Morgawr

Auteur Terry Brooks
Saga Le Voyage du Jerle Shannara
Numéro de tome 3
Genre Fantasy
Maison d’édition Bragelonne
Nombre de pages 448
Obtenu le 23/08/2016
Lu le 21/12/2018
Dans le cadre de Ma lecture commune avec Séverine
En un mot Une chouette fin comme toujours
Hate de voir le reste des sagas de Shannara
Lire la suite « Morgawr »

Antrax

Auteur : Terry Brook

Saga : Le Voyage du Jerle Shannara

Numéro de tome : 2

Tome 1 : La sorcière d’Isle

Genre : Fantasy

Maison d’édition : Bragelonne

Nombre de pages : 412

Obtenu le : 23 Août 2016

Lu le : 8 Août 2018

Dans le cadre de ma lecture commune avec Séverine

 

En un mot :

  • Une intrigue calquée sur la première saga
  • Un univers un peu plus futuriste
  • Des enjeux posés pour le tome 3

Lire la suite « Antrax »

La sorcière d’Isle

Auteur : Terry Brooks

Saga : Le Voyage du Jerle Shannara

Numéro de tome : 1

Genre : Fantasy

Maison d’édition : Bragelonne

Nombre de pages : 448

Obtenu le : quand j’habitais encore chez mes parents

Lu la dernière fois le 30 Avril 2018

Dans le cadre de ma lecture commune avec Séverine

 

En un mot :

  • En même temps, la saison2des Chroniques de Shannara était sortie
  • On est d’accord que cela n’a rien à voir mais c’est le même univers :p

Lire la suite « La sorcière d’Isle »

Shannara, tome 3 : L’enchantement de Shannara de Terry Brooks

Présentation de l’éditeur : Vingt ans se sont écoulés depuis que Wil Ohmsford est revenu de sa quête. Il vit actuellement à Valombre avec Eretria, sa femme, et ses deux enfants, Brin, sa fille, et ]air, son fils. En eux coule le sang elfique de ferle Shannara, et le pouvoir des elfes. Un jour, alors que les deux jeunes sont seuls chez eux, le druide Allanon surgit du passé, tel un oiseau de mauvais augure. Car l’lldatch, le grimoire maléfique qui s’empara jadis de Brona, s’est réveillé. Les spectres Mords foulent à nouveau le sol des Quatre Terres, l’humanité vit ses dernières heures. Seule Brin possède en elle le pouvoir de combattre les effets du livre maudit, et c’est à contrecœur qu’elle accepte de suivre Allanon dans l’inconnu. De son côté, Jair apprend de la bouche du roi de la rivière Argentée que sa sueur est condamnée, à moins qu’il ne la rejoigne au plus vite. C’est une course contre la montre qui commence alors pour le jeune homme, contraint de traverser un monde ravagé par la guerre à la recherche de Brin. Ainsi s’achève la première trilogie de Shannara..

Terry Brooks nous installe dans un schéma familier mais sans perdre de temps non plus.

Le gros problème à mon humble avis des Ecrivains de saga en Fantasy (et pas que, je vous rassure, ils sont pas mal non plus en thriller, SF et autres). C’est qu’ils ont leur routine d’écriture pour chaque début de saga. Par exemple, Anne Robillard nous donne des nouvelles de ses héros, ce qui apparaît particulièrement lourdinque pour les Chevaliers parce qu’ils sont plus d’une centaine à la fin. Je vous dis pas la saga de la suite de la saga où on prend un tome entier pour prendre des nouvelles de tout le monde. Pour Terry Goodkind, en général, on dit à Richard qu’il a pas le droit de faire un truc pour sauver le monde. Il le fait quand même et on se tape un tome pour réparer sa bêtise ou il regarde les cheveux de sa meuf.

Pour Terry Brooks, c’est simple et cela prend à peine un mini  chapitre : le ou les héros se retrouvent seuls (sans parents et autres). Paf, Allanon arrive et met le bordel. Paf on part à l’aventure et rien ne se passe comme prévu. Simple, efficace. Au début de tome 3, j’attendais Allanon. Comme il y avait deux héros, je me doutais bien qu’il y allait avoir deux schémas. Bref, on n’a pas épilogué dessus pendant 36 pages et hop hop hop, on a découvert qui étaient les méchants et on a cherché à les combattre ce qui est grosso modo le but de la saga.

Ce troisième tome un peu plus pessimiste sur la magie ?

On sait clairement que les pierres elfiques de Shannara bousillent leurs porteurs. C’est dit et répété tout au long des premiers tomes mais comme on ne voit jamais les précédents héros, j’ai envie de vous dire que cela nous passe carrément au dessus. C’est comme de savoir que manger trop de sucres peut nous rendre diabétique. Vous n’y pensez pas en commandant votre paquet de bonbons au cinéma. Votre cerveau pense que le sucre c’est bon devant votre film. Pour la magie c’est pareil.

Mais disons qu’ici, on a aussi un peu le point de vue de Will qui est notre précédent héros et qui est un peu amer et qui veut surtout protéger ses pioupious qui pensent tout savoir de la magie parce que ce sont des ados (magie des ados bonjour). Mais ce que j’ai particulièrement aimé dans ce tome et que j’ai trouvé assez innovateur c’est que l’auteur a bien décrit les effets nocifs de la magie pour les rendre bien tangibles. Ce qui est réellement une innovation sur ce tome ci.

Après, je vous rassure, il y a tout ce qu’il faut pour un bon roman de fantasy. Lire du Terry Brooks mais particulièrement une saga de Shannara, c’est de la valeur sûre en fantasy.

Shannara, tome 2 : les pierres elfiques de Shannara de Terry Brooks

Présentation de l’éditeur : L’Ellcrys, le fabuleux arbre magique des elfes, se meurt.Avec lui disparaît l’enchantement ancestral qui maintenait fermée la barrière entre notre monde et celui des démons ; ces derniers ont une revanche à prendre. Le dernier espoir des nations repose sur les épaules de la jeune elfe Amberle. Elle doit emporter une graine de l’Ellcrys dans un endroit mystérieux afin de générer une nouvelle force protectrice pour le monde, et le temps presse ! Wil Ohmsford sera désigné pour l’accompagner dans cette quête périlleuse. Mais les démons ne l’entendent pas de cette oreille, et envoient à leurs trousses le plus redoutable d’entre eux : le Faucheur. L’Ellcrys doit survire, mais à quel prix…

Une série, un livre !

Oui, Netflix a enfin diffusé le tome 2 de la saga de Shannara (super logique comme entrée en matière). Et comme je savais que cela n’allait pas tarder, j’avais déjà lu (enfin relu pour moi) le tome 1 il y a quelques temps avec elle. Et j’ai visionné la série et j’ai relu le tome 2. Histoire de voir toutes les différences toussa toussa. Et quoiqu’on en dise, d’ailleurs, je trouve la série très bien faite et elle apporte un certain petit plus (aussi un Druide, Allanon est trop craquant).

Bref, dans le tome 2, on ne suis plus Shea mais Wil qui à l’instar de son grand père, a de sérieux doutes sur lui même. Je trouvais Shea très constant mais je trouve  Wil très optimiste parce que même s’il pense que tout va foirer. Et bien il y va quand même

En quête avec un guérisseur.

Je ne sais plus quelles péripéties ils prennent encore dans ce tome mais on retiendra des choses importantes. La première c’est que les Pierres Elfiques font vraiment des choses bizarres selon leur propriétaire. Ensuite, Allanon, c’est vraiment un mec très énervant car il ne dit que la moitié des choses. Ensuite, on en sait enfin un peu plus sur notre temps à nous. Comment on en est arrivé au monde de Shannara

Bref. Je me suis régalée dans tous les sens du terme et j’adore reprendre cette saga avec Séverine. Déjà pour me remémorer l’histoire. Ensuite, j’ai pu retrouver la série que je n’ai pas trouvé parfaite mais elle était franchement pas mal, il faut l’avouer. Ensuite, j’adore ce monde ainsi que l’écriture de Terry Brooks. Vivement le tome 3 ! 

Shannara, tome 1 : l’Epée de Shannara de Terry Brooks

Présentation de l’éditeur : Lorsque Shea Ohmsford vit pénétrer l’étranger dans l’auberge, il sentit que son destin venait de basculer. Qui aurait pu deviner qu’il était, lui, le paisible demi-elfe vivant au sein de sa famille d’adoption à Valombre, le dernier héritier de la lignée de Jerle Shannara ? Jerle, dont l’épée permit, il y a cinq cent ans de cela, de détruire le maléfique Roi-Sorcier Brona et ses hordes démoniaques. Or voilà qu’il se murmure, dans les lointaines Terres du Nord, que le Roi-Sorcier est de retour, et qu’il réunit ses armées pour déferler à nouveau sur le monde. Seul un descendant de Jerle, portant la légendaire épée de Shannara, pourrait défaire le mal. Shea acceptera-t-il cet oracle trop grand pour lui ?

Juste pour faire découvrir un auteur, promis !

Et oui, figurez vous que Séverine ne connaissait pas Terry Brooks, ni la longue saga de Shannara. C’était pas possible de la laisser comme ça ! Surtout que mon exemplaire, je l’avais acheté lors de sa sortie française il me semble. En grand format. Et il est retourné chez mes parents maintenant que je l’ai lu (oui, j’ai une bibliothèque dans chaque endroit où j’ai habité). Bref, Terry Brooks est un excellent auteur de fantasy et j’ai adoré plusieurs de ses sagas. Shannara, c’est un peu une adaptation du Seigneur des anneaux mais aussi de l’Epée de vérité.

Bref, c’est de la High  Fantasy on ne peut plus classique mais avec de petites différences. Tout d’abord, cela se situe dans le futur. Alors certes, l’univers est bien du style un peu médiéval mais en fait, le monde que l’on connaît a connu une apocalypse et Shannara, c’est ce qui se passe après. Et vous vous amuserez vite à chercher les petits objets de notre présent dedans (pour les plus visuels d’entre vous, allez taper dans la série, c’est encore plus flagrant).

Et j’aime bien ?

Mais carrément ! Shea est un héros bien sympatoche, pas aussi lourd que Richard d’ailleurs. Il est accompagné de compagnons qui sont tour à tour courageux, drôles, un peu bourrins voir tout ceci réuni. C’est extrêmement fluide à lire donc plus que plaisant. Que dire d’autre ? Les scènes d’action sont très fluides à lire. C’est superbe et cela coule de source.

Concernant l’intrigue, ne vous prenez pas la tête. On cherche une épée qui va sauver le monde. Il y a du voyage initiatique. Pour ceux qui veulent découvrir de la Fantasy, c’est un tome à tester ! 

Star Wars, tome 1 : la menace fantôme de Terry Brooks et George Lucas

Présentation de l’éditeur : Alors que la paix règne tant bien que mal au sein de la vacillante République, une terrible menace s’abat secrètement sur la galaxie. La Fédération du Commerce a secrètement conclu un pacte avec les redoutables Seigneurs Noirs des Sith, qu’on croyait disparus depuis des siècles, pour envahir la paisible planète Naboo. Pour régler cette crise, le Chancelier Suprême Valorum délègue secrètement auprès de la souveraine de Naboo le Maître Jedi Qui-Gon Jinn et son jeune apprenti Obi-Wan Kenobi pour trouver une situation pacifique au problème, ce qui semble rapidement impossible. Au même moment, sur la lointaine planète Tatooine, un jeune esclave, garçon très spécial nommé Anakin Skywalker rêve de liberté et d’aventures…

On voulait revoir la saga

Le truc vient de là. On voulait revoir la saga en famille. Et mon Prince Charmant a commencé une longue période de nuit. Donc, c’est comme si que l’on me promettait une boîte de chocolats et qu’elle restait sur la table en restant fermée. C’est pas possible. Heureusement, pour tous ceux qui aiment lire, il y a un substitut vachement bien : les livres tirés du film. En gros, on fait le film et après, les gens écrivent le livre qui est une transposition du livre sur Papier. Cela n’apporte pas énormément de choses mais cela permet de lire le film quand vous ne pouvez le visionner.

Donc, ceux qui veulent du croustillant, de l’inédit, toussa toussa, vous n’y trouverez que quelques petites choses. Sympa, certes, mais pas un truc qui va vous révolutionner la saga. Un très bon complément à ceux qui veulent avoir différents points de vue, et aussi un très bon substitut pour ceux qui sont perdus sans les films.

Du coup, c’était un chouette moment.

Certes, ce fut lu en un week end plus tôt que sur les deux heures du film. On est d’accord, la gestion du temps n’est pas du tout la même. Mais j’ai pu tout de même me mettre la Bande Originale du film pour me mettre un peu dans l’ambiance, faire d’autres choses à côté. Et des fois, un livre accessoire, cela fait du bien pour les maniaques du multitâches comme moi 🙂

L’écriture est correcte, la gestion des personnages est mignonne comme tout. J’ai plus apprécié Obi Wan et Qui Gon dans ce tome car on a plus accès à leurs pensées. Pour le reste. Et bien c’est une lecture à conseiller aux fans de Star Wars qui veulent se mettre à la lecture par exemple. Je sais que de mon côté, c’est ce que j’ai offert à mon fils comme premier « gros » livre. Comme il avait vu le film, il a appris à ne pas avoir peur du fatidique 200 pages. Et du coup, il aime beaucoup reprendre la saga version livre quand il a du mal à s’endormir. 

Le Royaume Magique de Landover de Terry Brooks

Tome 1 : Royaume Magique à vendre

Présentation de l’éditeur : Landover est un authentique royaume magique, livré au complet avec créatures féériques et sorcellerie incluse, exactement comme la publicité l’avait promis. Alors Ben Holiday l’a acheté… un million de dollars. Ce n’est qu’après qu’il a découvert que la pub avait soigneusement négligé de mentionner certains détails…
Comme le fait que le royaume tombe en ruine, par exemple. Faute d’un roi pour unir les barons, les impôts ne sont plus collectés. Un dragon de très mauvaise humeur ravage la campagne tandis qu’une sorcière maléfique fomente la destruction de… tout. Et comme si ça ne suffisait pas, le seigneur des démons provoque tous les prétendants au trône de Landover en un duel à mort que nul mortel ne peut espérer gagner.
Sauf que Ben a un truc typiquement humain dont aucune magie ne peut venir à bout : il est têtu comme une mule…

Suivre les conseils de son meilleur ami et retrouver une plume de son adolescence

Tic Tic venant dîner à la maison, il me dit (comme toujours quand il vient dîner à la maison) : « Au fait, j’ai relu Royaume Magique à vendre. Tu l’as lu toi ? Nan ? Bah tu devrais ». Une commande GJ plus tard, je l’avais trouvé pour trois fois rien en occaz. Emballé c’est pesé. Le livre arrivant à la maison, je me décide de regarder le synopsis et je me dis que cela va être marrant. Et puis je regarde le nom de l’auteur et je me dis que je l’ai déjà lu celui là. Le livre est rangé dans la bibliothèque et prend sagement la poussière.

Et puis Tic Tic est parti loin pour looooongtemps (parce que c’est un grand garçon et qu’il va gagner pleins de sous). Errant dans ma biblio, cherchant une nouvelle lecture, je recroise Royaume magique à vendre. Je souris. Si mon meilleur ami me manque, rien de tel que de lire quelque chose qu’il m’a recommandé. Deux jours plus tard, c’était fini (d’ailleurs si tu passes par là, si tu pouvais recommander des livres plus gros…. Voilà quoi)

Et en lisant donc ce petit livre sympa et drôle, je me dis que franchement, je reconnais la plume. Je retourne dans la bibliothèque (bah tiens !) et là qu’est ce que je vois pas dans mes Grands formats!!!!! Shannara ! Et bien oui, je connais l’auteur, même que je lisais ses romans dis donc ! Donc je redescends pour finir le livre en me disant que quand il ne se prend pas au sérieux, Terry Brooks écrit vachement bien aussi (et surtout qu’il faut que je retrouve tous mes livres de Shannara parce que j’en ai perdu la moitié à mon avis. Et j’ai envie de le relire du coup. Les elfes, toussa toussa).

De la Fantasy moderne comme j’aime.

Le principe de Royaume magique à vendre est plutôt simple : Un homme, Ben Holiday, feuillète un catalogue et tombe sur un royaume magique qui est à vendre. Il est veuf, il déprime, il n’a plus d’attache. Il se dit que c’est trop bien pour lui (après moultes hésitations tout de même.) (pour un million de dollars, j’aurai réfléchi aussi).

Donc on voit son voyage pour accéder à son superbe royaume et il se rend compte que le royaume n’est pas franchement entretenu ! Cela se détériore de partout, faute à qui ? Au vendeur qui laisse le royaume sans roi pour moultes raisons que vous saurez en lisant le livre.

Ainsi, l’auteur associe gentiment monde moderne réel et monde de la Fantasy, en créant gentiment le pont entre ces deux mondes. Aussi, cela coule de source. Et c’est plutôt bien. Voire même sacrément bien fait.

Une quête initiatique délirante.

Oui parce que le ton est donné quelque part. C’est drôle. C’est une équipe de bras cassés. Holiday se plante tout le temps et il voit toujours un nouvel obstacle devant lui. Mais en réunissant plusieurs bras cassés comme lui, il parvient à améliorer le basard.

Et du coup, il se rend compte qu’il est fait pour ce royaume, qu’il pourrait en faire un bon roi. Et il surmonte aussi le deuil de sa femme, redonne un sens à sa vie (en sommes, un roman de fantasy quoi). Du coup, en attendant le tome 2 (déjà dans ma PAL), je feuillète les catalogues. Peut être qu’ils feront des soldes 🙂

Tome 2 : La Licorne Noire

Présentation de l’éditeur : Cela fait maintenant un an et dix jours que l’ex-avocat Ben Holiday est devenu le souverain légitime de Landover, et tout va pour le mieux dans le royaume. C’est lorsque d’étranges rêves viennent déranger la quiétude de Ben, Questor Thews et Salica que tout bascule. Certes, l’annonce qui vantait les mérites de ce monde magique affirmait « Tous vos rêves deviendront réalité », mais… si ces songes n’étaient que d’épouvantables cauchemars ? Car le jeu des apparences peut être parfois dangereusement trompeur, surtout quand Meeks, le terrible sorcier, Strabo le vieux dragon et la maléfique Nocturna fomentent une impitoyable vengeance…Une saga captivante, pleine d’aventure, de couleur et de personnages incroyables, qui en étonnera plus d’un !

Ben Holiday a besoin de dire adieu à son ancienne vie

Cela fait maintenant un tout petit peu plus d’un an que Ben Holiday est sur Landover, et qu’il occupe le poste de Roi. Mais quelque chose en lui maintient qu’il n’est pas le véritable roi de ce pays magique. Voire que c’est un imposteur. Et c’est cette faille que va exploiter son pire ennemi, Meeks, en le transformant en une autre personne. C’est cette perte d’identité qui va faire en partie le sujet du livre car Ben Holiday va tout faire pour récupérer son propre corps et, à l’aide d’un chat qui ressemble fort au Chat du Cheshire, se prouver à lui même non seulement son désir d’être le roi de Landover mais surtout croire assez en lui même pour avoir les pouvoirs de Landover.

Aussi, ce tome tourne autours de l’identité profonde de soi. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’on occupe un poste, une fonction qu’on en a la vocation et Ben Holiday va trouver la force en lui même pour découvrir qu’au bout d’un an, non seulement il est le roi de Landover mais il se sent aussi le roi de Landover. Sa vocation est de protéger ses sujets et de tout risquer pour conserver son titre et sa fonction.

La découverte aussi de son âme soeur.

Oui, car Ben Holiday va aussi découvrir qu’il aime profondément une personne, chose qui pour nous, dans le premier tome (la fin), nous apparaît comme une évidence, il apparaît que cet homme est un homme tout bête et qu’il n’a pas les yeux en face des trous 😉 Aussi, alors qu’il cherche sa propre identité, il va découvrir, à la lumière du danger qu’elle encourre pour lui, l’amour qu’il porte à cette jeune femme.

Et comme Ben est ce qu’il est, même s’il est un bras cassé, il va tout faire pour sauver sa belle demoiselle en détresse et lui avouer son amour. C’est le côté un peu chevaleresque de ce second tome qui apporte à la fois gravité et légèreté à ce tome, et c’est plutôt bienvenue.

En bref, ce second tome signe une excellente suite à cette saga et me pousse sérieusement à vouloir lire la suite. J’aime énormément l’écriture de Terry Brooks et je le redécouvre avec grand plaisir dans cette saga de fantasy atypique.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑