de survivre.

 

Dans une des tributs vit Solman, un voyant, un donneur comme ils disent. Et tout au long de ce roman, nous le verrons passer du stade d’un enfant, manipulé par ses parents adoptifs – le conseil – et donc ne prenant aucune décision. Puis il entame son âge adulte avec sa liaison avec Raïma. Et prenant ses propres décisions, faisant ses propres erreurs, il devient peu à peu une espèce de meneur –mi homme, mi prophète – guidant les derniers hommes vers une terre où ils ne risquent plus rien.

 

Un roman religieux ?

 

Parfois, je me suis posée la question. Pierre Bordage nous apprivoise, nous actualise le Nouveau Testament aux temps modernes en traitant de l’Apocalypse de Saint Jean. Pourquoi pas me direz vous. Mais il est indéniable que l’histoire des Aquariotes ressemble étrangement à l’Exode, et Solman prend peu à peu les traits de Moïse, aux travers de ses embardées.

 

Aussi, ce roman tente de nous poser de bonnes questions sur l’avenir. Les Hommes en ont-ils un s’ils continuent à être individualistes comme ils le deviennent de plus en plus ? Quelles seraient nos capacités à survivre si la Terre elle-même nous rejette ? Quelle est la valeur humaine ?

 

Je ne vous le cacherai pas, et je pense que vous l’avez deviné, je me suis trouvée emballée totalement par la lecture de ce roman. Et je pense que je suivrai Pierre Bordage dans ses autres publications car son style d’écriture est simple, il sait ajuster les temps d’action et de descriptions d’une manière très agréable. Et enfin, d’une hypothèse totalement hasardeuse et je dirai même sans surprise, il est arrivé à me captiver jusqu’à la fin, voire à me surprendre un peu. A lire absolument !

 

Jean et Clara de Pierre Bordage

Tome 1 : Ceux qui sauront

Présentation de l’éditeur : Jean et Clara devraient bientôt se séparer : elle regagnerait Versailles, il retournerait dans la clandestinité.
Pourquoi êtes-vous allé à l’école ? demanda-t-elle.
– Je voulais apprendre.
– Et qu’avez-vous appris ?
– L’alphabet, l’écriture, l’arithmétique… comme tout écolier, je suppose.
– Vous comptiez en faire quoi ?
Il haussa les épaules.
– Je ne sais pas au juste. Ceux qui gouvernent savent, alors je pensais que c’était bien de savoir. Que ça améliorerait ma vie.
Et si le passé avait été différent, quel serait notre présent ? Un monde scindé en deux.
Les riches détenant le savoir, les pauvres condamnés à l’ignorance. Il y a ceux qui acceptent, s’oublient dans le silence. Mais il y a ceux qui se battent pour qu’une société plus juste émerge enfin.

Et si……..

Et oui, imaginez la France si la Monarchie était toujours d’actualité. Imaginez un peu tout ce que nous devrions réécrire. Et je dois dire que j’ai rarement vu un tel travail dans une uchronie. En effet, Pierre Bordage ne s’est pas contenté de nous inventer une ambiance monarchique. Il a non seulement réécrit toute l’histoire de France, en modifiant les évènements révolutionnaires en simple révolte. Il a aussi retranscrit les différentes classes sociales en les modernisant. Il a adapté le système scolaire. Il a aussi adapté les différentes technologies autorisées par le Régime ou pas.

Comment vous dire ? Rien que ce travail de fou mérite une lecture. Car il vous faut un temps pour se demander dans quelle époque nous sommes, dans quel régime. Et le pire, c’est que son environnement est totalement plausible ! Il n’a pas fait comme certains en mettant de belles phrases, des costumes d’un autre temps et une ou deux voitures pour faire beau et moderne. Il a entièrement remodelé la France de notre époque, version Monarchie absolue. Et il m’arrive de me demander si cela aurait comme ceci si la Révolution Française n’avait pas abouti ! C’est proprement incroyable !


L’histoire de deux destins qui se croisent.

Jean et Clara, c’est un peu nos Roméo et Juliette façon Pierre Bordage. Jean est un ouvrier qui veut apprendre à l’école. Mais celle ci est interdite. Alors, lorsque la Police veut l’emprisonner pour avoir suivi des cours interdits, il bascule dans la clandestinité et tente de survivre par tous les moyens. Clara est une jeune noble qui s’ennuie et qui ne veut pas se marier en découvrant le choix de ses parents. Elle aussi apprend à s’instruire et va tenter de s’enfuir de chez elle.

Les deux se rencontrent et ce sera deux opposés qui vont s’apprivoiser. Il vont apprendre tous les deux à se connaître (à l’image des deux classes sociales d’ailleurs). Et ils vont aussi découvrir comment agir pour améliorer leur société. C’est de leur parcours initiatique et de leur amour naissant que va parler ce roman. Et je dois dire que c’est passionnant. A très vite donc pour le second tome

Mort d’un clone de Pierre Bordage

Présentation de l’éditeur : Nous sommes à la fin du siècle dernier, un chroniqueur distancié nous raconte la vie de Martial Bonneteau, un petit employé à la quarantaine aigrie, mal mariée à une femme épaisse et acariâtre qu’il n’a jamais pu satisfaire sexuellement, père de deux fils aussi tristes que lui et d’une fille qui se cherche ; Martial est un médiocre qui enfouit dans la routine et le mépris de soi les frustrations d’une existence de clone parmi les clones.
Et puis un matin, de micro-événements en micro-événements, un regard dans le métro, un retard au bureau, Martial Bonneteau va légèrement diverger de son chemin quotidien bien tracé, et c’est tout son univers normé qui commence à se lézarder…
Soudain livré à un confus désir de vivre, notre anti-héros va connaître bien des mésaventures : d’abord généreusement initié au sexe et au plaisir par une prostituée de la rue St-Denis, il va abattre un par un les murs qui emprisonnait sa vie : retour au foyer, réaction des proches et des collègues, scènes de ménages, hystérie familiale, coaching psychologique… Les scènes d’anthologie se succèdent sur un rythme de comédie ou de théâtre de boulevard, et on rit beaucoup.
On rit surtout du portrait au vitriol, presque cynique, que brosse Bordage de nos aliénations ordinaires.
Jusqu’à la disparition du clone, où, après l’ironie et l’humour noir, on retrouve l’écrivain qui nous parle mieux que tout autre d’humanité.

Pierre Bordage nous offre avec humour une belle crise de la quarantaine

Qu’est-ce qu’une crise de la quarantaine sinon soit un retour en enfance ou soit un changement de vie ? C’est un bilan de première moitié de sa vie, avec ce que l’on a envie de garder et ce que l’on a envie de changer. Pour Martial Bonneteau, le bilan n’est pas génial car il se qualifie comme un clone, c’est à dire quelqu’un de pas de tout original, de complètement formaté. Il a trouvé un travail de bureau où il arrive et repart à l’heure depuis plus de 15 ans. Il s’est marié à une femme laide et bête parce qu’il fallait se marier. Il a enfin eu trois enfants parce qu’il en fallait aussi.

Au début du livre, on suit donc ce quadragénaire impuissant et non respecté par sa famille ou ses collègues. L’auteur lui rend symboliquement et physiquement son érection et voilà notre gentil clone qui commence à réfléchir par lui même et à prendre sa vie en main. Il va aussi en profiter pour prendre en main la vie de sa fille, devenant par la même occasion un père à part entière. Enfin, il tuera son clone symboliquement pour devenir un homme un part entière.

La crise ne touche pas seulement notre héros mais aussi son entourage.

Il aura suffi que Marial Bonneteau change une seule de ses habitudes pour provoquer une réaction violente de ses pairs. Il arrive en retard pour la première fois depuis 15 ans ? Son patron est tout prêt de le menacer car on doit d’abord penser à l’entreprise et non à soi en profitant d’une belle matinée. Il arrive à l’improviste chez lui ? Non content de découvrir qu’il est cocu, il se fait remonter les bretelles parce qu’il n’a pas prévenu ! Enfin, lorsqu’il prétend vivre sa vie, ses proches le traitent de fou et l’envoie en thérapie.

La réaction de ces gens est tout d’abord très drôle car tout paraît excessif. Et puis, on regarde chez soi, on observe sa propre bulle et on voit que la réalité est à peine imagée. Dans notre société actuelle, on a du mal avec les comportements marginaux. On a du mal avec les libre-pensants.

Car la leçon de ce livre est simple : être différent veut dire que l’on peut vivre pleinement sa vie, voire d’être heureux. Mais être différent veut dire subir l’œil critique de la société. Etre soi-même, c’est tout simplement se mettre en danger. Est-ce que cela vaut le coup ? Et bien c’est à vous de le décider.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑